La santé, une filière industrielle stratégique

Les premiers travaux du Comité Stratégique de Filière des Industries et Technologies de Santé, qui s'est déroulé à Lyon,  permettent d’esquisser les contours du futur "contrat de filière", adapté à un monde médical en mutation.

 

 

 

 

 

 

 

 

Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé et Geneviève Fioraso, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, ont présidé à Lyon le Comité stratégique de filière des industries et technologies de santé, en présence de monsieur Marc de Garidel (groupe IPSEN), président du G5 Santé et vice-président du Comité stratégique de filière.

Avec l’allongement de la durée de la vie et le développement des pays émergents, la demande en matière de santé progressera plus vite que la croissance mondiale, poussant  la France à disposer d’un tissu compétitif dans ce domaine.

Afin de pouvoir répondre à la croissance de la demande en matière de santé, cette filière d'avenir constitue un enjeu stratégique pour la France.

Poser le cadre stratégique global du gouvernement pour cette industrie

La filière santé est donc une filière stratégique pour la France, une filière d’avenir, qui emploie 200 000 personnes de manière directe et concerne 100 000 emplois indirects. L’excellence des chercheurs et ingénieurs français permet d’ambitionner la meilleure place mondiale pour cette industrie.

Le conseil stratégique des industries de santé, que réunira le Premier ministre en juin, sera l’occasion de poser le cadre stratégique global du gouvernement pour cette industrie. Le comité stratégique de filière associant l’Etat, l’industrie et les partenaires sociaux constitué au sein du conseil national de l’industrie alimente cette réflexion. Il vise à identifier les actions concrètes à mettre en œuvre conjointement par l’Etat et les industriels, dans le domaine de la politique industrielle et de l’innovation, au service de l’emploi.
 

Donner un nouvel élan à la filière industrielle française

Avant tout, il inscrit son action, dans le cadre de la stratégie nationale de santé et l’agenda stratégique de la recherche au service d’une politique de santé publique centrée sur le patient, la sécurité et l’accès équitable à l’innovation médicale.

L’enjeu est de donner un nouvel élan à la filière industrielle française, adaptée à un monde médical "en mutation" et aux besoins de la société d’aujourd’hui et anticipant ceux de demain : allongement de la vie, maladies multifactorielles et chroniques, maladies émergentes. Cet élan n’est possible que grâce à l’excellence de la recherche fondamentale, translationnelle et technologique française. Le transfert de la recherche académique vers l’industrie, dans un partenariat public-privé renouvelé, permettra d’irriguer la filière par l’innovation.

Les premiers travaux présentés ce jour permettent d’esquisser ce que pourra être le futur "contrat de filière". Il contiendra des engagements réciproques portant sur les facteurs déterminants pour le maintien et le développement des activités de la filière tout en permettant d’améliorer la qualité du service au patient.

Ces actions seront destinées à :

  • Conforter et accroître l’attractivité de la France comme lieu de recherche, développement et production pour les industries de santé : le maintien du CIR, le Pacte de compétitivité, l’accord national interprofessionnel sur l’emploi, la mobilisation du programme d’investissement d’avenir et des pôles de compétitivité sont des outils au service d’une industrie française compétitive et créatrice d’emplois ; un important chantier de simplification administrative et normative permettra de compléter cette action. En contrepartie, il est attendu des industriels des engagements forts sur la R&D, l’investissement et l’emploi dans le cadre du contrat de filière.
  • Promouvoir  le leadership français en matière d’innovation médicale : dans un marché mondial encore ouvert, la filière a identifié trois grandes ambitions majeures qui pourront faire de la France, au regard de ses nombeux atouts, le leader incontesté des futures industries de santé : la médecine cellulaire et régénérative, la médecine personalisée et la e-santé.
  • Accroître la solidarité de filière et en amplifiant les partenariats publics privés : créer un véritable "Ecosystème Santé France" et soutenir les nombreuses PME du secteur.
  • Augmenter la participation de la France dans les essais cliniques industriels : une convention industriel/établissement de santé unique serait un outil efficace d‘attractivité. En échange, les industriels pourraient stabiliser puis augmenter le nombre des essais cliniques et le nombre de patients inclus par essai. L’objectif est de passer de 30 % à 60 % des essais cliniques proposés à la France, 3 ans après la mise en œuvre du contrat unique.
  • Conquérir de nouveaux marchés à l’exportation : une organisation pays/marché pourra être mise en place avec des points de contact identifiés et des clubs santé dans ces pays. Cela permettra aux grands groupes de mener des actions coordonnées avec les PME pour fournir une offre française complète et adaptée au pays ciblés.

Par ailleurs des chantiers complémentaires ont été discutés, visant à identifier les mesures opérationnelles permettant :

  • d’adapter les formations initiales et continues aux évolutions des métiers;
  • d’améliorer la transparence et la traçabilité des lieux de production notamment des produits stratégiques;
  • de favoriser la bio-production;
  • de lutter contre la contrefaçon;
  • d’encourager l’achat public innovant.

D'après le communiqué de presse

 

 

Presse

 

 

Les industries de santé en quelques chiffres

Chiffres d'affaires de la filière

52 milliards d'€ pour le médicament humain et à usage vétérinaire

15,7 milliards d'€ pour le dispositif médical

1,7 milliard d'€ pour le diagnostic in vitro

 

En 15 ans, les effectifs de recherche et développement ont été multipliés par deux

 

Plus d'infos

 

Partager la page