Accueil du portailParticuliers › Optique et audioprothèse : plus de transparence sur les tarifs

Optique et audioprothèse : plus de transparence sur les tarifs

27/07/2017

Vous souhaitez changer de lunettes ou acquérir une audioprothèse ? A partir du 1er janvier 2018, les opticiens et les audioprothésistes devront assurer une plus grande transparence sur les tarifs qu’ils pratiquent et les produits ou prestations qu'ils proposent. Explications.

©Phovoir.fr

Optique et audioprothèse : des tarifs plus transparents

L'arrêté du 28 avril 2017, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2018, renforce l'information des consommateurs sur les produits de l'optique et de l'audioprothèse. 

La direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) indique que  « l'arrêté prévoit :

  • l’affichage en magasin de la remise obligatoire d’un devis avant tout achat ;
  • l’affichage lisible de l’extérieur, en vitrine, ou sur le site Internet de vente, du prix et de l’intitulé des prestations effectuées par l’opticien ou l’audioprothésiste ;
  • le contenu et la présentation normalisée des devis remis avant la vente des produits et prestations ;
  • le contenu du modèle de la note [remise avant paiement intégral à l’assuré ou à son ayant droit] ».

Ainsi, à partir du 1er janvier 2018, les professionnels de l’optique et de l’audioprothèse devront remettre aux consommateurs un devis renseignant plus directement le tarif, en différenciant les produits et les prestations proposés, les modalités de prise en charge par les complémentaires santé et le montant qui reste à charge.

Certaines prestations concernant les appareils auditifs peuvent être non-optionnelles ; dans ce cas, il est rappelé que le devis doit indiquer le nombre de séances destinées à adapter l’appareillage auditif dont doit bénéficier a minima le consommateur.

Ces mesures sont mises en place afin de garantir une meilleure transparence des tarifs pour les consommateurs et de faciliter la comparaison.

Une meilleure traçabilité des produits d’optique et audioprothèse

Un second arrêté, également daté du 28 avril 2017 précise qu’à partir du 1er janvier 2018, « les produits d’optique lunetterie et d’appareillage des déficients de l’ouïe [devront] être accompagnés des informations suivantes […]:

  • le nom et l’adresse du fabricant […] ;
  • pour les dispositifs réalisés selon les spécifications du prescripteur, le numéro d’identification des dispositifs constituant l’équipement ;
  • pour les dispositifs fabriqués en série de manière identique, le code GTIN du lot ou du numéro de série ».

Sécurité sociale, mutuelle : qui paie quoi pour les lunettes ?

Vos verres et vos montures vous sont remboursés en partie par la sécurité sociale et par votre mutuelle.

La part de la sécurité sociale

Pour les montures de lunettes, la sécurité sociale rembourse 60 %, sur la base d’un tarif fixé à 2,84 euros et 60 % pour les verres sur la base de tarifs variables selon le degré de correction. Cela correspond en moyenne à 8 euros pour un adulte et 38 euros pour un enfant.

La part de la mutuelle

Depuis le 1er avril 2015, le remboursement des frais d’optique par les mutuelles est désormais encadré en fonction du niveau de correction. Par exemple, pour des lunettes avec des verres simples, le montant du remboursement de la mutuelle sera compris entre 50 et 470 euros ; pour des verres complexes, le montant sera compris entre 200 et 850 euros.

Le remboursement des montures par la mutuelle est limité à 150 euros.

Retrouvez plus d’informations sur la fiche pratique de la DGCCRF

Partagez cet article !

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • 13/12/2017

    Quels sont les droits des consommateurs lorsqu'ils achètent en ligne ? Quelles sont les précautions à prendre ?  Les conseils d'Alexandre Chevallier, directeur adjoint à la direction de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF).

  • 08/12/2017

    Le Noël de la French Tech propose une nouvelle fois cette année des idées de cadeaux conçus et produits en France par des start-up innovantes.

  • © Fotolia

    06/12/2017

    Certaines administrations comme les services de la Douane et les services des Domaines organisent régulièrement des enchères publiques de biens mobiliers ou immobiliers provenant de saisies, dépôts ou abandons. Ces ventes ont lieu dans toute la France et sont ouvertes à tous.

  • ©Fotolia.com

    27/11/2017

    Si vous êtes propriétaire d’un logement, vous pouvez, sous certaines conditions, augmenter le loyer. Le loyer peut être révisé annuellement en fonction de l'indice de référence des loyers (IRL), ou ponctuellement si vous estimez qu'il est sous-évalué ou si vous effectuez des travaux d'amélioration. Explications.

  • 23/11/2017

    Tout citoyen peut demander, avec l'aval d'un organisme habilité, à faire analyser les niveaux d'ondes auxquels il est confronté quotidiennement à son domicile ou dans un lieu public.

  • 23/11/2017

    « Fabriqué en France », « Produit français », « Conçu en France », « Produit en Bretagne », « Designed in Paris »… Les indications de produits d’origine française sont nombreuses. Entreprises, consommateurs, comment s’y retrouver ?

Le ministère sur Twitter

Vous êtes un particulier

Fermer

Besoin d’informations fiables et pratiques qui vous concernent ?

Abonnez-vous à la lettre d’information, c’est gratuit.

Partagez cet article !