Logo IGPDE

Institut de la gestion publique et du développement économique
Opérateur de formation permanente du ministère de l'Économie et des Finances et du ministère de l'Action et des Comptes publics

Espace éditions et publications de l'IGPDE

Note réactive

Note reactive
 
La veille internationale en gestion publique est une des activités constitutives de l'IGPDE depuis sa création. Plusieurs publications en sont issues, réalisées par un département dédié, publiées sur le portail et accessibles à tous. Elles traitent de sujets présents dans l'actualité des réformes en France et décrivent les expériences européennes et étrangères, leur efficacité et/ou les inflexions apportées aux réformes.
 
"Note réactive" est un insert de deux pages, édité mensuellement, décrivant une réforme en cours dans un pays particulier et dont les spécificités peuvent intéresser les lecteurs français. Il est rédigé et signé par un chargé d'études de l'institut et est diffusé aux abonnés en même temps que "La veille internationale en brèves".

2017

 

  Note réactive n° 95 - juillet / août 2017 - Émirats arabes unis : un ministère du Bonheur pour faire évoluer la société et orienter les politiques publiques

Seule fédération du monde arabe, regroupant sept émirats, peuplée de 9,8 millions d’habitants, dont environ 12 % de nationaux, les Émirats arabes unis (EAU), dynamiques (croissance de 2,7 % du PIB en 2016) et prospères (PIB par habitant en 2016 de 38 032 $) sont le 4e producteur pétrolier de l’OPEP (2,8 à 3 millions de barils/jour), et se classent au 7e rang pour les réserves mondiales de pétrole (98 milliards de barils). Se distinguant par leur multiculturalisme et la diversification de leur économie (tourisme, finance, services, immobilier, transport aérien, et commerce international), ils ont su fait preuve de résilience face à la baisse du prix des hydrocarbures. (à paraître le 25 août)

  •   Note réactive n° 94 - juin 2017 - Malte : réussir la cohésion entre emploi public et service aux citoyens.

    Treize ans après son adhésion à l’Union européenne, dont il est depuis le plus petit État membre, l’archipel méditerranéen en assure la présidence semestrielle jusqu’au 30 juin. Le pays, riche d’un héritage empreint d’une mosaïque de cultures et d’influences (arabe, britannique, française et italienne) a, dès son indépendance en 1964, construit un secteur public fort. L’Administration est en constante évolution et se renouvelle en s’adaptant tant aux besoins des citoyens qu’aux nouvelles contraintes budgétaires.

  •   Note réactive n° 93 - mai 2017 - Nouvelle-Zélande : "Better Public Services", un exemple réussi de modernisation de l'Administration.

    La Nouvelle-Zélande (267 710 km2 et 4 789 141 habitants) se démarque, parmi les autres pays de l’OCDE, par un excédent budgétaire (0,7 % du PIB), une dette publique faible (29,8 % du PIB) et une croissance économique qui devrait atteindre 2,7 % du PIB en 2017. Outre cette prospérité économique, le gouvernement néo-zélandais est loué par ailleurs pour son vaste projet de réforme des services publics (Better Public Services). Lancé en 2012, il prévoit la mise en place d’un plan d’action détaillé décliné en dix mesures concrètes et précises...

  •   Note réactive n° 92 - avril 2017 - Slovaquie : l'initiative "Value for Money".

    Une semaine après le résultat du référendum britannique qui allait déclencher la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, la république slovaque prenait – pour la première fois depuis son adhésion en 2004 – la présidence du Conseil. Un défi supplémentaire pour Bratislava qui continue à miser sur une croissance en progression régulière, fortement liée aux échanges avec les autres États membres. Pour autant, elle a initié un programme de réforme innovant, afin de rationaliser ses dépenses publiques dans plusieurs secteurs.

  •   Note réactive n° 91 - mars 2017 - Royaume-Uni : les « What Works Centres » ou « ce qui marche » au service de l’action publique.

    Le Royaume-Uni a promu très tôt l’évaluation d’impact et les politiques « fondées sur la preuve ». En 1999, le gouvernement travailliste a publié un rapport visant à développer l’« evidence-based policy », ou politique fondée sur la preuve. Puis, l’idée de mettre en place des agences dédiées au transfert de connaissance a fait son chemin ; la création des What Works Centres (WWC) a été soutenue par David Halpern, directeur du Behavioural Insights Team et Geoff Mulgan, directeur de l’agence d’innovation Nesta. Ces structures visent à éclairer la décision publique en mettant l’accent sur « ce qui fonctionne ».

  •  Note réactive n° 90 - février 2017 - Pays-Bas : la recherche scientifique en appui au secteur public.

