Accueil du portailParticuliers › Quels sont les moyens de paiement alternatifs ?

Quels sont les moyens de paiement alternatifs ?

10/10/2017

Espèces, chèques, cartes bancaires… Ce ne sont plus les seuls moyens de paiement. D’autres solutions existent. Zoom sur les nouveaux moyens de paiement existants.

© Fotolia

Si nous connaissons les modes de paiement traditionnels, tels que espèces, chèques ou cartes bancaires, des moyens de paiement alternatifs ont vu progressivement le jour :  virement bancaire, prélèvement, titre interbancaire de paiement, paiement sans contact, compte Nickel, PayPal, etc

Les modes de paiement alternatifs classiques

Le virement bancaire

Il s’agit d’un ordre donné par un client à sa banque de débiter une somme d’argent de son compte bancaire vers un autre compte. Le virement bancaire peut-être interne (lorsque l’on possède d’autres comptes dans la même banque) ou externe (lorsque l'on possède d'autres comptes dans des banques différentes ou vers d’autres bénéficiaires). Il peut être ponctuel, ou permanent (hebdomadaire, mensuel...).

À noter : L'ordre de paiement est irrévocable. Il convient donc de vous assurer que les coordonnées bancaires du bénéficiaire sont exactes.

Le prélèvement

Il s’agit d’un moyen de paiement permettant à un créancier de prélever directement votre compte lorsque vous l’autorisez. Le prélèvement bancaire peut-être ponctuel ou permanent. Son montant peut-être fixe (lorsque vous mensualisez vos impôts par exemple) ou variable (en cas de consommation téléphonique par exemple). Dans ce dernier cas, le prélèvement est précédé de l'envoi d'une facture au débiteur, afin qu'il puisse en vérifier le montant et éventuellement faire opposition en cas de désaccord.

Le titre interbancaire de paiement (TIP)

Il s’agit d’une autorisation de prélèvement ponctuelle à l'initiative du débiteur. Le TIP est émis par certains organismes (centres des impôts, EdF…) et évite l’utilisation du chèque.

Lire aussi : [Vidéo] Le paiement sans contact avec carte bancaire | Comment acheter en ligne en toute sécurité

 

Les nouveaux moyens de paiement alternatifs

Compte nickel

Compte-Nickel est le premier compte sans banque. Il s'agit d'un compte pour payer et être payé sans possibilité de découvert ni de crédit.

Il est possible d'ouvrir un compte nickel auprès de l’un des nombreux buralistes agréés présents sur le territoire (près de 3 000 buralistes agréés) sur simple présentation d’une pièce d’identité, d’un numéro de téléphone et de 20 euros correspondant au prix annuel de l’abonnement.

Le compte nickel permet d’effectuer des opérations bancaires courantes, y compris de réaliser des virements ou de régler en ligne.

Le paiement sans contact

Le paiement sans contact permet de payer de petites sommes rapidement, avec sa carte bancaire mais sans taper de code confidentiel. Il suffit d’approcher sa carte bancaire du terminal du commerçant.

Basé sur l’utilisation d’ondes radio à courte distance entre le capteur et le récepteur, le paiement sans contact permet de régler ses achats si la puce de votre carte bancaire ou de votre téléphone mobile est équipée de la technologie NFC (near field communication).

Le plafond de paiement sans contact des nouvelles cartes bancaires est passé à 30 euros depuis le 1er octobre 2017 (contre 20 euros auparavant).

Lire aussi : Paiement en ligne : les 5 conseils de la Cnil pour éviter les risques | Moyens de paiement : préparez-vous avant de partir en vacances

 

Le paiement sans contact en vidéo

Le portefeuille électronique

Le développement des règlements bancaires sur internet a entraîné la création de modes de paiement ne nécessitant pas la saisie de ses coordonnées bancaires en ligne à chaque règlement.

Pour payer en ligne un achat effectué sur internet, certains sites marchands proposent d'utiliser un portefeuille électronique. Les banques, des opérateurs télécom proposent aussi des portefeuilles électroniques, sous des noms différents (PayPal, … etc ).

Le paiement est simplifié, avec identifiant et mot de passe.

Lire aussi : Paiement en ligne : les cinq conseils de la commission nationale informatique et libertés (CNIL) pour éviter les risques

 

PayPal

PayPal est un service de paiement en ligne qui permet de payer des achats, de recevoir des paiements, ou d’envoyer et de recevoir de l’argent, depuis son ordinateur, sa tablette ou son smartphone.

L'ouverture d'un compte est gratuite.

La carte prépayée

Une fois créditée d’une somme d’argent, la carte prépayée peut être utilisée comme moyen de paiement jusqu’à épuisement de la somme enregistrée.

Les plus courantes des cartes prépayées correspondent à des services téléphoniques prépayés, au paiement de jeux en ligne, à des cartes cadeaux, à de cartes de paiement, rechargeables ou non.

Le Bitcoin

Le Bitcoin est la première devise monétaire électronique décentralisée. Il s’agit de « jetons électroniques ».

Les Bitcoins se transmettent d’une personne à l’autre à travers le réseau sans passer par les banques. Il existe plusieurs bourses de change où sont achetés les bitcoins contre des dollars, euros, ou autre devise.

Recommandations de la Banque de France sur le Bitcoin

La Banque de France, dans un rapport du 5 décembre 2013 sur les dangers liés au développement des monnaies virtuelles rappelle que le bitcoin n'est pas une monnaie légale et n'entre ainsi pas dans le cadre de la directive sur les services de paiement au niveau européen. L'émission de monnaie virtuelle ne peut donc à ce jour faire objet d'un contrôle. Cependant, le change et la conversion d'une monnaie virtuelle en devises légales entre dans le champ de la réglementation.

Ainsi, la Banque de France estime que le bitcoin n’offre aucune garantie de sécurité, de convertibilité et de valeur. De ce fait, il présente peu ou pas d’intérêt pour une utilisation par les acteurs économiques.

La Banque de France propose des pistes pour encadrer les risques liés aux plateformes de monnaie virtuelle ayant une activité de réception, de virement ou de tenue de comptes de fonds liée à des devises légales :

  • exiger de ces plateformes un agrément de prestataire de service de paiement ;
  • imposer une application des règles admises en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme ;
  • appeler les plateformes concernées à se conformer à la surveillance de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution et à celle de la Banque de France en matière de sécurité opérationnelle et de lutte contre la fraude ;
  • demander aux plateformes de monnaies virtuelle de se soumettre au contrôle des forces de l'ordre en cas d'activités illicites.

Lire aussi : Que faire en carte de perte ou de vol de votre carte bancaire ?

Partagez cet article !

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Le ministère sur Twitter

Vous êtes un particulier

Fermer

Besoin d’informations fiables et pratiques qui vous concernent ?

Abonnez-vous à la lettre d’information, c’est gratuit.

Partagez cet article !