Logo IGPDE


Institut de la gestion publique et du développement économique
Opérateur de formation permanente des ministères de l'Économie, de l'Action et des Comptes publics

Espace des séminaires, colloques et conférences

Quel ADN pour les entreprises nées globales ? (1er décembre 2016) séance annulée

Regards croisés 2016L’internationalisation comme stratégie de croissance des entreprises nouvellement créées attire l’attention des pouvoirs publics et du monde académique. En s’éloignant du modèle traditionnel selon lequel la taille du marché d’une entreprise augmente au fur et à mesure que le temps passe, ces entreprises, nées globales, augmentent leur niveau d’activité à l’étranger dès leurs premières années de fonctionnement, voire dès de leur création. L’expansion internationale n’est donc plus conçue comme un développement « naturel » qui succède à l’expansion domestique dans un modèle de cycle de vie, mais une composante clé du modèle d’affaire.

Si les entreprises du secteur des nouvelles technologies ont inauguré ce type de modèle stratégique, il est aujourd’hui adopté dans nombre de secteurs par des entreprises dont l’ADN est d’emblée international.

Cette seconde séance de Regards croisés sur l’entreprise consacrée aux PME à la conquête des marchés extérieurs aborde la question des start-ups globales dès l’origine en s’interrogeant sur ce qui les différencie des autres entreprises présentes sur les marchés internationaux et sur l’adaptation des dispositifs d’accompagnement et de soutien nécessaires à leur succès. Entrepreneurs, chercheurs et décideurs publics seront réunis pour identifier les références à mobiliser et les bonnes pratiques à adopter pour faciliter le développement de ces entreprises indispensables à la compétitivité extérieure.
S'inscrire en ligne

Internationalisation des PME : les clés du succès ? (9 juin 2016)

Regards croisés 2016Le développement à l’international est souvent présenté comme une nécessité pour les entreprises. La diversification, l’élargissement et le renouvellement du marché sont les raisons les plus fréquemment avancées pour inciter les entreprises à aller à l’international.
L’engagement à l’international ne se traduit pas uniquement par une hausse du chiffre d’affaires. Il améliore aussi les performances des entreprises, offre une plus grande facilité à retenir les collaborateurs et permet l'accès aux savoir-faire et à la technologie. Toutefois, en dépit de ces nombreux effets positifs à attendre de l’internationalisation, beaucoup d’entreprises hésitent à s’engager dans cette démarche. En France, environ 150 000 entreprises sont exportatrices.
De fait, la conquête de marchés extérieurs ne va pas de soi. La stratégie à mettre en œuvre dépend largement du secteur et des caractéristiques de l’entreprise. De plus, se développer à l’international comporte des risques, notamment financiers, qu’il importe de connaître et d’anticiper pour mieux les contrôler. Dans ces conditions, comment les chefs d’entreprises peuvent-ils prendre la décision de se développer à l’international ? Quelles sont les différentes démarches à entreprendre ? Faut-il se faire accompagner ? Pourquoi ? Par qui ?

Les participants à cette prochaine séance de regards croisés ont abordé l’ensemble de ces questions en mettant en avant les connaissances académiques, factuelles et pratiques accumulées sur ce sujet et en ayant en ligne de mire l’apport d’éléments de réponses aux questions qui émaillent le quotidien des chefs d’entreprises effleurés par l’idée de se positionner à l’international.
En savoir plus