Accueil du portailParticuliersDroits de succession : que devrez-vous payer sur votre part ?

Droits de succession : que devrez-vous payer sur votre part ?

Lors d'une succession, vous vous interrogez sur les frais à acquitter ? Comment les calculer pour savoir combien il va vous rester une fois les droits acquittés ? On vous explique tout.

©Fotolia

Devez-vous payer des frais de succession ?

Oui, dans la plupart des cas.

Découvrez les situations dans lesquels vous pouvez être exonérés de droits de succession.

Lire aussi : Testament, héritage, donation, indivision... Tout savoir sur le sujet succession

Comment sont déterminés vos droits de succession ?

Actif net taxable, actif successoral taxable, abattement personnel, part taxable : quelques définitions pour bien comprendre de quoi l'on parle.

Actif net taxable

L'actif net taxable, c'est l'actif à répartir entre les héritiers. La détermination de l'actif net taxable tient compte de l'actif (inventaire des biens) et du passif (les dettes).

Actif net taxable = actif – passif

Lire aussi : Succession : à quels frais de notaire vous attendre ?

Actif successoral taxable

L'actif net taxable est réparti entre chaque héritier en fonction de l'ordre des héritiers et en tenant compte des éventuelles donations antérieures.

Votre part de l'actif net taxable représente votre actif successoral taxable.

Lire aussi : Succession : l'indivision, c'est quoi ?

Abattement personnel sur les droits de succession

L'abattement personnel est la réduction appliquée sur la base de calcul de vos droits de succession.

Les héritiers peuvent bénéficier d’un abattement personnel (à condition qu’ils ne l’aient pas utilisé dans les 15 années précédant le décès dans le cadre d'une donation). Cet abattement est fonction de leur lien de parenté avec le défunt et de leur situation personnelle.

Niveau de l'abattement

  • 100 000 € pour un enfant, un père ou une mère
  • 15 932 € pour un frère ou une sœur
  • 7 967 € pour un neveu ou une nièce
  • 1 594 € en l’absence d’un autre abattement applicable

Les personnes handicapées remplissant les conditions bénéficieront d’un abattement supplémentaire de 159 325 €.

Part taxable

C'est la base de calcul des droits sur votre part :

Part taxable = actif successoral taxable – abattement personnel

Lire aussi : Comment faire une donation ?

Quel droits de succession devez-vous payer ?

À votre part taxable est appliquée un tarif qui diffère en fonction de la qualité de l’héritier.

Droits de succession : le barème pour les héritiers en ligne directe

Tarif applicable Barème applicable
N’excédant pas 8 072 € 5 %
Compris entre 8 072 € et 12 109 € 10 %
Compris entre 12 109 € et 15 932 € 15 %
Compris entre 15 932 € et 552 324 € 20 %
Compris entre 552 324 € et 902 838 € 30 %
Compris entre 902 838 € et 1 805 677 € 40 %
Supérieur à 1 805 677 € 45 %

Droits de succession : le barème pour les frères et sœurs

Tarif applicable Barème applicable
Inférieur à 24 430 € 35 %
Supérieur à 24 430 € 45 %

Droits de succession pour les parents jusqu’au 4e degré inclusivement

Ils feront application du seul taux à 55 %.

Droits de succession pour les autres héritiers

Ils seront taxés au seul taux à 60 %.

Lire aussi : Testament : quelles sont les règles à respecter ?

Simulez vos frais de succession !

Le simulateur de service-public.fr permet une estimation indicative des frais de succession (hors frais de notaire), à la suite du décès d'un proche. Pour obtenir cette estimation, vous devez connaître :

  • la valeur des biens qui composent la succession,
  • le montant de la part vous revenant,
  • le montant des dettes éventuelles laissées par le défunt.

>> Accéder au simulateur

Domicile fiscal et droits de succession

Lorsque le défunt était domicilié fiscalement en France, le bénéficiaire est soumis aux droits de succession sur tous les biens reçus (biens meubles et immeubles), qu’ils soient situés en France ou à l’étranger, sauf dans le cas de clauses internationales contraires.

Si le défunt était domicilié fiscalement à l’étranger, l’imposition dépendra du domicile fiscal du bénéficiaire. Deux cas de figures sont possibles :

  • si le bénéficiaire est domicilié en France le jour du décès du défunt et qu’il l’avait été auparavant au moins 6 années au cours des 10 dernières années, il sera alors soumis aux droits de succession sur tous les biens reçus, qu'ils soient situés en France ou à l'étranger ;
  • si le bénéficiaire est domicilié à l'étranger au jour du décès, seuls les biens du défunt situés en France sont imposables.

