Accueil du portailOBSERVATOIRE-DES-JEUX › Enquête joueurs en ligne
Observatoire des Jeux

 

Observer les impacts sanitaires, sociaux et économiques
des jeux d'argent et de hasard pour éclairer l'action de l'Etat

Enquête joueurs en ligne

Organisation et financement

Maître d’œuvre ; Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies (OFDT), Observatoire des Jeux (ODJ).

Responsable ; Marie-Line Tovar (OFDT), Jean-Michel Costes (ODJ).

Financement et collaboration ; OFDT et ODJ.

 

Objectifs

Face à l’offre illégale grandissante sur Internet, la France a, par la loi du 12 mai 2010, organisé une « ouverture maîtrisée à la concurrence » du marché des jeux d’argent et de hasard (JAH) en ligne dans trois domaines : les paris sportifs, les paris hippiques et le poker.Deux ans après la promulgation de la loi, au 4ème trimestre 2012, L’observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et l’Observatoire des Jeux (ODJ) ont mené en 2012 deux enquêtes coordonnées pour approcher le phénomène des JAH chez les internautes français jouant en ligne.

 

Méthodologie

Périodicité ; Première enquête réalisée suite à l’ouverture du marché des jeux en ligne.

Dates d'observation ; 4ème trimestre 2012.

Approche ; L’observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et l’observatoire des Jeux (ODJ) ont mené en partenariat deux enquêtes sur ces activités. La première (Prévalence-e-JEU 2012), réalisée auprès d’un échantillon représentatif de la population française adulte, permet d’estimer la prévalence des JAH en ligne, au sein de la population générale. La seconde (e-ENJEU 2012), conduite auprès d’un échantillon d’internautes, permet de décrire les profils des personnes concernées, les pratiques de jeux, et leurs impacts.

Unité statistique ; L’individu.

Champ d'observation ; Population âgée de 18 ans et plus résidant en France.

Méthode d'échantillonnage ; La première (Prévalence-e-JEU 2012), réalisée auprès d’un échantillon représentatif de la population française adulte, permet d’estimer la prévalence des JAH en ligne, au sein de la population générale. La seconde (e-ENJEU 2012), conduite auprès d’un échantillon d’internautes dont la structure sociodémographique a été calée sur celle de l’ensemble des internautes français, permet de décrire les profils des personnes concernées, les pratiques de jeux, et leurs impacts.

Durée d'observation ; Continue sur la période de collecte des données.

Biais de couverture de la source par rapport au champ d'observation ; Biais inhérent à toutes enquêtes auto-administrées.

Champ géographique ; France métropolitaine.

Découpage géographique possible ; National.

Champ du jeu, Définition ; L’étude des jeux d’argent en ligne se focalise essentiellement sur la pratique de cette activité au cours des 12 derniers mois. Cette prévalence est ensuite déclinée par type de jeu pour rendre compte au mieux du niveau des pratiques. Ces informations peuvent ensuite être croisées avec certaines variables socio-démographiques et des variables propres à l’environnement de jeu afin d’estimer par exemple la part des individus jouant sur l’offre non réglementée.

Huit familles de jeu ont ainsi été distinguées dans l’enquête;

  • La Française des Jeux
  • Les autres jeux de tirage / grattage
  • Le poker
  • Les machines à sous
  • Les jeux de casinos (hors poker et machines à sous)
  • Les paris sportifs
  • Les paris hippiques
  • Les autres jeux

 

Nombre d'unités statistiques observées ;

  • La première (Prévalence-e-JEU 2012), réalisée auprès d’un échantillon représentatif de la population française adulte, recense 2 761 Français âgés de 18 ans et plus.
  • La seconde (e-ENJEU 2012), conduite auprès d’un échantillon d’internautes, recense 4236 individus âgés de 18 ans et plus.

 

Taux de couverture ; La représentativité des deux échantillons est assurée par un calage sur marge.

