Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Contrôle technique : changements à partir du 20 mai 2018

Obligatoire, le contrôle technique permet de vérifier que les véhicules en circulation respectent la sécurité des usagers de la route et l’environnement. À partir du 20 mai 2018, le contrôle technique évolue. Quels sont les changements ? Combien coûte un contrôle technique ? Quand faut-il le faire ? Toutes les réponses.

Changements au 1er juillet 2019

Le test anti-pollution sur les véhicules utilisant du diesel est renforcé lors du contrôle technique.

Quels sont les véhicules concernés par le contrôle technique ?

Les véhicules devant effectuer un contrôle technique sont les véhicules dont le poids est inférieur à 3,5 tonnes, notamment :

  • les voitures particulières
  • les véhicules utilitaires
  • les camping-cars.

Lire aussi : Véhicules d'occasion : cinq conseils pour acheter tranquille

Quand faut-il effectuer le contrôle technique ?

Le contrôle technique doit être effectué pour la première fois dans les 6 mois avant le 4ème anniversaire de la première mise en circulation du véhicule. Il doit ensuite être réalisé tous les 2 ans.

Lire aussi : Achat d’un véhicule neuf : comment fonctionne le bonus écologique ?

Combien coûte un contrôle technique ?

Le contrôle technique doit être réalisé dans l'un des centres agréés par l'Etat. Les professionnels fixent librement le prix du contrôle technique. Le prix de cette prestation doit être affiché à l’entrée de l’établissement ainsi qu’à l’accueil.

Quels sont les points vérifiés lors du contrôle technique ?

Depuis l’arrêté du 2 mars 2017, le nombre de points de contrôle est passé de 124 à 132. La liste des fonctions vérifiées est disponible sur Service-public.fr.

Les défauts constatables, appelés « défaillances », sont au nombre de 668 et classés en 3 catégories : défaillance mineure, défaillance majeure et défaillance critique.

Défaillance mineure, majeure et critique

Si lors du contrôle technique, le professionnel constate une défaillance mineure, vous devez alors réparer le défaut constaté mais il n’a pas d’incidence pour la sécurité ou pour l’environnement.

Pour un défaut majeur, vous devez effectuer les réparations dans un délai de 2 mois jour puis réaliser une contre-visite.

Dans le cas d'une défaillance critique, la validité du contrôle est limitée au jour du contrôle. Il faudra alors effectuer les réparations dans la journée puis réaliser ensuite une contre-visite.

En cas de contrôle par les forces de l'ordre, si le contrôle technique ou la contre-visite n'a pas été effectué, vous êtes passible d'une amende de 135 €. Les forces de l'ordre peuvent aussi immobiliser votre véhicule.

Lire aussi : Prime à la conversion : comment en bénéficier ?

Publié initialement le 15 mai 2018

Thématiques :

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Partager la page