Accueil du portailParticuliers › Revenus tirés d'une location meublée : que devez-vous déclarer ?

Revenus tirés d'une location meublée : que devez-vous déclarer ?

03/02/2017

Vous louez votre appartement ou votre maison, sur des plateformes en ligne par exemple ? Savez-vous ce que vous devez déclarer ? Cotisations sociales, déclaration de revenus, régime d'imposition... : voici ce que vous devez savoir pour être en règle avec les services fiscaux.

Comment déclarer vos revenus ?

Tous les revenus que vous tirez de la location d'un logement meublé sont imposables et doivent être déclarés à l'administration fiscale. Seule exception : la location saisonnière d'une ou plusieurs pièces de votre résidence principale, à condition que les revenus n'excèdent pas 760 euros par an.

Déclarer vos revenus si vos recettes annuelles sont inférieures à 32 900 € (seuil pour 2016) :

  • Vous pouvez opter pour le régime fiscal dit « micro BIC » (pour « bénéfices industriels et commerciaux »), qui est le plus simple. Vous reportez le total de vos recettes sur la déclaration complémentaire d'impôt sur le revenu « professions non salariées » (2042 C Pro), à la ligne 5ND. Vous serez imposé au barème de l'impôt sur le revenu, après abattement pour frais automatique de 50 % (abattement minimum de 305 euros). Si vous remplissez les conditions de ressources et que vous avez opté pour le prélèvement forfaitaire libératoire, inscrivez vos recettes à la ligne 5TB.
  • Vous pouvez aussi opter pour le régime dit « réel ». Dans ce cas, reportez le montant de vos recettes sur la déclaration professionnelle 2031-SD (« Bénéfices industriels et commerciaux »). Vous pouvez déduire l'ensemble de vos charges sur la même déclaration.

Lire aussi : Propriétaire, comment réviser un loyer d’habitation ? | Estimez la valeur de votre bien immobilier avec Patrim

 

Déclarer vos revenus si vos recettes annuelles sont supérieures à 32 900 € (seuil pour 2016) :

Vous êtes automatiquement soumis au régime réel. Reportez le montant de vos recettes sur la déclaration professionnelle 2031-SD (« Bénéfices industriels et commerciaux »). Vous pouvez déduire l'ensemble de vos charges sur la même déclaration.

Lire aussi : Rénovation énergétique : les aides auxquelles vous pouvez prétendre

 

Devez-vous payer des cotisations sociales ?

Si vos recettes annuelles sont inférieures à 23 000 euros en 2017 :

(ou inférieures à 5 100 euros si vous êtes loueur de chambres d'hôtes, au sens des articles D.324-13 à D.324-15 du Code du tourisme)

Vous n'avez pas à payer de cotisations sociales pour votre activité de location meublée de courte durée. Vous déclarerez simplement vos recettes dans le cadre de votre déclaration de revenus. Vous êtes par contre redevable des prélèvements sociaux sur les revenus du patrimoine (15,5 % des bénéfices), effectués en même temps que l'impôt sur le revenu.

Lire aussi : Tout savoir sur le crédit d’impôt transition énergétique (CITE)

 

Si vos recettes annuelles sont supérieures à 23 000 euros pour 2017 :

(ou supérieures à 5 100 euros si vous êtes loueur de chambres d'hôtes)

Vos revenus revêtent alors un caractère professionnel et vous devrez payer des cotisations sociales. Vous devez tout d'abord enregistrer votre activité sur le site Guichet entreprises. Ensuite, deux cas s'offrent à vous :

  • Vos recettes annuelles sont inférieures à 33 100 euros (ou 82 800 euros pour les meublés de tourisme classés et les chambres d'hôtes) : vous pouvez opter pour le régime du micro-entrepreneur. Déclarez vos recettes mensuellement ou trimestriellement. Votre taux global de cotisation s'élèvera à 22,7 % (ou 6 % pour les meublés de tourisme classés et 13,1 % pour les chambres d'hôtes)
  • Sinon : vous dépendez du régime de droit commun des indépendants. Déclarez vos bénéfices annuellement. Vos cotisations seront calculées par le régime social des indépendants (RSI) sur la base du bénéfice réel.


A noter : si vous êtes inscrit au registre du commerce et des sociétés (RCS) comme loueur de meublés professionnels, vous devez vous affilier au régime des indépendants.

Lire aussi : Tout savoir sur les taxes sur les logements vacants (TLV et THLV)

 

Cas pratique

Romain et Vanessa

 

Partagez cet article !

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • 16/02/2018

    Impôt sur le revenu, taxe d'habitation, taxe foncière... : retrouvez le calendrier de vos principales échéances de septembre à décembre 2018, mois par mois.

  • © Fotolia.com

    15/02/2018

    Vous avez jusqu’au 15 février 2018 pour payer votre 1er acompte provisionnel d'impôt sur le revenu. Cette année, le paiement dématérialisé est obligatoire pour tout montant supérieur à 1 000 euros.

  • ©Creative Commons CC0

    14/02/2018

    La loi de finances pour 2018 modifie nombre de dispositions fiscales. Certaines d'entre elles, à fort impact sur les ménages comme la taxe d'habitation, réforment en profondeur les impôts et les taxes en France. Tour d'horizon des principales nouveautés fiscales pour 2018.

  • ©Fotolia.com

    08/02/2018

    En matière d'impôt sur le revenu, les revenus salariaux sont en principe imposés après une déduction forfaitaire de 10 %. Mais il est possible de choisir de déduire l’ensemble de ses frais professionnels à leur valeur réelle. Les frais liés à votre voiture peuvent être évalués de façon forfaitaire avec le barème kilométrique de l’administration fiscale. Précisions sur le barème 2018 des frais kilométriques.

  • © Fotolia

    06/02/2018

    En 2018, le paiement par prélèvement automatique ou en ligne devient obligatoire pour tout avis d’impôt supérieur à 1 000 euros. Le seuil de paiement obligatoire sera abaissé à 300 euros en 2019. Retour sur ce calendrier et les possibilités de paiement dématérialisé.

  • 30/01/2018

    Plusieurs placements sont spécialement conçus pour se constituer une épargne en vue de la retraite. Comment fonctionnent-ils ? Pouvez-vous en bénéficier ? Retour sur les principaux dispositifs existants.

Le ministère sur Twitter

Vous êtes un particulier

Fermer

Besoin d’informations fiables et pratiques qui vous concernent ?

Abonnez-vous à la lettre d’information, c’est gratuit.

Partagez cet article !