Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Midi-Histoire de Bercy 2020

Une dizaine de séances des Midi-Histoire de Bercy sont programmées en 2020.

Consultez le programme des séances à venir, inscrivez-vous aux sessions ouvertes et retrouvez, quelques semaines après chaque séance, son enregistrement audio.

Inscription

La participation aux Midi-Histoire de Bercy est libre sous réserve d'inscription préalable en ligne.

Horaires et lieu

de 12 h 30 à 14 h 00

Ministères économiques et financiers
Amphithéâtre du centre d'activités sportives et culturelles (CASC)
139, rue de Bercy - 75012 Paris

Les séances à venir

15 septembre 2020 : Face à la peste : les réponses des autorités politiques et médicales aux derniers siècles du Moyen Age

Par Marilyn Nicoud, professeur d'histoire médiévale, directrice du Collège des études doctorales, directrice adjointe du CIHAM-UMR 5468, responsable du master Recherche en histoire, université d'Avignon et des Pays de Vaucluse

De manière assez constante, l’image que l’opinion retient du Moyen Âge est celle d’une longue période dominée par la toute puissance de l’Église, mais aussi celle d’une époque troublée, marquée par des guerres et des fléaux, au premier rang desquels ce qu’on a appelé, à partir du XVIe siècle, la « peste noire ». Apparue au milieu du XIVe siècle à Caffa en Crimée, cette maladie épidémique qui a suivi les circuits du commerce méditerranéen, a fait disparaître, en quelques années, entre un tiers et plus de la moitié de la population européenne. Surtout, elle s’est installée durablement et elle est devenue, lors de recrudescences régulières pour certaines très meurtrières, une compagne familière des sociétés occidentales, jusqu’à sa disparition après l’épisode de peste à Marseille et en Provence en 1720-1721. Elle reste aujourd’hui présente dans plusieurs endroits du monde.
Face à une pandémie qui a suscité l’effroi du fait de sa létalité forte (notamment dans sa forme pulmonaire) et à laquelle nul ne semblait pouvoir échapper si ce n’est en adoptant le principe galénique rappelé par les médecins (« pars loin, longtemps et reviens tard »), les chroniqueurs médiévaux ont eu tendance à dresser un portrait effrayant et critique à l’égard de ceux dont on attendrait qu’ils soient mobilisés pour prendre en charge la santé des populations : les praticiens d’un côté, généralement désavoués pour leur esprit de lucre, pour ne pas savoir guérir la peste et ne pas comprendre le principe de contagion ; les autorités publiques de l’autre. Si lorsque pour la première fois l’épidémie est apparue, on a pu constater des formes de désorganisation politique dans la vie des cités, on s’aperçoit toutefois qu’au gré de l’expérience acquise d’une peste devenue endémique, des mesures ont été prises pour prévenir la maladie ou pour la contenir (cordons sanitaires, isolement des pestiférés, quarantaines, fondations de lazarets, créations de « bureaux de santé », patentes de circulation…), sans pour autant qu’elles soient attestées partout pour le Moyen Âge. Ici, certaines cités italiennes et du littoral adriatique se caractérisent par la précocité de mise en place d’une politique d’information et de contrôle, dès la seconde moitié du XIVe siècle, à laquelle fut associé le corps médical. Des mesures principalement prophylactiques face à une maladie souvent létale, qui soulignent un souci de santé publique, mais qui se heurtent aussi aux nécessités de survie économique et aux réactions des populations : comme un lointain écho à nos préoccupations actuelles.

5 octobre 2020 : Les crises de la dette publique, XVIIIe-XXIe siècle

Par Gérard Béaur, Directeur de recherches émérite CNRS & Directeur d'études à l'EHESS et par Laure Quennouëlle-Corre.

10 novembre 2020 : Existence, persistance et résistance de «l'automobile de France» d'un siècle à l'autre

Par Mathieu Flonneau, maître de conférences en histoire contemporaine, université Paris I Panthéon-Sorbonne, SIRICE-CRHI, Directeur IAES-EDS, Président T²M Traffic&Transport to Mobility association.

Par-delà une présentation historique il s'agira dans ce propos de s'interroger aujourd'hui sur la nature de "l'automobile de France" telle qu'elle a été identifiée aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. Pays pionnier dans ce secteur industriel d'élite, puis de large diffusion, l'hexagone, avec ses marques repères vit à l'heure actuelle de nombreux bouleversements dont la chronique médiatique se fait largement l'écho. La question même de la subsistance industrielle et de l'utilité sociale et patrimoniale de ce secteur d'excellence se retrouvant posée, il conviendra de réfléchir aux portées réelles des mutations en cours dans le vaste champ de l'automobilisme contemporain.

Les séances passées

24 juin 2020 : Maximilien de Béthune, duc de Sully : gentilhomme campagnard, protestant et surintendant des finances (1559-1641) - session annulée

Par Marie-Laure Legay.

La vie et l'oeuvre ministérielle de ce rescapé de la Saint-Barthélemy, compagnon d'armes d'Henri IV, placé à la tête de plusieurs départements ministériels dont celui de la Surintendance des finances, administrateur précurseur de Colbert et auteur des Oeconomies royales

19 mai 2020 : Frauder au Moyen Âge : une question de taille - session annulée

Par Anne Lemonde, maître de conférences en histoire médiévale à l'université Pierre Mendès France-Grenoble 2 et Florent Garnier, professeur des Universités, directeur du Centre toulousain d'histoire du droit et des idées politiques.

