Imprimer la page

France relance : l’entreprise Tronico a bénéficié d’une aide de 1,2 million d’euros afin d’accélérer son projet de relocalisation dans le domaine de l’électronique médicale

Dans le cadre du Plan de relance, un appel à projets a été lancé afin de soutenir l’investissement industriel.

L’entreprise Tronico y a répondu et a bénéficié d’une subvention de 1,2 million d’euros, permettant d’accélérer son projet de diversification de son activité vers l’électronique médicale.

Patrick Collet, Directeur général de Tronico
Patrick Collet, Directeur général de Tronico

La mesure

Dans le cadre du soutien à l’investissement et à la modernisation de l’industrie, la Direction générale des Entreprises et BpiFrance ont mis en place un appel à projets avec comme objectif de soutenir des projets d’investissement industriel dans les 8 secteurs stratégiques suivants : aéronautique, automobile, nucléaire, agro-alimentaire, santé, électronique, intrants essentiels de l’industrie, télécommunications 5G.

Cet appel à projets comporte également un volet territorial étendu à tous les secteurs de l'industrie et proposant des investissements susceptibles de démarrer rapidement et ayant des retombées socio-économiques fortes pour le territoire.

En 2020, les projets de 815 entreprises ont été soutenus dans le cadre de cet appel à projets, et bénéficié d’un montant total d’aides de 710 millions d’euros.

L’entreprise

Tronico est une ETI (entreprise de taille intermédiaire) spécialisée dans la conception et la fabrication de cartes électroniques destinées aux secteurs de l’aéronautique, du spatial, du transport et du médical.

Depuis 50 ans, l’entreprise est implantée à Saint-Philbert-de-Bouaine (Vendée) et dispose aussi d’un site de production au Maroc. Aujourd’hui, elle compte 700 salariés.

Déployant 70 % de son activité dans le secteur de l’aéronautique, la crise sanitaire a impacté l’entreprise qui a vu son chiffre d’affaires baisser de 25 % en 2020.

Elle a alors décidé de renforcer son volet médical en mobilisant son savoir-faire dans le domaine de l’électronique au profit notamment du développement du respirateur Mak’Air, spécialement conçu pour les patients victimes de la COVID-19.

Si développer l’électronique médicale était un projet inscrit dans la feuille de route de Tronico depuis plusieurs années, l’aide perçue dans le cadre du Plan de relance lui permet de l’accélérer.

Ses projets ? Ambimed et Recome. Ils visent tous les deux à augmenter l'offre de valeur de Tronico sur le marché de l'électronique médicale et renforcer l’autonomie de la France dans ce domaine.

Grâce à ses projets, Tronico espère conforter les emplois de son site vendéen mais aussi en créer de nouveaux.

Témoignages

Le marché médical coule de source pour nous et répond à nos valeurs et à notre ADN […] En France, nous sommes une terre d’innovation médicale […] Il n’est pas forcé d’aller produire des dispositifs médicaux en Chine, à Taiwan ou ailleurs : on peut tout faire en France à des prix compétitifs et abordables [et] garder notre savoir-faire.

(Yann Pichot, Directeur filière MED Tronico)

Dans une période de crise, le plus important c’est l’agilité et la façon de rebondir. On a montré la capacité de Tronico à être agile pour repartir. Pour nous le Plan de relance c’est la continuité d’une feuille de route que nous avions écrite et que nous ne pouvions plus auto-financer. [Grâce au Plan de relance] on continue ce plan de développement dans le médical malgré la crise et la chute de notre de chiffre d’affaires.

(Patrick Collet, Directeur général de Tronico)

À partir du moment où on a été informé de ce Plan de relance on a tout de suite été sur le site internet de BPI France [pour prendre connaissance] du processus et des formulaires à remplir.  Nous avons eu des réponses rapides : on a déposé le dossier fin septembre, fin décembre on avait la réponse.

(Jean Bastid, Directeur du laboratoire expertise composants)

Vous aussi vous souhaitez bénéficier de cette mesure ?

Retrouvez toutes les informations sur l’Appel à projets « Plan de relance pour l’industrie »

Partager la page