Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Investissement et industrie : Emmanuel Macron à Strasbourg puis à Fellbach (Allemagne), le 27 avril

Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, a visité le 27 avril l’entreprise Punch Power Glide à Strasbourg, bel exemple d’une opération de réindustrialisation dans le secteur de l’automobile. Il s'est rendu ensuite dans l’usine de Wittenstein-Bastian (Fellbach - Allemagne), entreprise de « l’industrie 4.0 » représentative de l’usine du futur.

 

 

Emmanuel Macron le 27 avril 2015 visite l’usine 4.0 de Wittenstein-Bastian, à Fellbach (Allemagne)

Les mesures fiscales pour soutenir l'investissement productif privé

Le ministre de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique a visité l'usine de boîtes de vitesses automatiques Punch Powerglide, ancien site de General Motors (GM) repris en 2013 par la société belge Punch Metals International, à Strasbourg. Cette entreprise témoigne d’une opération de réindustrialisation réussie.

L’entreprise Punch avait investi, en 2013, 160 millions d’euros pour la fabrication de boîtes huit vitesses destinées à l’entreprise allemande ZF, à un rythme annuel de 200 000 pièces. Lors de la visite du ministre, elle a annoncé un nouvel investissement de 60 millions d’euros pour doubler sa capacité de production. Cet investissement va générer 200 emplois supplémentaires, portant le total des effectifs à 1 350 personnes à l’horizon 2016.  

Les investissements engagés par l'entreprise Punch seront éligibles à une mesure récemment annoncée par le Gouvernement, visant à encourager l'investissement productif des entreprises réalisé entre mi-avril 2015 et mi-avril 2016, en leur permettant d'augmenter leur amortissement de 40%. [Voir encadré ci-contre]

Développer l'industrie 4.0

Le ministre s’est rendu ensuite dans l’usine de Wittenstein-Bastian (Fellbach - Allemagne), entreprise d’engrenages de haute précision, représentative de « l’industrie 4.0 ». Il l'a visitée en présence de Nils Schmid, ministre des Finances et de l’Economie du Land de Bade-Wurtemberg.

Pour Emmanuel Macron, la France doit s’inspirer de ce modèle pour réorganiser sa politique industrielle et développer des « usines du futur », clés de la réindustrialisation. Cette visite a été également l’occasion de rappeler l’importance de la coopération franco-allemande dans le domaine industriel.

Emmanuel Macron

«  Les usines de l’industrie 4.0 représentent un changement de modèle de production en favorisant les plus hautes marges, les plus hautes qualifications » . « Ces usines permettent de produire des quantités parfois plus petites à plus haute valeur ajoutée, pour certaines niches industrielles. C'est ce modèle qu'on veut pouvoir développer en France» .

Emmanuel Macron s’est également rendu au Parlement européen. Il a échangé sur la politique économique et les réformes en cours, avec les présidents des principales formations politiques du Parlement ainsi qu’avec des députés européens des commissions économique et budgétaire et des députés de la délégation socialiste française.

Lire aussi

Suramortissement : Michel Sapin à Savigny le Temple - 27/04/2015

Le suramortissement : une mesure exceptionnelle pour soutenir l'investissement productif - 21/04/2015

 

 

!function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0],p=/^http:/.test(d.location)?'http':'https';if(!d.getElementById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src=p+"://platform.twitter.com/widgets.js";fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document,"script","twitter-wjs");

 

Nouvelle mesure fiscale: le suramortissement

Pour encourager l’investissement privé, le Gouvernement a annoncé début avril une mesure de suramortissement. 

Cette mesure va permettre de soutenir l’investissement productif de toutes les entreprises pour accélérer la modernisation de leur outil de production et leur permettre d’être plus compétitives.

Il s’agit d’une mesure exceptionnelle d’un an visant à encourager l’investissement productif privé des entreprises en leur permettant de pratiquer un suramortissement de 40%. Les entreprises peuvent donc amortir les biens à hauteur de 140% de leur valeur, ce qui leur apporte un double avantage, en termes de trésorerie et en termes de rendement.

 

 

 

 

Partager la page