Accueil du portailTRACFIN › Les nouvelles technologies
Cellule française de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Les nouvelles technologies supports de fraudes spécifiques

- 06/02/2012

Depuis les années 2000, le secteur des nouvelles technologies de l’information et de la communication a été identifié comme un secteur à fort risque de blanchiment d’argent. Grâce à la rapidité et à la souplesse d’exécution des transactions financières offertes par Internet, la cyber-criminalité a su effectivement détourner le fonctionnement des systèmes informatiques pour l’utiliser comme vecteur dans l’exécution d’une activité illégale.

TRACFIN a  observé la résurgence des fraudes liées au cyber-blanchiment. Il s’agit principalement d’escroqueries qui peuvent avoir lieu dans le cadre de transactions commerciales (achat et vente de produits illicites) ou de fraudes plus courantes s’appuyant sur l’utilisation de comptes taxis.
 

Modifié le 06/02/2012

Cas type n° 1: achats de produits dopants sur Internet

Dans le cadre de ses échanges avec ses homologues étrangers, le Service est fréquemment confronté à la situation des transferts de fonds à l'étranger susceptibles d'être liés à des cas d’escroquerie sur Internet et illustrés par le cas type suivant.

Cas type n° 2 : système de compte taxi avec recrutement d’un professionnel par messagerie électronique

Ce cas  met en avant le fait que toute catégorie de personne (professionnels assujettis compris) peut être concernée par cette catégorie de fraude.