Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

L’Agence française de développement fête ses 70 ans

Institution financière publique, l’Agence française de développement (AFD) est au cœur du dispositif français de l’aide publique en faveur des pays en développement. Elle fête ses 70 ans.

 

 

 

 

 

Banque de développement et agence au service de la politique d’aide au développement

L’Agence française de développement est placée sous la tutelle de trois ministères : le ministère des Affaires étrangères et européennes, celui de l’Économie, des Finances et de l'Industrie et celui de l'Intérieur, de l'Outre-mer, des Collectivités territoriales et de l’Immigration.

Elle est l’héritière de la Caisse centrale de la France Libre, créée par l'ordonnance du général de Gaulle du 2 décembre 1941, à Londres.

Institution financière spécialisée, l'agence relève de la loi bancaire. Elle conjugue les fonctions de banque de développement et d’agence au service de la politique publique d’aide au développement. En Outre-mer, elle conduit, pour le compte de l’État, une politique de soutien aux collectivités publiques et de financement de l’économie.

Elle met en œuvre les orientations définies dans le cadre du Comité interministériel pour la coopération internationale et le développement (Cicid), présidé par le Premier ministre.

En 2009, l’activité du groupe s’élevait à 6,2 milliards d’euros.

Projets de développement économiques et sociaux

L’agence finance des projets de développement économiques et sociaux dans les pays en développement, les pays émergents et l’Outre-mer français.

Cette action s’inscrit dans le cadre des Objectifs du Millénaire (OMD). Ces objectifs de développement prioritaires ont été définis en 2000 par les Nations Unies. Ils visent à réduire de moitié la pauvreté dans le monde d’ici à 2015.

Les relais dans le monde

L’AFD dispose d’un réseau d’une soixantaine d'agences et de filiales, en Afrique, en Asie, dans le pourtour méditerranéen, au Moyen-Orient, en Amérique latine, dans les Caraïbes et dans l’Outre-mer français. Ce réseau compte plus de 1 700 agents.

Pour mettre en œuvre ses projets de développement, l’AFD s’appuie sur les pouvoirs publics, le secteur privé et les réseaux associatifs locaux.

Des ressources publiques et privées pour financer le développement
 

Pour mettre en œuvre l’ensemble de ses projets, l’AFD reçoit des ressources publiques et se finance sur les marchés internationaux ainsi que sur ses fonds propres.

La majeure partie des ressources de l’Agence provient des marchés financiers internationaux. Elle se finance sous forme d’emprunts obligataires publics ou de placements privés. Elle peut ainsi accorder des prêts à des conditions favorables par rapport au marché grâce à la notation AAA de ses émissions.

Les ressources publiques de l’AFD émanent de ses ministères de tutelle :

  • Affaires étrangères et européennes : ces ressources permettent à l’Agence de financer des projets sous forme de subventions ;
  • Économie, Finances et Industrie : ces financements servent essentiellement à la bonification des prêts que l’AFD met à disposition de ses partenaires étrangers et en Outre-mer ;
  • Intérieur, Outre-mer, Collectivités territoriales et Immigration : ces fonds financent, sous forme de subventions, les projets de codéveloppement dans les pays d’intervention et certains projets en Outre-mer.

 

Les Objectifs du millénaire pour le développement

Les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) que la communauté internationale s’est engagée à atteindre d’ici 2015 sont au nombre de huit. Ils découlent de la Déclaration du millénaire, adoptée lors du Sommet du millénaire (septembre 2000).

  • Objectif 1 : éliminer l’extrême pauvreté et la faim.
  • Objectif 2 : assurer l’éducation primaire pour tous.
  • Objectif 3 : promouvoir l’égalité et l’autonomisation des femmes.
  • Objectif 4 : réduire la mortalité infantile.
  • Objectif 5 : améliorer la santé maternelle.
  • Objectif 6 : combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies.
  • Objectif 7 : assurer un environnement durable.
  • Objectif 8 : assurer un partenariat pour le développement mondial

 

Les quatre principales zones d’intervention de l'AFD

  • L’AFD consacre 40% de ses financements vers l’Afrique subsaharienne (2,1 milliards d’euros en 2009). Les infrastructures et le développement urbain représentent 33% du montant, l’eau et l’assainissement 15% et la protection de l’environnement et des ressources naturelles 11%.
  • Arrivent en second la Méditerranée et le Moyen Orient (1,15 milliard d'euros).
  • En 3e position : l'Asie et le Pacifique, principalement pour l’environnement, les infrastructures et l’agriculture (1 milliard d'euros).
  • L’Outre-mer arrive en 4e position (943 millions d’euros).

Liens Pratiques

Partager la page