L’Homme de Jean-Robert Ipoustéguy

« L'Homme » de Jean-Robert Ipoustéguy

Diverses blessures (détail) Troisième jambe qui indique le mouvement (détail)

L’Homme est une sculpture qui a été réalisée en 1963, à la suite d’un voyage en Grèce qui a conduit Jean-Robert Ipoustéguy à vouloir traiter le corps humain « en priorité et dans son entier » . Elle marque son principal centre d’intérêt, la figure humaine.

« La symbolique de mon œuvre retenue pour le nouveau ministère s’attache à représenter l’homme de notre société actuelle, sans l’artifice d’une quelconque vêture » . L’Homme présente des blessures sur l’ensemble du corps. Malgré ses blessures, cet homme courageux continue à avancer.

Évelyne Avaud, lors d’une interview d’Ipoustéguy, rapporte en 1991 : « Cette blessure n’a pas lieu dans un contexte d’épuisement, de mort mais, au contraire, l’homme debout puise en son corps et en sa blessure, la puissance d’une énergie vivante. »

L’Homme est caractérisé par un équilibre qui résulte de l’opposition entre le mouvement arrêté des bras placés en croix et la dynamique du mouvement des jambes. Les bras étendus arrêtent le regard du spectateur sur le torse

Les pieds sont légèrement décollés du socle et le mouvement de l’homme qui marche est mis en valeur par la décomposition de la jambe gauche en deux mouvements. L’idée de mouvement amplifié par la présence d’une troisième jambe donne l’impression d’arrêt sur image. L’attitude de cet homme en marche, à la recherche de sa stabilité, est bien représentative de la pensée d’Ipoustéguy centrée sur la présence de l’homme dans notre société.

Partager la page