Lire aussi : Estimez la valeur de votre bien immobilier avec Patrim

Exonérations possibles dans le cas d'une succession

Exonérations des droits de succession liées à la qualité du bénéficiaire

  • Époux et partenaire de pacs

Le conjoint survivant ou partenaire de PACS est exonéré de droit de succession.

  • Frères et sœurs

En tant que frère ou sœur du défunt, vous bénéficiez aussi d’une exonération de droits de succession si vous remplissez les 3 conditions suivantes :

  • vous êtes célibataire, veuf (ve), divorcé (e) ou séparé (e) au moment du décès ;
  • vous êtes âgé (e) de plus de 50 ans ou handicapé au moment du décès ;
  • vous avez été constamment domicilié avec le défunt pendant les 5 ans ayant précédé le décès.
  • Personnes morales de droit public
  • État et ses établissements publics scientifiques, d'enseignement, d'assistance et de bienfaisance
  • Régions, départements, communes, leurs établissements publics et les établissements publics hospitaliers
  • Établissements publics ou d'utilité publique dont les ressources sont affectées à des œuvres scientifiques, culturelles ou artistiques à caractère désintéressé
  • Établissements publics de parcs nationaux, pour les immeubles situés au cœur de ces parcs nationaux
  • Associations ou fondations reconnues d'utilité publique dont les ressources sont affectées à la protection de l'environnement ou des animaux

Exonérations des droits de succession liées à la qualité du défunt

Vous êtes exonéré de droits de succession, si vous héritez d'une personne :

  • victime de guerre ou d'acte de terrorisme,
  • militaire décédé dans le cadre d'opérations extérieures,
  • sapeur-pompier, policier, gendarme, agent de douane, cités à l'ordre de la Nation, en cas de décès dans l'accomplissement de leurs missions ou des blessures reçues lors de ces missions.

Plus d’informations sur l’exonération par la qualité du défunt ou du successeur dans le Bulletin officiel des finances publiques (BOFiP).

Exonérations des droits de succession liées à la nature des biens transmis

  • Exonération totale
  • Réversion de rente viagère
  • Monuments historiques ouverts au public
  • Œuvres d'art, livres, objets de collection et documents de valeur historique et artistique
  • Exonération partielle

Plus d’informations sur l’exonération en raison de la nature des biens transmis dans le Bulletin officiel des finances publiques (BOFiP).

Lire aussi : Comptes inactifs : comment se faire restituer les fonds

Publié initialement le 16 juin 2017

Références

Partagez cet article !

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • © Fotolia.com

    20/05/2019

    Depuis le 1er janvier 2018, l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) a été supprimé et un nouvel impôt, l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) a été créé. De quoi s’agit-il ? Comment cela fonctionne ? Explications.

  • ©Fotolia

    17/05/2019

    En 2019, même avec l'entrée en vigueur du prélèvement à la source, il est nécessaire de déclarer ses revenus. Les dates limites de déclaration en ligne varient en fonction du département de résidence du contribuable : mardi 21 mai pour les départements 01 au 19 et non-résidents, mardi 28 mai pour les départements 20 au 49 et mardi 4 juin pour les départements 50 au 974/976. Présentation du calendrier complet.

  • © Fotolia.com

    15/05/2019

    Les pensions alimentaires versées aux enfants, aux parents, et aux ex-conjoints sont déductibles du revenu imposable de celui qui les verse sous réserve de respecter certaines conditions. Explications.

  • ©Fotolia.com

    13/05/2019

    Le quotient familial désigne le nombre de parts affectées à chaque foyer fiscal pour le calcul de l’impôt sur le revenu (IR).  L'objectif est d'ajuster le montant de l'impôt aux capacités contributives de chaque foyer (situation, charges de famille). Comment s’opère le calcul du quotient familial ?

  • © Fotolia

    13/05/2019

    Les personnes âgées hébergées en structure médicalisée, qui sont imposées fiscalement, peuvent bénéficier d’une réduction d’impôt.

  • © Fotolia.com

    10/05/2019

    La contribution sociale généralisée (CSG) et la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) sont des taxes destinées à financer la protection sociale en France et à résorber l'endettement de la sécurité sociale. Quels sont les revenus concernés ? Quels sont les taux de prélèvement ?

Fermer

Vous souhaitez recevoir gratuitement toutes nos informations utiles et pratiques ?

Abonnez-vous aux lettres d'information Bercy infos !

Je m'abonne
Partagez cet article !