    Le Programme national de recherche, présenté par le gouvernement néerlandais en septembre 2016, a été préparé par une « coalition de la connaissance », composée de représentants de tous les acteurs impliqués dans – mais aussi impactés par – les activités de recherche. Ce processus participatif et collaboratif innovant a débouché sur une feuille de route, pour les quatre années à venir, qui reflète les interactions entre la communauté scientifique, le secteur public, le monde de l’entreprise et la société civile.

    2016

     
    •  Note réactive n° 89 - décembre 2016 / janvier 2017 - Australie : « équilibrer l'avenir » - une stratégie proactive d'amélioration de l'égalité des genres dans la fonction publique.

      Au 31 décembre 2015, 41,8 % des hauts fonctionnaires fédéraux australiens (Senior Executive Service) et 58,7 % des 155 771 employés de la fonction publique fédérale étaient des femmes. D’après un rapport publié par Ernst and Young en janvier 2016, la fonction publique australienne se caractérise par un taux de féminisation assez élevé en comparaison avec les autres pays du G20. Depuis plusieurs années, la place des femmes s’est accrue mais reste encore très insuffisante aux yeux des autorités australiennes qui ont élaboré une stratégie ambitieuse en matière d’égalité des genres dans la fonction publique.

    •  Note réactive n° 88 - novembre 2016 - Slovénie : laboratoire de l'innovation au coeur de l'Europe ?

      L’ex-république yougoslave fête, cette année, les 25 ans de son indépendance. Membre de la zone euro depuis 2007, elle a fait face, cinq ans plus tard, à une grave crise de son secteur bancaire. Refusant le recours à un plan de sauvetage financier, le gouvernement a dû accélérer ses réformes et surtout diminuer les engagements de l’État dans l’économie du pays, pour ne pas mettre en péril ses finances publiques. Son administration est tournée vers l’avenir et propose de nouveaux modèles de partenariat.

    •  Note réactive n° 87 - octobre 2016 - Inde : une administration publique en mouvement - Smart Cities, virage digital, lutte contre la corruption et réforme fiscale à l'ordre du jour.

      L’Inde a connu une croissance de 7,3 % du PIB en 2015, chiffre qui pourrait être dépassé en 2017 (prévisions de 7,5 %) ce qui ferait de l’économie indienne « la plus dynamique du monde ». Dans le même temps, le déficit budgétaire est passé sous la barre des 4 % du PIB. Ces très bons indicateurs macroéconomiques cachent une réelle pauvreté et une société inégalitaire : près de 25 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, le niveau du PIB par habitant reste faible, et la moitié des enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition.

    •  Note réactive n° 86 - septembre 2016 - Danemark : une stratégie numérique pour contribuer à l'inclusion.

      Se positionnant – au sein de l’Union européenne – en deuxième place et  juste derrière l’Estonie, pour les services publics numériques, le royaume nordique mène, depuis près de vingt ans, une politique très volontariste, voire dirigiste en matière d’administration électronique. Le gouvernement a présenté en mai dernier sa nouvelle stratégie quinquennale pour « un Danemark numérique plus fort et plus sécurisé » avec laquelle il vise à atteindre une réelle appropriation par tous les citoyens, sans exception.

    •  Note réactive n° 85 - juillet / août 2016 - États-Unis : la technologie du blockchain au service de la simplification administrative.

      En mai 2016, à New York, lors d’une conférence sur les nouvelles technologies, le gouverneur de l’État du Delaware, Jack Markell, a annoncé qu’il souhaitait utiliser le « blockchain » pour simplifier les démarches administratives des entreprises installées dans l’État. Cette mesure permettra par ailleurs de faire des économies, gagner du temps, sécuriser les échanges et faciliter les relations entre l’administration fiscale et les entreprises.

    •  Note réactive n° 84 - juin 2016 - Lettonie : participation citoyenne à l'élaboration du budget.

      Au terme de trois ans de procédure et par un vote de son Parlement le 16 juin, la république balte est devenue le 35e État membre de l’OCDE. Souvent cité en exemple au sein de l’Union européenne pour la façon dont il s’est relevé de la crise économique et financière, le pays est vivement encouragé par cette organisation internationale à poursuivre les réformes qu’il a engagées en impliquant ses citoyens dans l’action publique.

    •  Note réactive n° 83 - mai 2016 - Chypre : sortie de crise et nouvel espoir de réunification.

      Cinquième et dernier pays de la zone euro à bénéficier d’une assistance financière, la république insulaire méditerranéenne suit l’exemple de l’Irlande et du Portugal en quittant avec succès le programme triennal conclu en mars 2013. Des réformes d’ampleur ont été menées, le retour à la croissance est au rendez-vous et la réunification de l’île est à nouveau au centre des discussions, laissant entrevoir un accord qui mettrait un terme à 42 années de séparation.

