Logo IGPDE

Institut de la gestion publique et du développement économique
Opérateur de formation permanente du ministère de l'Économie et des Finances et du ministère de l'Action et des Comptes publics

Espace des séminaires, colloques et conférences

Tous entrepreneurs ? Bilan et perspectives pour le travail indépendant (13 novembre 2018)

Cette séance, consacrée au travail indépendant, sera animée par Rémi Jeannin, agrégé de sciences sociales, professeur en classes préparatoires économiques et commerciales (Vincennes), vice-président du Printemps de l’économie.


S'inscrire
 

Finance durable, finance verte : quels enjeux pour l'économie ? (18 octobre 2018)


Cette séance, consacrée au thème « Finance durable, finance verte : quels enjeux pour l'économie ? », sera animée par Dominique Pialot, journaliste à La Tribune.



Programme :
9 h 00 : Accueil des participants et des intervenants
9 h 30 : Début de la séance

Robin Edme, conseiller politique principal pour une finance verte, durable et responsable à la Commission européenne
Alain Grandjean, économiste, fondateur et associé de Carbone 4, cabinet de conseil et d'études sur le carbone
Anne-Catherine Husson-Traore, directrice générale de Novethic, Caisse des Dépôts
Jochen Krimphoff, économiste de l'environnement, directeur adjoint de WWF France , membre du groupe d'experts sur la finance durable auprès de Commission européenne

Fin de la séance à 12 h 30

S'inscrire

Le logement en France (25 septembre 2018)

En France, le prix des logements connaît depuis 1998 une envolée très importante : les prix de l’ancien ont été multipliés par environ 2,5 tandis que les loyers étaient multipliés par 1,5. La crise dite des « subprimes » (2007-2008) a infléchi cette envolée, mais ne l’a pas remise en question, le marché alternant depuis des phases baissières (2008-2009, 2012-2015) et haussières (2010-2011, depuis 2016).
Sur la longue période, si les loyers ont évolué globalement au rythme du revenu disponible des ménages, le prix d’acquisition a augmenté beaucoup plus vite, alors même que les ménages accédaient de plus en plus à la propriété. En conséquence, les dépenses de logement pèsent d’un poids toujours plus élevé dans leur revenu, un « taux d’effort » extrêmement inégal : moins de 15% pour le quart des ménages les plus riches, plus de 30% pour le quart des ménages les plus pauvres, et presque 50% pour ceux parmi les plus pauvres qui accèdent à la propriété.
Dans le même temps, la construction de logements a été dynamique (entre 300 000 et 500 000 nouveaux logements par an), plus dynamique encore que la hausse de la population et du nombre de ménages. Cette dynamique a permis d’améliorer la qualité des logements et d’augmenter leur superficie moyenne. Elle a aussi créé des inégalités territoriales très fortes entre des zones très tendues, où les prix s’envolent à mesure que le foncier se fait rare, et des zones où beaucoup de logements sont vacants.
Derrière des statistiques globales rassurantes, ces évolutions contrastées mettent à jour une crise du « mal- logement » : la Fondation Abbé Pierre évalue à 4 millions le nombre de personnes mal logées ou sans domicile, et à 12 millions le nombre de personnes fragilisées à cause de la crise du logement. Après la loi ALUR de 2014 (Accès au logement et un urbanisme rénové, dite « loi Duflot »), le projet de loi ÉLAN (Évolution du logement, de l’aménagement et du numérique) présenté début avril en Conseil des ministres est discuté au Parlement et devrait aboutir à une loi promulguée à l’automne.

Quel diagnostic poser sur les évolutions récentes du marché du logement en France ? Quel est l’état du mal-logement ? Quel bilan tirer des politiques publiques actuelles ? Qu’attendre de la nouvelle réforme ?

