Fraude dans le Val-de-Marne : ces secteurs d’activités sont dans le viseur des autorités en 2024

Le comité opérationnel départemental antifraude du Val-de-Marne s'est réuni il y a peu et a clairement pointé les secteurs sur lesquels il allait porter ses efforts en 2024.

Il ne fera pas bon tenter de frauder sur les chantiers, mais aussi dans la restauration et les entreprises en 2024. Ces trois secteurs d’activité, où il n’est pas rare de faire appel à des travailleurs intérimaires, sont en effet dans le viseur des autorités du Val-de-Marne, qui ont clairement annoncé la couleur lors d’un comité opérationnel départemental anti-fraude (Codaf), jeudi 7 mars 2024.

La fraude sur les chantiers des JO notamment

Réunissant les services de l’État (préfecture, police, administrations fiscale, douanière, du travail et protection des populations), le Codaf a pour mission de lutter contre la fraude, qu’elle concerne les conditions d’emploi, les prélèvements obligatoires ou les prestations sociales.

Ainsi, au titre des priorités 2024, ses membres ont décidé de « maintenir une action résolue contre la fraude sur les chantiers, dans la restauration et dans les entreprises faisant appel au travail intérimaire, notamment dans le cadre des JO de Paris 2024 ». Il a également été décidé « d’agir plus spécifiquement dans le cadre de la lutte contre les filières d’exploitation des travailleurs étrangers en situation irrégulière ».

Les JO sont un événement planétaire pour lequel « l’exemplarité » dans sa préparation et son déroulement est souvent mise en avant, et mise à mal.

Derrière la belle image se cache effectivement un quotidien moins avouable avec une main-d’œuvre illégale utilisée sur les chantiers de construction des infrastructures où se dérouleront les épreuves. Des pratiques qui ne sont toutefois pas toutes passées sous silence, certains géants du BTP s’étant déjà fait prendre la main dans le pot de confiture.

Un préjudice estimé à 4 millions d’euros en 2023

Outre le travail intérimaire, les autorités maintiendront la pression sur les secteurs qui ont été « porteurs » en 2023. L’an passé, sur les 511 opérations menées dans le département du Val-de-Marne, 317 (62%) ont permis de relever des infractions pour un préjudice estimé à plus de 4 millions d’euros, a-t-il annoncé au cours du Codaf. 

Les contrôles ont porté majoritairement sur les restaurants (41 %), les petits
commerces (23 %), les salons de coiffure et d’esthétique (10 %) et les établissements liés à l’automobile (7 %), a-t-il été détaillé.

Les deux principaux types de fraude détectées ont été le travail illégal (49 %) ainsi que les
manquements à l’hygiène et le non-respect des normes de sécurité (41 %).

https://actu.fr/faits-divers/fraude-dans-le-val-de-marne-ces-secteurs-d…