Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Première réunion plénière du Conseil de stabilisation financière

Dans un communiqué, le ministre de l’économie et des finances salue l'institutionnalisation du Conseil de stabilité financière (Financial Stability Board - FSB).

 

 

 

La Banque des règlements internationaux héberge et finance le Conseil de stabilité financière (Bâle)
@BRI

 

 

La première réunion plénière du FSB en tant qu’association s'est tenue le 28 janvier 2013.

Dans un communiqué, Pierre Moscovici se réjouit  de la création de l'association qui rassemble les ministères des finances, les banques centrales et les autorités de régulation financières des pays membres du G20, ainsi que les normalisateurs du secteur financier, le FMI, la Banque mondiale et l'OCDE.

Il souhaite que le FSB renforce son rôle dans le suivi des réformes de régulation financière et de veille de toute nouvelle vulnérabilité du secteur financier.

Le FSB est le mieux placé pour avoir une vue d'ensemble sur les réformes de régulation financière, pour assurer la stabilité du secteur financier tout en préservant sa capacité à financer l'économie, notamment les investissements de long terme, au service de la croissance. Il doit également contribuer à garantir l'intégrité des marchés financiers et à prévenir les crises financières.
 

Le Conseil de stabilité financière

Ses missions

Au sommet de Londres en avril 2009, les chefs d’Etat du G20 décident de transformer le Forum de stabilité financière (FSF) en Conseil de stabilité financière. Ils lui confèrent trois missions principales :

  • déterminer les vulnérabilités du système financier mondial et identifier et évaluer les régulations à mettre en œuvre pour les prévenir ;
  • promouvoir la mise en œuvre et le respect des standards internationaux en matière de régulation financière ;
  • favoriser la coordination et la cohérence des activités des normalisateurs techniques internationaux pour éviter les recoupements de compétences et les lacunes dans les domaines prudentiel, de la régulation des marchés, de la prévention du risque systémique, de la protection des investisseurs et des consommateurs, du renforcement des infrastructures de marché et de l'évolution des normes comptables.

Ses membres

  • soixante-dix institutions représentant vingt-quatre pays (Allemagne, Afrique du Sud, Arabie Saoudite, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, République de Corée, Espagne, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Hong-Kong, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Mexique, Pays-Bas, Russie, Singapour, Suisse et Turquie) ;
  • six institutions financières régionales et internationales (FMI, Banque mondiale, Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) , Banque des règlements internationaux (BRI), BCE et Commission européenne) ;
  • six normalisateurs techniques internationaux.

Le CSF est hébergé et financé par la Banque des règlements Internationaux, basé à Bâle en Suisse.

Source : le Conseil de stabilité financière - DG trésor

 

Partager la page