Type de recueil de données ;

  • La première enquête a été réalisée dans le cadre de l’étude intitulée «Observatoire des usages Internet » de Médiamétrie avec le système d’interviews par téléphone assistées par ordinateur (CATI).
  • La seconde enquête a été réalisée à partir du panel d’internaute « Le Carré des Médias » de Médiamétrie (base de 830 000 adresses) en utilisant le système d’interview par Internet assistée par ordinateur (CAWI).

 

Données recueillies ;

  • Informations socio-démographiques (sexe, âge, PCS, niveau de diplôme, statut matrimonial) ;
  • Type de jeu pratiqué (prévalence par type de jeu, part des joueurs exclusifs) ;
  • Informations relatives à l’environnement de jeu (nom de domaine des sites, présentation de la carte d’identité, nombre de sites fréquentés, nombre d’inscriptions réalisées) ;
  • Niveau des mises ;
  • Étude des supports, lieux et habitudes de jeu ;
  • Étude des opinions sur l’apport des jeux en ligne comparativement aux jeux traditionnels ;

 

Qualité et fiabilité des données ; Nombreuses vérifications quant à la représentativité des échantillons, la cohérence des réponses, etc. Pondération et recodage conformes aux recommandations méthodologiques internationales.

Délai de diffusion des résultats ; N+1 an.

Principal mode de diffusion des résultats ; Publication sous forme de rapports et de notes.

 

Bibliographie

« Les niveaux et pratique des jeux d’argent et de hasard en 2010 », Tendances N° 77, OFDT, Septembre 2011.

« Les jeux d’argent et de hasard sur Internet en France en 2012 », Tendances N° 85, OFDT/ODJ, Juin 2013.

ARJEL. (2013). Le marché français des jeux d’argent et de hasard en ligne Bilan 2012.

 

Observations

La loi du 12 mai 2010 ouvre à la concurrence trois domaines de jeux d’argent et de hasard : les paris sportifs, les paris hippiques et le poker. La loi confie la régulation de ce marché à une autorité administrative indépendante : l’ARJEL, Autorité de régulation des jeux en ligne, qui attribue les agréments aux opérateurs et contrôle leur activité.

Les pratiques ludiques peuvent toutefois s’exercer sur des sites illégaux (domaines non-ouverts par la loi de 2010 tels que les jeux de casinos ou les machines à sous, ou sites Internet de jeux dans les domaines ouverts par la loi mais n’ayant pas reçu l’agrément de l’ARJEL) ou des sites se présentant comme étant hors du cadre de la loi (sites de « jeux gratuits », même si dans la réalité certains de leurs visiteurs déclarent y dépenser de l’argent dans l’espérance d’un gain). Ces activités de jeu sont regroupées sous le terme de : pratiques de jeu « sur l’offre non régulée ».

 

Synthèse des derniers résultats

Deux ans après l’adoption de son cadre réglementaire, ces deux enquêtes nous permettent de faire le point sur les pratiques du jeu d’argent et de hasard sur Internet.

Cette pratique est partagée par 3,7 % de la population française. Si elle est majoritairement régulée, la frontière entre l’offre légale et l’offre non régulée est mouvante et incertaine, à l’image de la perception que peuvent en avoir les joueurs. Si les activités de jeux en ligne conservent majoritairement une dimension ludique non problématique, elles induisent pour une part importante des joueurs des risques d’addiction (10,4 % des joueurs en ligne ont des pratiques à risque modéré) ou des problèmes avérés nécessitant sans doute une prise en charge sanitaire et sociale (6,6 % sont des « joueurs excessifs »). Ces données confirment que ces activités sur Internet sont plus à risque que sur l’offre de jeu traditionnelle. Ce risque est encore majoré pour certaines catégories de jeu, notamment celles qui ne font pas partie du champ ouvert et régulé par la loi. Il semble d’ailleurs que la part de cette activité se déroulant sur l’offre régulée, si elle s’avère dominante, est loin d’être exclusive.

 

Partagez cet article !