14 avril 2020 : La société de consommation en France : de l’avènement à la remise en cause (1945-2020)  - session annulée

Par Jean-Claude Daumas, professeur émérite à l’université de Franche-Comté et membre honoraire de l’Institut universitaire de France, auteur de La Révolution matérielle. Une histoire de la consommation, France XIXe-XXIe siècle (Flammarion).

L’avènement de la société de consommation après 1945 s’est traduit par une impressionnante hausse du niveau de vie des Français et un bouleversement complet de leur mode de vie. Si les Français ont plébiscité l’abondance, c’est parce qu’ils y ont vu l’expression de la modernité et la condition du bien-être. N’a-t-elle pas rendu possible la transformation en profondeur des budgets des ménages, la mécanisation du foyer, le progrès du confort, l’accroissement de la mobilité et une plus grande autonomie des individus ? Mais pas plus qu’elle ne fut synonyme d’asservissement aux choses, la consommation de masse n’a uniformisé les habitudes de consommation des différentes catégories sociales. La nouvelle période qui s’est ouverte dans les années 1970-1980 est marquée par une triple remise en cause de la consommation de masse. D’un côté, la stratégie de différenciation et de renouvellement des produits suivie par les industriels alimente une micro-différenciation des modes de consommation qui a conduit à parler de « consommation de masse personnalisée » ; de l’autre, avec l’effritement de la société salariale, les modes de consommation des différentes catégories sociales n’ont cessé de s’éloigner et de se fragmenter ; enfin, la prise de conscience de la crise climatique est à l’origine de critiques récurrentes qui lient la dénonciation du consumérisme à la défense de l’environnement et font peser tout le poids de la transition écologique sur les seuls consommateurs.

Stockvault shopping cars 139794

10 mars 2020 : Les métiers de la Seine, un haut lieu économique parisien, 1750-1850

Par Isabelle Backouche, directrice d'études à l'EHESS.

La conférence présente la grande diversité d’activités économiques qui impliquaient la population parisienne sur le fleuve au 18e siècle, du ravitaillement urbain à la variété de métiers et de services installés sur la Seine. Les motifs qui ont abouti à leur progressive disparition entre 1750 et 1850 sont décrits, justifiant qu’aujourd’hui on parle de reconquête de la Seine.

Le port Saint-Nicolas, Jean-Auguste Gagnery, 1834, Musée Carnavalet © Roger-Viollet

11 février 2020 : Les contestations fiscales, du XXe siècle aux gilets jaunes

Par Frédéric Tristram, Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris 1- Panthéon-Sorbonne.
 

Le mouvement des gilets jaunes trouve son origine dans la contestation d’une mesure fiscale, l’augmentation de la taxe carbone, conduisant à une hausse sensible du prix des carburants. Pour autant, dans sa sociologie, ses motivations profondes ou ses modalités d’expression, il diffère sensiblement des révoltes fiscales traditionnelles, notamment le poujadisme durant les années 1950,  ou le CID-UNATI animé par Gérard Nicoud après 1969.
Cette séance aura pour objectif de dresser un parallèle entre ces différents épisodes, de montrer leurs invariants, mais aussi de comprendre leur spécificité et de les replacer dans un contexte particulier, qu’il s’agisse de la modernisation à marche forcée de l’appareil de production, de l’assujettissement des travailleurs indépendants aux assurances sociales, ou enfin de la très forte augmentation de la dépense publique et des taux de prélèvements obligatoires intervenus depuis maintenant plus de trente ans.

Le Cid-Unati brûle un camion, à Toulouse, le 6 février 1978. Sources. Archives municipales de Toulouse (Fonds André Cros)

Écouter l'enregistrement du 11 février 2020

14 janvier 2020 : Les Trente Glorieuses, une révolution économique au prisme du film populaire « Les Tontons Flingueurs »

Par Olivier Coquard, Professeur d'histoire en classe préparatoire au lycée Henri IV.

Les Trente Glorieuses ont résulté d’une convergence de la croissance démographique et de la croissance économique ; à l’échelle de deux générations, cette croissance a imposé des changements culturels qui ont touché toute la population. La culture populaire a donc reflété ces changements et leurs mécanismes, ce dont peut témoigner en particulier le film Les Tontons Flingueurs, inattendu succès de l’année 1963. Son étude (scénario, protagonistes, décors, costumes, dialogues) fournit autant de clés permettant de comprendre la façon dont les contemporains ont vécu et compris les Trente Glorieuses.
C’est à travers différentes approches du film, empruntant à la fois à l’analyse cinématographique, à l’histoire comparatiste et à l’approche stylistique, que cette conférence s'efforce de montrer ce que l’historiographie des Trente Glorieuses peut retirer d’une source inattendue.

Une Citroën DS présidentielle de Charles de Gaulle datant de 1963 © Davide Oliva - Wikimedia Commons

Écouter l'enregistrement du 14 janvier 2020 (mp3 - )

Partager la page