Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Par décret du 3 novembre 2016, l’Etat renouvelle pour 5 ans l’Observatoire des jeux (ODJ). Il confirme ainsi que cet Observatoire est utile à la définition des politiques publiques dans le domaine des jeux de hasard et d’argent par l’apport d’informations validées scientifiquement tant sur les pratiques de jeux que sur les comportements des joueurs. Le jeu devenu un produit de grande consommation, toute perspective d’en étendre l’usage (nouveaux jeux ou nouvelle modalité d’usage) implique donc de connaître les risques encourus par le « consommateur » et d’éclairer ainsi la décision publique.

Evaluer les taux de prévalence du jeu récréatif, problématique et excessif en France, estimer l’impact du jeu en ligne, documenter les caractéristiques des joueurs, ces informations, acquises au cours des cinq années, sont indispensables à la mise en place des programmes de régulation, de prévention et d’aide aux joueurs en difficulté. Toutes ces données et cartographies des niveaux des jeux en France sont mises à la disposition de l’ensemble des acteurs, opérateurs de jeux et praticiens en santé sur le site de l’ODJ.

L’ODJ rassemble désormais 6 personnes qualifiées (nommées par l’arrêté conjoint) pour leur compétence et expertise dans le domaine du jeu et 4 représentants des institutions suivantes : Insee, Santé publique France, OFDT et Arjel. Jean-Michel Costes en est le secrétaire général et j’assume la fonction de présidente. Cette nouvelle configuration devrait permettre de mutualiser et exploiter les données issues des institutions représentées, par là même d’enrichir la réflexion sociétale et éthique sur les jeux et ainsi d’être en mesure d’informer et de conseiller les deux commissions consultatives (CCJCC et COJEX) mises en place par le décret du 3 novembre.

L’ODJ s’est fixé pour les prochaines années les objectifs suivants : rendre compte de l’évolution des pratiques et des risques ; améliorer l’outil diagnostic du jeu problématique, excessif que constitue actuellement ICJE ; s’intéresser tout particulièrement aux jeux des mineurs et à la confusion gaming/gambling ; évaluer la prévalence et le coût des dommages causés par le jeu excessif ; appréhender le rapport coût-bénéfice ; ouvrir une réflexion sur le jeu responsable, aspects éthiques et socio-politiques ; comparer différentes politiques européennes, internationales concernant les jeux.

Partager la page