Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Union des marchés de capitaux : renforcer la règlementation et la supervision financières en Europe

Le mardi 7 juillet 2015, se sont tenues les rencontres internationales de Paris Europlace à Paris, l’occasion de mettre en avant l’Union des marchés de capitaux (UMC), projet qui vise à favoriser le financement des entreprises en Europe. Cette union fait également l'objet d'une mobilisation franco-allemande auprès des responsables européens.

La France, moteur du projet « Union des marchés de capitaux » 

L'UMC est une initiative lancée par la Commission européenne en février dernier sous la forme d’une vaste concertation des différents pays européens et de leurs acteurs financiers. Elle doit permettre de diversifier les canaux de financement à destination des entreprises européennes et d’encourager les investisseurs à investir en Europe.

La France porte ce message depuis plusieurs semaines. Claire Waysand, directrice de cabinet de Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics est venu le réitérer lors du rendez-vous annuel des rencontres internationales de Paris Europlace, association représentant la place financière française présidée par Gérard Mestrallet. [discours ci-contre]

Claire Waysand

« A l’image de ce qui a été fait pour les banques, la mise en place d’une supervision unique doit être l’un des objectifs. Aller vers un superviseur unique, c’est le bon moyen pour garantir une égale sûreté des placements dans les différents pays et donc une égale volonté de l’épargnant à investir dans une PME allemande, espagnole ou française. C’est cela l’Union des marchés de capitaux ! »

La France mobilisée avec ses partenaires européens

Michel Sapin et son homologue allemand, Wolfgang Schäuble, ont écrit lundi 6 juillet un courrier à l’adresse de Jonathan Hill, commissaire européen chargé des services financiers, afin de lui exprimer leur soutien conjoint à cette initiative mais également de faire des propositions. Le mois dernier, Michel Sapin avait déjà écrit au commissaire Hill afin de faire évoluer le régime des assureurs, dit « Solvabilité II », pour que ces derniers puissent plus facilement investir dans des instruments de financement comme les actions [documents ci-dessus].

 

Partager la page