Logo IGPDE

Institut de la gestion publique et du développement économique
Opérateur de formation permanente du ministère de l'Économie et des Finances et du ministère de l'Action et des Comptes publics

Espace des séminaires, colloques et conférences

Une exposition sur les banques et la Grande Guerre

Exposition Les banques dans la Grande Guerre

Une exposition sur les banques et la Grande Guerre s'est tenue du 20 janvier au 10 février  2015 au ministère

De nombreux documents - notamment des affiches d’appel à l’emprunt public - et des objets provenant des fonds des services d’archives de cinq grandes banques (Crédit Agricole SA, Caisse d'Épargne, HSBC, Société générale et BNP Paribas), et du Service des archives économiques et financières (SAEF) des ministères économiques et financiers ont été présentés dans cette exposition.

L’évocation des banques dans la guerre 1914-1918 renvoie dans la mémoire collective aux affiches lithographiques très expressives des grands emprunts de la Défense nationale.
Si, sous la conduite des pouvoirs publics, les banques françaises ont en effet apporté un appui décisif au financement de la Grande Guerre, puis de la reconstruction, leur rôle et leur histoire dans le conflit ne se limitent pas à cela. La mobilisation massive de leurs collaborateurs de tous rangs a été suivie de pertes humaines importantes sur le front. Sur le plan matériel, les établissements ont dû faire face à des destructions ou réquisitions d’agences et à la désorganisation des réseaux. Dans le même temps, ils prêtaient le concours que le front était en droit d’attendre de l’arrière, notamment en matière d’entraide. Sur le plan social, l’arrivée d’une nombreuse main-d’œuvre féminine et les questions salariales posées par l’irruption de l’inflation ont provoqué des changements irréversibles. Plus généralement, l’organisation du système financier français – et notamment du secteur bancaire – a été très durablement marquée par la guerre et ses lendemains : acteurs, activités et territoires disparaissent ou apparaissent.
Cette exposition rend compte de ces phénomènes et d’aspects méconnus de la vie quotidienne des établissements bancaires. Elle s’appuie sur les fonds d’archives historiques conservés par cinq groupes bancaires et les ministères économiques et financiers : archives « inédites » car parfois connues des chercheurs mais rarement du grand public.

Financer, « Pour la France, versez votre or !

Emprunt de la Libération 1918 - Société Générale, service des Archives historiques, fonds Crédit du Nord.

 

Emprunt de la Libération 1918

Société Générale, service des Archives historiques, fonds Crédit du Nord.
 « Ohé ! les braves gens… Versez votre or nous versons bien notre sang… », Paris, imprimerie Crété, s.d. HSBC France, service des Archives historiques, fonds Crédit commercial de France.

 « Ohé ! les braves gens… Versez votre or nous versons bien notre sang… »,

Paris, imprimerie Crété, s.d.HSBC France, service des Archives historiques, fonds Crédit commercial de France. © Tous droits réservés.
Emprunt national 1918 - Société Générale, service des Archives historiques.
Pour nous rendre entière la douce terre de France Société Générale, service des Archives historiques.
L’agence du Comptoir national d’escompte de Paris à Oloron (Pyrénées-Atlantiques), un jour de souscription, carte postale, 1918. BNP Paribas, Archives historiques, collection de cartes postales.

L’agence du Comptoir national d’escompte de Paris à Oloron (Pyrénées-Atlantiques), un jour de souscription, carte postale, 1918.

La foule se presse à l’agence du CNEP d’Oloron pour souscrire au 4e emprunt de la Défense nationale émis en octobre 1918. L’agence a bien mis en évidence sur sa devanture la célèbre affiche Alsace-Lorraine commandée par la banque à Auguste Leroux (1871-1954), ce qui permet de dater la photo. Pour assurer le succès de l’émission, aucun frais de banque n’est prélevé, comme le rappelle la grande banderole courant sur le balcon.

BNP Paribas, Archives historiques, collection de cartes postales
Sem « Pour le triomphe, souscrivez à l’emprunt national », 4e emprunt de la Défense nationale, Banque nationale de crédit, 1918. BNP Paribas, Archives historiques, collection affiches.

« Pour le triomphe, souscrivez à l’emprunt national », 4e emprunt de la Défense nationale, Banque nationale de crédit, 1918.

Alors que la victoire des Alliés est quasi certaine, Georges Goursat (1863-1934), dit Sem, caricaturiste et affichiste français, illustre cette affiche avec l’Arc de Triomphe à Paris. Passant sous son arche, encouragé par la statue de la Marseillaise de Rude, le cortège des armées des guerres passées accompagne les Poilus.

