Contrebande de tabac, travail dissimulé… Le bar à chicha l’Empire, à Orléans, visé par une enquête préliminaire

CODAF du Loiret - Le 15 février 2022

C'est une descente de police dans la nuit du 5 au 6 février qui a entraîné la fermeture de l'établissement, situé dans la ZAC des Chèvres-Noires, à Orléans. Une enquête préliminaire pour "mise en danger de la vie d’autrui, contrebande de produits manufacturés et recels", ainsi que "travail dissimulé", a été ouverte.

Après une descente de police qui a entraîné la fermeture du bar à chicha L’Empire, dans la nuit du 5 au 6 février, une enquête préliminaire a été ouverte, indique le parquet d’Orléans.

Elle porte sur des faits présumés de "mise en danger de la vie d’autrui, contrebande de produits manufacturés et recels, et travail dissimulé".

Les investigations ont été confiées aux policiers de la Sûreté départementale (SD).

Du tabac de contrebande saisi

Le contrôle mené conjointement par le CODAF – le comité départemental anti-fraude chargé de la lutte contre le travail illégal – et une commission de sécurité présidée par la préfecture du Loiret, avait entraîné la fermeture administrative de L’Empire pour "péril imminent".

Situé dans la ZAC des Chèvres-Noires, le long de la RD2020 sud à Orléans, le bar avait rouvert le 23 novembre 2021, après avoir déjà connu plusieurs mois de fermeture administrative.

Depuis le mois de janvier 2022, les autorités avaient repéré que le bar pouvait accueillir certains week-ends plusieurs centaines de personnes (jusqu’à 400 selon la police), dans une ambiance "boîte de nuit", alors que ces dernières étaient fermées en raison des mesures sanitaires.

Une activité bar à chicha non déclarée

Mais l’établissement ne possédait pas les infrastructures lui permettant d’accueillir autant de personnes. Lors du contrôle, les autorités avaient constaté qu’"une seule porte de secours [était] accessible sur trois", et que le système d’alarme incendie était inaudible, poursuit le parquet.

Plusieurs boîtes de tabac non déclarées avaient également été saisies.

L’établissement présentait "des licences non adaptées au regard de [son] activité réelle", ainsi qu'une activité "bar à chicha non déclarée". Plusieurs personnes étaient "en situation de travail illégal". 

https://www.larep.fr/orleans-45000/actualites/contrebande-de-tabac-travail-dissimule-le-bar-a-chicha-l-empire-a-orleans-vise-par-une-enquete-preliminaire_14086533/