Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Lutte contre la vente illicite de médicaments en ligne

Engagée fin septembre 2012, l’opération internationale Pangea V vise à lutter contre les réseaux de vente illicite de médicaments sur internet. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), environ 50% des médicaments vendus sur internet seraient des contrefaçons.

 

 

 

Des risques pour la santé

L’achat de médicaments sur internet comporte des risques pour la santé : les médicaments dont la provenance est souvent inconnue, peuvent contenir des substances actives non mentionnées sur l’étiquetage ou à des teneurs déficitaires, être périmés ou altérés par des conditions de stockage ou de transports inadaptées. La généralisation des transactions en ligne a accru ce trafic.

Pour être commercialisé, un médicament doit posséder une autorisation de mise sur le marché (AMM). Seul le circuit des pharmacies d’officine est régulièrement contrôlé par les autorités sanitaires.

Une atteinte à l'activité économique

La multiplication de sites illégaux de vente en ligne de médicaments porte directement atteinte à l’activité commerciale des industries françaises du médicament. Les industries pharmaceutiques emploient près de 80 000 salariés et dégagent un excédent commercial sur les 10 dernières années.
 

Opération Pangea V

Coordonnée notamment par Interpol et l'Organisation mondiale des douanes (OMD), l'opération Pangea V associait cent pays dont la France. Menée du 25 septembre au 2 octobre 2012 par les services de police, de gendarmerie, des douanes avec le concours des opérateurs du web, cette opération annuelle a permis des arrestations dans le monde entier et la saisie de milliers de médicaments potentiellement dangereux.

Lors de cette opération, la douane française a :

  • saisi plus de 427 000 médicaments de contrebande et de contrefaçon, principalement à Roissy
  • identifié 236 sites illégaux de vente en ligne de médicaments, dont 52 rattachés à la France.

 

 

 

 

Partager la page