BNP Paribas, Archives historiques, collection affiches.
Affiche circulaire de la Caisse régionale de crédit agricole mutuel de Gironde incitant aux dépôts d’or. Crédit Agricole S.A., département des Archives historiques, fonds Crédit agricole.

Affiche circulaire de la Caisse régionale de crédit agricole mutuel de Gironde incitant aux dépôts d’or.

Les banques et établissements de crédit sont un relais de l’État pour inciter le public à déposer son or. Ici, la Caisse régionale de Crédit Agricole de Gironde s’adresse plus particulièrement à ses sociétaires.

Crédit Agricole S.A., département des Archives historiques, fonds Crédit agricole.

S’adapter. Le service bancaire en temps de guerre

Queue des déposants devant la Caisse d’épargne de Paris, fin juillet 1914. Fonds photographique de la Fédération nationale des Caisses d’Epargne.

Queue des déposants devant la Caisse d’épargne de Paris, fin juillet 1914.

La clause de sauvegarde limite les remboursements sur les livrets à 50 francs par quinzaine et par déposant, afin de protéger les Caisses d’épargne contre toute demande massive de retraits.  Dans les derniers jours de juillet, l’annonce probable de son application provoque un mouvement de panique des clients qui affluent alors aux guichets.

Fonds photographique de la Fédération nationale des Caisses d’Epargne.

Billets de nécessité

Afin de remédier à la pénurie de monnaie, le gouvernement autorise, dès 1914, des émissions « de nécessité » par des organismes publics ou privés. Les billets de nécessité sont majoritairement émis par les Chambres de commerce, par dérogation au privilège d’émission de la Banque de France. L’échange de ces billets avec les pièces de monnaie correspondantes s’effectue progressivement après-guerre. Ils sont retirés de la circulation en 1926.
Par ailleurs pour pallier la pénurie de numéraire, différentes Caisses d’Epargne du Nord de la  France, comme ci dessous  celle de Maubeuge, décident d’émettre des billets de substitution d’une valeur de un, cinq et vingt  francs afin de pouvoir à nouveau fonctionner et répondre aux demandes de remboursement des déposants.

Destruction par un obus des bureaux de la Société générale à Longwy, 1914. Société Générale, service des Archives historiques.

Destruction par un obus des bureaux de la Société générale à Longwy, 1914.

Officiers allemands posant devant l’agence détruite de Longwy-Bas, dans le département de Meurthe-et-Moselle.

Société Générale, service des Archives historiques.
Billets de nécessité de la Caisse d’épargne, 1914. Archives historiques de la Caisse d’Epargne Nord France Europe,  fonds Caisse d’épargne de Maubeuge.

Billets de nécessité de la Caisse d’épargne, 1914.

Archives historiques de la Caisse d’Epargne Nord France Europe,  fonds Caisse d’épargne de Maubeuge.
Service de la conservation des titres du Crédit lyonnais, 1913. Crédit Agricole S.A., département des Archives historiques, fonds Crédit Lyonnais.

Service de la conservation des titres du Crédit lyonnais, 1913.

Si l’emploi des femmes a fortement progressé durant la guerre, celles-ci étaient pourtant déjà très présentes dans les établissements bancaires, notamment dans certains services spécialisés comme ici à la conservation des titres du Crédit lyonnais.

Crédit Agricole S.A., département des Archives historiques, fonds Crédit Lyonnais.
Billets de nécessité émis par les Chambres de commerce de La Rochelle et de Rouen, 1915 et 1918. HSBC France, service des Archives historiques, fonds Crédit commercial de France.

Billets de nécessité émis par les Chambres de commerce de La Rochelle et de Rouen, 1915 et 1918.

HSBC France, service des Archives historiques, fonds Crédit commercial de France.

 

S’entraider. L’accompagnement social du conflit

Archives historiques de la Caisse d’Epargne Loire-Centre, fonds Caisse d’épargne de Vendôme.

Autorisées légalement en 1914 à apporter leur soutien financier aux victimes des « calamités publiques »,  les Caisses d’Epargne subventionnent au cours de la Première Guerre mondiale de très nombreuses œuvres de solidarité mises en place localement en faveur des soldats, de leurs familles et plus généralement des populations fragilisées par le conflit.

Archives historiques de la Caisse d’Epargne Loire-Centre, fonds Caisse d’épargne de Vendôme.
Soldats convalescents et personnel médical de l’hôpital auxiliaire n°124, Crédit commercial de France, 1917. HSBC France, service des Archives historiques, fonds Crédit commercial de France.