    •  Note réactive n° 82 - avril 2016 - Suède : un « ministère du futur » pour réfléchir à l'action publique de demain.

      Dès 1973, la Suède, pionnière en matière de prospective, se dotait d’un secrétariat d’État pour les études sur le futur. Une commission créée en 2011 et chargée d’identifier les défis auxquels le pays pourrait être confronté d’ici à 2020-2050 présenta son rapport en mars 2013. Depuis novembre 2014, c’est l’un des rares États au monde – avec la Corée du Sud – à s’être doté d’un « ministère du futur ». Dirigé par Kristina Persson, il est chargé de la réflexion en matière de politiques publiques sur le long terme.

    •  Note réactive n° 81 - mars 2016 - Roumanie : championne de la lutte contre la corruption en Europe ?

      D’après Hoyt Yee, adjoint de l'assistant aux Affaires européennes et eurasiatiques du secrétaire d'État américain, la Roumanie est devenue un modèle en matière de lutte contre la corruption en Europe. Pourtant, ce pays fut longtemps gangréné par ce phénomène : 70 milliards d’euros volés au gouvernement roumain depuis les années 1990, une économie parallèle qui représenterait 31 % du PIB national (chiffres 2014)...

    •  Note réactive n° 80 - février 2016 - Singapour : performance et qualité au coeur de la fonction publique.

      Les cinquante ans qui se sont écoulés depuis son indépendance en 1965 en ont fait de loin la plus belle ascension économique de l’histoire moderne. Devenue le 3e pays au monde pour le revenu par habitant, la ville-État, qui concentre notamment ses efforts sur l’éducation, la lutte contre la pollution et la sécurité des personnes, s’est fait connaître pour son modèle de fonction publique.

    •  Note réactive n° 79 - décembre 2015 / janvier 2016 - Russie : de la Glasnost à l'Open government, les progrès réalisés en matière de transparence.

      Malgré son apparent manque d’ouverture, la Russie s’engage résolument dans la révolution de l’Open data. Selon Ivan Begtin, directeur de l’ONG Infoculture, « Un processus important et puissant d’ouverture générale des données est en marche ». Le baromètre Open data classe d’ailleurs la Russie 26e sur 86 États, devant la Belgique, le Portugal et l’Irlande. En outre, Moscou a accueilli, les 10 et 11 décembre 2015, le premier sommet national pour les données ouvertes.

    2015

     
    •  Note réactive n° 79 - décembre 2015 / janvier 2016 - Russie : de la Glasnost à l'Open government, les progrès réalisés en matière de transparence.

      Malgré son apparent manque d’ouverture, la Russie s’engage résolument dans la révolution de l’Open data. Selon Ivan Begtin, directeur de l’ONG Infoculture, « Un processus important et puissant d’ouverture générale des données est en marche ». Le baromètre Open data classe d’ailleurs la Russie 26e sur 86 États, devant la Belgique, le Portugal et l’Irlande. En outre, Moscou a accueilli, les 10 et 11 décembre 2015, le premier sommet national pour les données ouvertes.

    •  Note réactive n° 78 - novembre 2015 - Portugal : vers une poursuite des réformes après l'aide financière ?

      L’annonce faite, le 6 juin dernier, par Maria Luís Albuquerque, ministre des Finances, n’est pas passée inaperçue en pleine crise grecque : Lisbonne décidait le remboursement anticipé du prêt accordé par le FMI. L’amélioration de sa notation lui permet aujourd’hui d’emprunter à de meilleurs taux sur les marchés financiers et de réaliser des économies par rapport aux intérêts du programme d’assistance financière.

    •  Note réactive n° 77 - octobre 2015 - Italie : la loi Madia ou l'avènement d'une administration performante et efficace ?

      L’Administration italienne, qui compte 3,2 millions d’agents publics, souffre encore d’une mauvaise image : elle serait très bureaucratique et perméable à la corruption. En matière d’efficacité des organismes publics, elle n’est que 25e sur les 28 États membres de l’Union européenne (Banque mondiale, Worldwide Governance Indicators, 2013) et occupe la 22e place en matière d’octroi d’autorisations et de licences (Banque mondiale, Doing business, 2015). C’est pourquoi les institutions européennes ont fortement incité le pays à moderniser son Administration.

    •  Note réactive n° 76 - septembre 2015 - L'administration en ligne dans l'Union européenne.