Consulter le programme, s'inscrire

90 minutes pour le lire (28 juin 2018)

Rencontre avec Jean Jouzel et Pierre Larrouturou autour de leur ouvrage
« Pour éviter le chaos climatique et financier »

Et si préserver notre climat était l’un des meilleurs moyens d’endiguer la prochaine crise financière ?
À l’heure où les alertes sur les impacts du changement climatique se multiplient, l’Europe pourrait choisir de mettre la finance au service du climat et d’investir massivement pour le climat et contre le chômage.
Avec ce livre (paru aux Éditions Odile Jacob), le climatologue Jean Jouzel et l’économiste Pierre Larrouturou proposent un Pacte finance-climat européen, pour diviser par 4 les émissions de COet créer plus de 5 millions d’emplois.
Dominique Pialot, journaliste à La Tribune a animé la rencontre.
 

Écouter la conférence de Jean Jouzel et Pierre Larrouturou

L'industrie, moteur de l'économie : comment transformer le système productif français ? (12 juin 2018)

Depuis les années 1960, un mouvement de désindustrialisation touche l’ensemble des pays de l’OCDE. Ce phénomène a longtemps été jugé peu alarmant, l’entrée dans l’économie de la connaissance et de l’immatériel ayant souvent été considérée prometteuse en termes d’emploi et de compétitivité. Le mythe d’une croissance sans usines et d’usines sans salariés a ainsi été cultivé jusqu’à ce que la crise globale fasse la démonstration de la fragilité de ces systèmes. Le regard optimiste porté sur les économies de services a alors cédé le pas à l’inquiétude face aux destructions d’emplois industriels directs et induits et l’industrie a repris ses lettres de noblesse, en même temps que l’on redécouvrait sa contribution à l’innovation et à la compétitivité.

Quelle est la place de l’industrie aujourd’hui, quels sont ses atouts, ses faiblesses ? Comment transformer le système productif français pour que l’industrie retrouve son rôle moteur ?  Les entreprises françaises doivent-elles se réinventer ? Faut-il imiter le « modèle allemand », ou trouver une voie alternative ? Comment l’action publique peut-elle accompagner les entreprises vers l’industrie du futur ?

En croisant analyses d’économistes, témoignages de chefs d’entreprises et éclairage d'un praticien de l'action publique, les contributions des intervenants ont permis de fournir des éléments de réponse à ces questionnements.

Écouter l'enregistrement de la séance

90 minutes pour le lire (16 février 2018)

couverture de l'ouvrage ESS et État Rencontre avec Jean-Claude Barbier et Henry Noguès autour de l'ouvrage
« Économie sociale et État. À la recherche d'un partenariat pour l'action »

En France, l’économie sociale et solidaire (ESS) représente 10,5 % de l’emploi et compte 2,3 millions de salariés. Ces chiffres prouvent que l’économie sociale et solidaire (qui se définit principalement par les statuts des structures qui la composent : associations, coopératives, mutuelles et fondations) possède un poids socio-économique important.
L’ouvrage « ESS et État, à la recherche d’un partenariat pour l’action » s’attache à une réflexion sur les partenariats possibles entre l’ESS et l’État, afin de mettre en place des politiques publiques ou fournir des services publics complémentaires.  En effet, L’ESS, issue des échecs du marché et des limites de l’État dans la fourniture de services collectifs, ouvre un nouveau champ des possibles dans la collaboration avec l’État.

La première partie de l’ouvrage explore les enjeux, scénarios, risques et potentialités de ce partenariat.
La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée à la présentation de cas pratiques. Différents types de rapports peuvent être mis en place entre État et ESS : concurrence, volontariat, co-production ou co-construction. Divers exemples à travers le monde : Russie, Danemark, Québec, France le prouvent. Mais avant tout, plusieurs cas étrangers (Suède, Espagne, Grande-Bretagne et Pays-Bas) démontrent le potentiel d’innovation de ces relations.

Éditeur : Comité pour l'histoire économique et financière de la France / IGPDE