Accueil du portailArchivesMichel Sapin et Christian Eckert présentent le programme de stabilité 2016-2019 : tenir les engagements dans la durée

Michel Sapin et Christian Eckert présentent le programme de stabilité 2016-2019 : tenir les engagements dans la durée

13/04/2016

Le programme de stabilité 2016-2019, présenté par Michel Sapin et Christian Eckert, trace les grandes lignes de la stratégie des finances publiques et en fixe les principaux objectifs : le redressement de l’économie française et la poursuite de l’assainissement des comptes publics.

 

 

 

 

Michel Sapin et Christian Eckert à Bercy-©MEF

 

Comme chaque année, le Gouvernement adopte au printemps un programme de stabilité et un programme national de réforme. Cet exercice régulier, commun à l’ensemble des Etats membres, participe à la coordination des politiques économiques et budgétaires au sein de l’Union européenne. Ces documents seront discutés avec le Parlement avant d’être adressés aux partenaires européens avant la fin du mois d’avril.

Accompagner la reprise économique

En 2015, le déficit public a poursuivi sa baisse. Il a été ramené à 3,5 % du PIB.  La croissance s’est installée sur des bases solides en 2015. Les ménages ont vu leur pouvoir d’achat progresser fortement, grâce à la modération fiscale et à la baisse du prix du pétrole.

Portées par les mesures fiscales récemment mises en place comme le CICE, les entreprises ont vu leurs marges se redresser, et bénéficient de taux d’intérêt bas, créant un environnement favorable à une accélération de l’investissement. Au total en 2016, 34 milliards d’euros d’allègements fiscaux et sociaux au bénéfice des entreprises sont déjà effectifs, après 24 milliards l’an passé.

Après le respect des objectifs de la Loi de programmation des finances publiques en 2014 et 2015, les cibles de déficit public restent inchangées à 3,3 % du PIB en 2016, puis 2,7 % en 2017.

Assainir les comptes publics

Conformément aux engagements, le rétablissement des finances publiques s’appuie sur la maîtrise des dépenses, tout en assurant le financement des priorités : sécurité, emploi, éducation et justice notamment. Le rythme contenu de progression des dépenses publiques obtenu ces deux dernières années, autour de +1 % par an hors crédits d’impôt, sera maintenu en 2016 et 2017. Ainsi, la part des dépenses dans le PIB baissera au rythme prévu.

Dans le même temps, le taux de prélèvements obligatoire continuera de baisser. Après avoir diminué l’an dernier pour la première fois depuis 2009, il reculera continûment pour atteindre 44 % du PIB en 2017.

Christian Eckert, 13 avril 2016

Baisser le déficit et baisser les impôts : c’est ce que les Français attendent d’une bonne politique
budgétaire et c’est là tout ce que nous faisons depuis deux ans.

Afin de respecter les objectifs fixés dans la loi de programmation, 3,8 milliards d’euros supplémentaires devront être économisés en 2016, par voie réglementaire ou en gestion. De même, le Gouvernement prévoit de mettre en œuvre dans les textes financiers de fin d’année 5 milliards d’euros de mesures supplémentaires en 2017. Elles mettront à contribution l’ensemble des administrations selon leur poids dans la dépense publique.

Tenir les engagements

L’objectif de revenir sous 3% de déficit en 2017 sera tenu. C’est la condition pour stabiliser la dette publique sous le seuil des 100 % du PIB puis réduire son poids. Le programme national de réformes (PNR) — [Pdf 155 Ko] — détaille les réformes économiques pour répondre aux défis de l’économie française :

  • assurer la soutenabilité et la qualité des finances publiques ;
  • poursuivre le redressement de la compétitivité et de la productivité et l’amélioration de l’environnement des entreprises (CICE notamment) ;
  • améliorer le fonctionnement du marché du travail ;
  • promouvoir la parité, l’inclusion sociale et l’égalité des chances.

Au total, les réformes présentées dans le PNR, y compris celles qui seront adoptées et mises en œuvre en 2016, devraient avoir un impact de l’ordre de 4,8 points de PIB à l’horizon 2020 et plus d’un million d’emplois créés.

Michel Sapin, 13 avril 2016

La résultante d’un déficit qui se réduit et d’une croissance qui repart c’est une dette qui se stabilise.

 

En infographies


Lire aussi

Emmanuel Macron présente le Programme national de réforme 2016 - 13/04/2016

Michel Sapin et Christian Eckert ont tenu un point presse à l’occasion de la publication des chiffres du déficit public 2015 - 25/03/2016

Modifié le 24/06/2016

Télécharger, consulter

 

Communication

Sur le Programme de stabilité et le Programme national de réforme lors du Conseil des ministres du 13 avril 2016

 

Vidéos


Présentation du Programme de stabilité 2016-2019 par economie-et-finances

 


Programme de stabilité 2016-19 : audition de... par Ministere_Finances

 

Suivre et partager

 
Partagez cet article !