Accueil du portailPATRIMOINEŒuvres Sculptures › Les échanges de Romaine Lorquet

Cet espace est consacré au patrimoine architectural et artistique des ministères économiques et financiers à Bercy : architecture, œuvres d’art exposées, comment se déroulent les visites, etc.
Il présente aussi les Journées européennes du Patrimoine qui se déroulent chaque année en septembre.

Les échanges de Romaine Lorquet

« Les échanges » de Romaine Lorquet

L'œuvre (bronze) se compose d'un bas-relief, de deux frises latérales et s'intitule « Les Échanges ».

Afin de représenter de manière complète la construction de la société, l'artiste choisit d'illustrer toutes les activités humaines manuelles ou conceptuelles à travers les trois secteurs d'activité : secteur primaire (agriculture), secteur secondaire (industrie) et secteur tertiaire (services). Les échanges sont représentés par plusieurs saynètes qui mettent en scène plusieurs groupes humains (couple, travailleurs, assemblée) dans des attitudes de communication.

Sur la gauche du bas-relief, la nature est représentée par des arbres, un oiseau (1) et de l'eau. L'agriculture est illustrée par un tracteur (2).

Un pont (4) symbolise les échanges.

Un groupe (3), composé essentiellement de femmes (bien qu'un homme soit présent), évoque l'art de Botticelli par la composition d'un mouvement sensuel et de draperies légères. Les seins de l'une d'entre elles sont dessinés sous forme de cœur (5). Les échanges prennent la forme d'offrandes célébrées par des contacts physiques sensuels.

La partie centrale du bas-relief évoque l'industrie à travers les travaux de construction (6). Le style dépouillé et les arêtes saillantes font ressortir la force physique des travailleurs. Un trio (7) se distingue par un traitement des formes plus aérien qui évoque la danse, art grec par excellence.

Sur la droite du bas-relief, la composition verticale comprend trois parties. En haut, le soleil (8) et la lune symbolisent la complémentarité. Les formes longitudinales (8) évoquent la forêt mais également des cheminées qui rappellent l'industrie. Des formes proches des totems célèbrent l'art primitif. Au centre, l'échange entre un homme et une femme est magnifié (9). Les formes géométriques (triangles, carrés, ronds) (10) renvoient à l'abstraction et à la construction de la pensée et du langage. En bas, une femme (11) tourne le dos à l'ensemble des personnages du bas-relief pour réfléchir. Elle évoque « La mélancolie » de Dürer et aussi « Le penseur » de Rodin. Le temps est suspendu à cette réflexion, ce retour sur soi, préalable à l'échange et au don.

Partagez cet article !