Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

[L'info du mardi] Ouvrir les lieux publics aux tournages

L’État est propriétaire d’un patrimoine important et d’une grande diversité, en France et à l’étranger. Lieux de pouvoir, sites d’exception, bâtiments et équipements publics prestigieux ou symboliques ou encore extérieurs, ils intéressent les professionnels du cinéma, de la télévision ou de la publicité. Ces lieux sont pourtant encore peu souvent mis à leur disposition. Aussi  l’Agence du patrimoine immatériel de l’État (APIE) a-t-elle initié une politique d'ouverture de ces lieux et d’accompagnement des tournages.

Tournage du film Le Capital à l’école du Val de Grâce (ministère de la Défense). Des scènes ont également été tournées au ministère.
 

 

Les enjeux de l'ouverture des lieux publics aux tournages

Pour l'Etat

Mieux valoriser le patrimoine public constitue un enjeu d’image et parfois de prestige pour les administrations. Par la diversité de son patrimoine, l’État est « la première agence de décors de France ». Au-delà des symboles comme l’Élysée, le Château de Versailles, le Palais Farnèse ou les Haras nationaux, l'Etat fait découvrir la réalité de ses administrations et de leur évolution. Il donne ainsi une image plus fidèle d'une administration ouverte sur l'extérieur et le monde.

Ouvrir les lieux publics aux tournages est également un facteur de promotion des lieux et des territoires : 40 % des choix de destinations touristiques sont liés à des images vues au cinéma ou à la télévision.

En outre, la location de locaux peut compléter les ressources des administrations publiques (voir encadré ci-contre).

Pour le secteur audiovisuel

Les professionnels du cinéma et de la télévision sont toujours en quête de décors jamais vus à l’écran. L’ouverture des sites publics aux tournages répond donc pleinement à leur demande, dans des conditions adaptées à leurs besoins :

  • une large offre de lieux de tournages,
  • des interlocuteurs identifiés auprès des administrations,
  • des cadres juridique et financier bien définis et prévisibles.

Une politique d'accueil des tournages initiée par l'APIE

L’APIE a défini une véritable politique d'accueil et d'accompagnement des tournages dans les lieux publics, qu'elle propose aux administrations.

Passer d’une démarche d’autorisation à une politique d’accueil a constitué un défi pour l’APIE. Hormis quelques ministères comme celui de la Défense particulièrement sollicités, l’accueil s’opérait le plus souvent de manière empirique.

Ouvrir les lieux de tournage

En partenariat avec la Commission nationale du Film France, l’agence travaille avec les ministères, les institutions publiques et de nombreux établissements publics à ouvrir plus largement les lieux publics aux réalisateurs, tout en garantissant la priorité à l’exercice des missions de service public.

Proposer un accompagnement sécurisant des tournages

Favoriser l’ouverture des lieux publics aux tournages nécessite l'élaboration de conditions cohérentes d’accueil au sein des administrations et un accompagnement pour répondre aux attentes des professionnels, dans le respect des contraintes liées au service public.

Afin d'assurer un accompagnement efficace des tournages, l'agence propose aux administrations :

  • un cadre juridique qui leur permet d’élaborer une convention de tournage ;
  • des grilles tarifaires cohérentes et alignées sur les pratiques du marché qui prennent en compte le type d’œuvre, les spécificités du tournage et le profil du patrimoine recherché (rareté du lieu, localisation …) ;
  • un interlocuteur dédié.

A l'initiative de l'agence, a été institué en 2009 un dispositif d'intéressement des administrations, qui leur permet de conserver en propre la redevance perçue à l'occasion d'un tournage. Cette rémunération est le plus souvent utilisée pour l'entretien du patrimoine (voir encadré ci-contre).
 

L’accompagnement de l'APIE

  • Accompagner les administrations pour sélectionner les espaces potentiels et construire une offre cohérente d'accueil des tournages et/ou des événements privés
  • Diffuser des outils adaptés aux besoins et aux contraintes des administrations
  • Favoriser la coordination et la diffusion des bonnes pratiques entre les administrations

L'Agence du patrimoine immatériel de l'Etat (APIE)

L'APIE est un service à compétence nationale créé en 2007 et placé sous l'autorité des ministères économique et financier. 

Il propose aux acteurs de la sphère publique des stratégies et des outils habituellement plus familiers au secteur privé fondés sur ses compétences en droit de la propriété intellectuelle et en marketing.

Sa mission est triple :

  • aider l'administration publique à identifier les actifs immatériels ;
  • mesurer le potentiel de valorisation de ces actifs ;
  • mettre en place des stratégies de protection et de valorisation.

Les missions de l'APIE
www.economie.gouv.fr/apie
Ecrire à l'APIE

 

Les décrets dits "intéressement"

L’APIE a publié en 2009 deux décrets qui autorisent les administrations d’État à percevoir une redevance pour service rendu en contrepartie de la mise à disposition de leurs espaces publics, notamment pour des tournages, et d’abonder ainsi leurs dotations budgétaires. 

 

Partager la page