Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Protéger les espèces de faune et de flore menacées

Introduits illégalement sur le territoire ou en transit vers d'autres pays européens, plusieurs milliers de spécimens d'espèces menacées et des centaines de kilogrammes d’ivoire sont saisis par la Douane, lors de contrôles  Dernière illustration, la découverte à Hendaye de deux bébés singes magot, importés illégalement du Maroc.

 

 

 

 

 

 

Les voyageurs et les vacanciers sont régulièrement sensibilisés pour ne pas emporter à leur retour des pays de villégiature d'espèces animales ou végétales sauvages. Certaines espèces peuvent être protégées par la législation européenne ou internationale comme la Convention de Washington si elles sont menacées - singes, coraux, ivoire, tortues notamment - ou dangereuses pour l’écosystème européen.

En outre, indépendamment de la règlementation, certaines espèces s’avèrent très difficiles à conserver en captivité.

 

Focus sur ... la Convention de Washington et règlementation européenne

Pour éviter la disparition de plus de 3 000 espèces animales et de 40 000 espèces végétales sauvages, la Convention signée à Washington en 1973 et entrée en vigueur en juillet 1975 règlemente leur commerce. L’Union européenne en renforce certaines dispositions.

Bénéficient des dispositions de la Convention de Washington, les animaux et plantes inscrits aux annexes I, II et III, qu'ils soient vivants ou morts ainsi que les parties - peaux, plumes, dents... et produits qui en sont issus - cuirs, sacs à main, bracelets-montres... Pour protéger l'espace écologique communautaire et d'autres espèces, l'Union européenne a renforcé la réglementation. Les espèces protégées sont regroupées au sein d'annexes allant de A à D du règlement européen n°1332/2005.

Les espèces dont le commerce international est interdit

Les espèces dont le commerce international est interdit (sauf si l'importation est à but non commercial, scientifique par exemple) figurent dans les annexes I et A .

À titre d’exemple figurent dans ces annexes des espèces menacées comme les lémuriens, les tortues marines, les pandas, certains crocodiles et lézards, les éléphants d’Afrique et d’Asie, les rhinocéros, la plupart des cétacés, les grands félins, la plupart des rapaces, des grues et des faisans, certains perroquets ou certains coquillages. Pour la flore : la plupart des cactus ; certaines orchidées et certains cyclamens.

Les espèces dont le commerce international est réglementée et limitée

Le commerce international des espèces protégées est autorisé s’il ne compromet pas la survie de l'espèce (Annexes II et B)

Pour la faune sont notamment protégés tous les cétacés, tous les félins, tous les perroquets, toutes les loutres, tous les rapaces diurnes et nocturnes, les pécaris ; tous les colibris, certaines antilopes, les flamants, tous les crocodiles, la sangsue médicinale, tous les varans, tous les coraux noirs, les tortues de terre et de rivière et tous les boïdés (boa, python, etc). Pour la flore : toutes les orchidées, tous les cactus et certains bois tropicaux.

Les espèces suivies par l’Union européenne

Des espèces absentes des annexes de la Convention de Washington, comme le lézard gecko, l’hippocampe ou la grande gentiane, bénéficient d’un suivi commercial par l’Union européenne (annexe D). Si les flux commerciaux de ces espèces sont trop importants, la Communauté européenne peut décider de les protéger.

Partager la page