Soldats convalescents et personnel médical de l’hôpital auxiliaire n°124, Crédit commercial de France, 1917.

Afin de suppléer au manque d'établissements publics de santé, des hôpitaux auxiliaires sont établis principalement dans des écoles, hôtels, dispensaires et couvents. Dès 1914, le Crédit commercial de France met à disposition ses locaux de la rue Lafayette et prend en charge les frais de fonctionnement de l’hôpital géré par l’Union des femmes de France, une des sociétés d’assistance de la Croix-Rouge française.

HSBC France, service des Archives historiques, fonds Crédit commercial de France.

Se réinventer. Un environnement bancaire bouleversé

Bruno Chavannaz « Pour forger une France puissante, souscrivez à l’emprunt », Crédit commercial de France, 1920. HSBC France, service des Archives historiques, fonds Crédit commercial de France.

Bruno Chavannaz - « Pour forger une France puissante, souscrivez à l’emprunt », Crédit commercial de France, 1920.

Au cœur de la forge, l’ouvrier frappe le métal de son marteau. Il symbolise la valeur du travail et le renouveau industriel

HSBC France, service des Archives historiques, fonds Crédit commercial de France.
René Lelong - « Pour faciliter la réparation des dommages causés par la guerre : souscrivez pour la reconstruction des régions dévastées », 1920.  Archives historiques de la Caisse d’Epargne d’Auvergne et du Limousin, fonds Caisses d’épargne de Limoges.

René Lelong - « Pour faciliter la réparation des dommages causés par la guerre : souscrivez pour la reconstruction des régions dévastées », 1920.

Le Crédit national est créé en 1919. Il est d’abord chargé de financer la reconstruction des régions dévastées avant de se spécialiser dans les prêts à moyen et long termes pour les entreprises.

© Vincent Ferlicoq - Archives historiques de la Caisse d’Epargne d’Auvergne et du Limousin, fonds Caisses d’épargne de Limoges.
Bruno Chavannaz « Emprunt de la paix », Crédit lyonnais, 1920. Crédit Agricole S.A., département des Archives historiques, fonds Crédit lyonnais.

Bruno Chavannaz « Emprunt de la paix », Crédit lyonnais, 1920

Après une surenchère d’allégories guerrières employées durant le conflit, l’illustrateur Chavannaz choisit un thème champêtre pour illustrer l’emprunt de la paix lancé en 1920 : le casque remplacé par un chapeau et le fusil par un outil, un ancien poilu couve sa famille du regard. Le mot « pax » donne le ton de l’affiche.

Crédit Agricole S.A., département des Archives historiques, fonds Crédit lyonnais.
Bilan résumé de l’agence de Colmar de la Société générale alsacienne de banque au 30 novembre 1918. Ministères économiques et financiers, service des Archives économiques et financières.

Bilan résumé de l’agence de Colmar de la Société générale alsacienne de banque au 30 novembre 1918.

Par souci d’économie, l’agence utilise pour son bilan 1918 un registre pré-imprimé en allemand, en inscrivant à la main la traduction française en regard de chaque ligne.

Ministères économiques et financiers, service des Archives économiques et financières.

 

 

Dans le cadre des manifestations programmées par les ministères économiques et financiers pour la commémoration de la Première Guerre mondiale, cette exposition présente la vie quotidienne, l’évolution et le rôle des banques françaises pendant la Grande Guerre. Elle est produite par les services d’archives historiques de cinq établissements bancaires (BNP Paribas, Caisse d’Epargne, Crédit Agricole SA, HSBC France et Société Générale) réunis sous l’égide de l’Association des archivistes français (AAF) avec le concours du service des Archives économiques et financières. L'exposition a reçu le label de la Mission du centenaire.

 

►  Le catalogue de l'exposition (PDF- 1,75 Mo)

 

 

 

Focus

« Pour en finir une bonne fois ! », 4e emprunt de la Défense nationale, Banque Alleaume, 1918. Ministères économiques et financiers, service des Archives économiques et financières.Les collections du  service des Archives économiques et financières

« Pour en finir une bonne fois ! », 4e emprunt de la Défense nationale, Banque Alleaume, 1918.

Avec l’épée qui cloue au sol l’aigle allemand, cette affiche d’une banque parisienne aujourd’hui disparue traduit de façon spectaculaire l’esprit de l’emprunt de la Libération de 1918.

Ministères économiques et financiers, service des Archives économiques et financières.

 

 

 

 

Partagez cet article !