Accueil du portailArchives › Martine Pinville s'adresse aux professionnels du e-commerce jeudi 28 janvier 2016

Martine Pinville s'adresse aux professionnels du e-commerce jeudi 28 janvier 2016 - 28/01/2016

Martine Pinville, secrétaire d’Etat chargée du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation et de L’Economie sociale et solidaire a ouvert jeudi 28 janvier 2016 la conférence de presse annuelle de la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad) destinée à dresser le bilan du e-commerce pour l’année 2015.

 

 

 

©BercyPhotos

 

Au cours de l'ouverture de la conférence de presse annuelle de la Fevad, Martine Pinville a rappelé l’engagement du gouvernement pour permettre le développement du e-commerce, au bénéfice de tous les acteurs de l’économie. Ces actions suivent deux axes principaux :

  • L’encouragement au passage au numérique des entreprises et en particulier des très petites entreprises (TPE) et des petites et moyennes entreprises (PME) ;
  • la sécurité et à la fiabilité des transactions en ligne pour les consommateurs.

Encourager la transition numérique des entreprises pour le BtoC et le BtoB

Les relations commerciales des entreprises envers leurs clients (BtoC) doivent être encouragées. Selon l’étude menée conjointement par la Direction générale des Entreprises et la Fevad consacrée à la transition numérique dans le commerce inter-entreprises (BtoB), Martine Pinville préconise notamment l’adaptation des entreprises à la transition numérique en s'appuyant notamment sur la qualité des ressources humaines.

Martine Pinville

« A long-terme - au sein d’une économie qui met l’expérience du client au cœur de l’attention - la créativité, le service, la disponibilité, c’est-à-dire des attributs profondément humains, sont plus déterminants que les investissements en matériels ou en équipements.

Il est donc particulièrement important que les parcours de formations soient adaptés à cette transition. C’est tout le sens notamment des 500 000 formations supplémentaires annoncées lundi 18 janvier par le président de la République dans son plan d’urgence pour l’emploi. L’économie change, et les compétences des travailleurs doivent donc changer avec elle. »

De même, Pour accompagner les TPE et PME dans leurs processus de transformation, le gouvernement a également lancé dès l’année 2012 son programme « Transition numérique ». Cette politique s’appuie sur des « conseillers au numérique » présents notamment dans les Chambres de commerce et d’industrie et les Chambres des métiers et de l’artisanat dans tous les territoires. Cet accompagnement peut se révéler crucial pour toutes les TPE et PME qui ne disposent pas de direction des systèmes informatiques ou de direction du numérique.

L’action du gouvernement en faveur de la transition numérique trouve une autre traduction très directe au travers de la loi pour une République numérique, portée par Axelle Lemaire et qui vient d’être définitivement adoptée et le plan pour une République du numérique du Premier ministre.

Renforcer la confiance des consommateurs envers le e-commerce

Concernant la fiabilité, la sécurité et la transparence des échanges commerciaux en ligne, la ministre a salué a coopération entre la Fevad et l’Institut national de la consommation, qui a conduit à la publication en novembre 2015 d’un guide dédié aux achats en ligne. Cette initiative s’inscrit dans la continuité du code de déontologie et du service de médiation gratuit mis en place  par la Fevad.

Au-delà des contrôles réguliers effectués par l’administration pour garantir le respect de pratiques loyales par les sites marchands, le gouvernement a introduit :

  • au niveau national des dispositions relatives à la transparence des plateformes ou la fiabilité des avis en ligne, via la loi croissance et activité d’août 2015 et prochainement la loi pour une République numérique ;
  • Au niveau européen, une mobilisation dans le cadre du marché unique numérique.

Bilan de la Fevad

Les Français ont dépensé 65 milliards d’euros sur internet en 2015. Un chiffre en hausse de 14,3 % sur un an. Le nombre de transactions a, quant à lui, augmenté de 19 % passant de 700 millions en 2014 à 835 millions en 2015.  Voir le communiqué (PDF-380 Ko).

Partagez cet article !