      Dans le cadre de la Stratégie pour un marché unique numérique en Europe, annoncée le 6 mai 2015, la Commission européenne est en train d'élaborer un plan d’action 2016-2020 pour une gouvernance numérique. Il fait suite à celui couvrant la période 2011-2015. C'est la déclaration ministérielle de Malmö, de novembre 2009, qui avait fixé les grandes orientations de ces plans d’action européens, avec pour objectif que les administrations publiques européennes deviennent plus ouvertes, flexibles et collaboratives.

    •  Note réactive n° 75 - juillet / août 2015 - États-Unis : l'evidence-based policy, modèle novateur de l'action publique.

      L'administration Obama, sous l'impulsion du Bureau de la gestion et du budget, accorde une importance croissante à l'approche scientifique afin d'orienter les dépenses publiques vers des programmes dont l'efficacité a été testée et démontrée. L'evidence-based policy (politique publique fondée sur des éléments de preuve) transforme la culture du gouvernement fédéral qui incite les États et les administrations locales à engager des travaux pilotes d'expérimentation.

    •  Note réactive n° 74 - juin 2015 - Norvège : quel avenir pour le premier fonds souverain mondial ?

      Depuis qu’elle a commencé à en produire, au début des années 1970, le pétrole a été une réelle manne financière pour la Norvège. Les revenus liés à la ressource énergétique ont représenté jusqu’à 30 % du budget national. Pour faire face à l’épuisement attendu des gisements, l’État doit aujourd’hui dynamiser la gestion de son fonds souverain.

    •  Note réactive n° 73 - mai 2015 - Japon : Fureai Kippu, la banque du temps pour l’aide aux seniors.

      Fureai Kippu ou « ticket de relation cordiale », créé en 1994 par Tsutomu Hotta, est la plus importante et plus ancienne organisation du tiers secteur au Japon et aussi la plus grande banque du temps au monde. C’est au moment de son départ à la retraite que cet ancien procureur général et ministre de la Justice a lancé le projet.

    •  Note réactive n° 72 - avril 2015 - Croatie : des réformes structurelles devenues incontournables.

      En récession depuis 2009, la Croatie réagit à la pression de Bruxelles et s’engage à mettre en œuvre des réformes structurelles importantes pour réduire ses dépenses publiques. Des économies à hauteur de 130 millions d’euros sont annoncées pour la première année d’un programme ambitieux alliant privatisations, rationalisation des organisations mais aussi suppression d’avantages salariaux.

    •  Note réactive n° 71 - mars 2015 - Chili : un modèle d'administration électronique en Amérique latine.

      En juillet 2014, selon une étude de l’ONU, le Chili occupait la deuxième position en Amérique latine pour l’état d’avancement de l’administration électronique, et la 33e au niveau mondial. Le pays a commencé très tôt à simplifier ses relations avec les usagers en mettant en place des services électroniques dès les années 1990, et il est devenu très vite pionnier en la matière.

    •  Note réactive n° 70 - février 2015 - Canada : le réaménagement des effectifs fédéraux.

      Après avoir été en constante progression jusqu’à la fin 2010 – où elle atteignait un effectif total de 283 000 employés – la Fonction publique fédérale canadienne a fait l’objet de nombreuses restructurations entraînant près de 10 % de suppressions de postes en quatre ans. Un dispositif innovant a alors été mis en place par le gouvernement pour faciliter, notamment, la mobilité interministérielle.

    •  Note réactive n° 69 - décembre 2014 / janvier 2015 - Pologne : budgets participatifs et démocratie locale.

      La participation des citoyens à la vie publique est de plus en plus fortement encouragée en Pologne et l'un des instruments de cette orientation est le budget participatif (BP). Il se définit comme "un mécanisme (ou processus) par lequel la population décide ou contribue aux décisions prises et à la destination de tout ou partie des ressources publiques disponibles".

    2014

     

    2013

     

    2012

     

    S'abonner à la revue (gratuit) et nous suivre sur Twitter

     

    Gestion publique à l'international

     

    "Note réactive" suit également l'actualité des réformes dans les quatre grands domaines de la gestion publique, comme le montrent les quelques exemples choisis parmi les derniers numéros parus :
     
    1 - Budget et performance :
     
    2 - Gouvernance :

     

    3 - Relation à l'usager :
     
    4 - Emploi public :
     
     

    Traductions

     
    "Note réactive" est disponible en anglais (avec un décalage de parution de 1 à 2 numéros par rapport à la version française, merci de votre compréhension). Les traductions sont réalisées avec la collaboration du centre de traduction du ministère. Ponctuellement certains numéros pourront également être traduits en allemand ou en espagnol (se renseigner).

     

    Revues connexes de l'IGPDE

     

    Partagez cet article !