Accueil du portailArchives › Michel Sapin et Christian Eckert ont présenté le programme de stabilité pour les années 2017 à 2020

Michel Sapin et Christian Eckert ont présenté le programme de stabilité pour les années 2017 à 2020 - 13/04/2017

Michel Sapin, ministre de l'Economie et des Finances, et Christian Eckert, secrétaire d’Etat chargé du Budget et des Comptes publics, ont été auditionnés à l'Assemblée nationale, le 12 avril, sur la trajectoire des finances publiques pour 2017 et jusqu'en 2020.

 

 

 

Audition devant la Commission des finances de l'Assemblée nationale, le 12 avril 2017 © Assemblée nationale

 

Comme chaque année, le Gouvernement adopte au printemps un programme de stabilité et un programme national de réforme. Cet exercice régulier, commun à l’ensemble des Etats membres, participe à la coordination des politiques économiques et budgétaires des pays. Ces documents sont transmis au Parlement avant d’être adressés à la Commission européenne avant la fin du mois d’avril.
 
Ce programme de stabilité trace les grandes lignes de la programmation des finances publiques de la France pour les années 2017-2020. Il précise le cadrage économique et budgétaire retenu par le Gouvernement pour 2017, qui permet au déficit public de repasser sous les 3 % du produit intérieur brut (PIB) et d’être conforme aux recommandations du Conseil. Par ailleurs, le présent programme de stabilité présente, pour les années 2018-2020, une trajectoire compatible avec les règles européennes et s’inscrivant dans la continuité de l’action du Gouvernement en matière de redressement de l’économie française et d’assainissement des comptes publics.
 
En 2016, les engagements européens de la France ont été respectés pour la 3e année consécutive. La baisse du déficit public se poursuit : il a été ramené à 3,4 % du PIB et a ainsi été divisé par deux depuis le pic de la crise en 2009. Hors crédits d’impôt, la dépense publique a progressé de 1,2 % en valeur, soit le rythme moyen observé depuis 2013. En conséquence, la part de la dépense dans le PIB a baissé de 1,5 point depuis 2013 pour atteindre 54,8 %. Enfin, pour la troisième année consécutive, le déficit et le taux de prélèvements obligatoires ont baissé simultanément.
 
En 2017, la dynamique de redressement des finances publiques sera poursuivie et le déficit repassera sous 3 % du PIB, permettant à la France de sortir de la procédure pour déficit excessif dans laquelle elle se trouve depuis 2009.

Lire aussi

Modifié le 28/07/2017
Partagez cet article !