Logo IGPDE

Institut de la gestion publique et du développement économique
Opérateur de formation permanente du ministère de l'Économie et des Finances et du ministère de l'Action et des Comptes publics

Espace des séminaires, colloques et conférences

90 minutes pour le lire (28 juin 2018)

Rencontre avec Jean Jouzel et Pierre Larrouturou autour de leur ouvrage
« Pour éviter le chaos climatique et financier »

Et si préserver notre climat était l’un des meilleurs moyens d’endiguer la prochaine crise financière ?
À l’heure où les alertes sur les impacts du changement climatique se multiplient, l’Europe pourrait choisir de mettre la finance au service du climat et d’investir massivement pour le climat et contre le chômage.

Avec ce livre, le climatologue Jean Jouzel et l’économiste Pierre Larrouturou proposent un Pacte finance-climat européen, pour diviser par 4 les émissions de COet créer plus de 5 millions d’emplois.

Éditions Odile Jacob

S'inscrire en ligne

L'industrie, moteur de l'économie : comment transformer le système productif français ? (12 juin 2018)

Depuis les années 1960, un mouvement de désindustrialisation touche l’ensemble des pays de l’OCDE.
Ce phénomène a longtemps été jugé peu alarmant, l’entrée dans l’économie de la connaissance et de l’immatériel ayant souvent été considérée prometteuse en termes d’emploi et de compétitivité. Le mythe d’une croissance sans usines et d’usines sans salariés a ainsi été cultivé jusqu’à ce que la crise globale fasse la démonstration de la fragilité de ces systèmes. Le regard optimiste porté sur les économies de services a alors cédé le pas à l’inquiétude face aux destructions d’emplois industriels directs et induits et l’industrie a repris ses lettres de noblesse, en même temps que l’on redécouvrait sa contribution à l’innovation et à la compétitivité d’un pays.

Quelle est donc la place de l’industrie aujourd’hui ? De quelle industrie s’agit-il ? Comment transformer le système productif français pour que l’industrie retrouve son rôle moteur ? Où en est l’industrie française, quels sont ses atouts, ses faiblesses ? Les entreprises françaises doivent-elles se réinventer, en incorporant mieux le progrès technique et les innovations organisationnelles ? Comment orienter les créations d’entreprises et l’investissement vers l’industrie ? Faut-il imiter le « modèle allemand », ou trouver une voie alternative ? Comment l’action publique peut-elle accompagner les entreprises vers l’industrie du futur ?

En croisant analyses d’économistes, témoignages de chefs d’entreprises et éclairage d'un praticien de l'action publique, les contributions des intervenants ont permis de fournir des éléments de réponse à ces questionnements.
 

90 minutes pour le lire (16 février 2018)

couverture de l'ouvrage ESS et État Rencontre avec Jean-Claude Barbier et Henry Noguès autour de l'ouvrage
« Économie sociale et État. À la recherche d'un partenariat pour l'action »

En France, l’économie sociale et solidaire (ESS) représente 10,5 % de l’emploi et compte 2,3 millions de salariés. Ces chiffres prouvent que l’économie sociale et solidaire (qui se définit principalement par les statuts des structures qui la composent : associations, coopératives, mutuelles et fondations) possède un poids socio-économique important.
L’ouvrage « ESS et État, à la recherche d’un partenariat pour l’action » s’attache à une réflexion sur les partenariats possibles entre l’ESS et l’État, afin de mettre en place des politiques publiques ou fournir des services publics complémentaires.  En effet, L’ESS, issue des échecs du marché et des limites de l’État dans la fourniture de services collectifs, ouvre un nouveau champ des possibles dans la collaboration avec l’État.

La première partie de l’ouvrage explore les enjeux, scénarios, risques et potentialités de ce partenariat.
La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée à la présentation de cas pratiques. Différents types de rapports peuvent être mis en place entre État et ESS : concurrence, volontariat, co-production ou co-construction. Divers exemples à travers le monde : Russie, Danemark, Québec, France le prouvent. Mais avant tout, plusieurs cas étrangers (Suède, Espagne, Grande-Bretagne et Pays-Bas) démontrent le potentiel d’innovation de ces relations.

Éditeur : Comité pour l'histoire économique et financière de la France / IGPDE