Imprimer la page

L'éditorial par Marie-Anne Barbat-Layani

Le secrétariat général des ministères économiques et financiers a été créé en 2000. À l’origine petite (en taille) administration de mission, il a beaucoup évolué en 20 ans pour aujourd’hui intégrer les fonctions supports du ministère …et 2400 agents !

Acteur essentiel de la modernisation du ministère, en charge de la transversalité et de la coordination des politiques ministérielles et interministérielles, mais aussi de la vie quotidienne du ministère, le SG peut être comparé à Janus, figure au double visage...

Janus étant le dieu des portes  et des passages, ses deux faces sont tournées à la fois vers le passé et vers l’avenir. À l’occasion de ses 20 ans, l’âge de la jeunesse, du dynamisme, mais déjà de la maturité, au moment où le secrétariat général se tourne résolument vers l’avenir dans le cadre de la démarche de transformation entamée avec ses collaborateurs durant cette année, j’ai jugé intéressant que nous retrouvions le récit de sa création et de ses évolutions, en les mettant en perspective.

J’espère d’abord vous faire partager le plaisir que j’ai eu à dialoguer en toute liberté avec un universitaire de premier plan, Jean-Michel Eymeri-Douzans, spécialiste incontesté de l’État : ses mises en perspective, toujours passionnantes, attestent que Bercy a pu connaitre de fortes secousses, mais que nous nous sommes posé les bonnes questions, et que nous avons su, souvent, imaginer les bonnes réponses.

Après cet entretien croisé, le premier article historique rend compte sur le temps long des éclipses et émergences successives des secrétariats généraux ministériels depuis la Révolution française jusqu’à la fin du XXème siècle. Les grandes crises faisant apparaître le besoin de coordination, leur histoire épouse celle de la création des SG.

Le deuxième article, fondé sur 30 entretiens et l’analyse de documents d’archives, rend compte de l’institutionnalisation du SG de Bercy dans le contexte de l’affirmation des politiques de réforme de l’Etat.

On se connaît mieux en rencontrant les autres, c’est pourquoi j’ai souhaité que l’équipe Gestion Publique Comparée du Bureau de la Recherche de l’IGPDE interroge les homologues du SG de Bercy dans six pays : Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, Italie et Royaume-Uni. Vous pourrez ainsi mesurer que, du Permanent Secretary au Royaume-Uni jusqu’à l’agence interministérielle des fonctions support au Danemark, la variété des rôles et missions confiés à nos homologues est considérable, tout autant qu’elle nous renseigne sur notre propre culture administrative.

Car le SG est avant tout, je ne le dirai jamais assez,  un collectif. Chaque groupe, par l’effet temps du quotidien, secrète sa culture, parfois invisible pour celles et ceux qui la vivent. C’est pourquoi j’ai demandé à Marc Abelès, anthropologue de renom, qui a pu observer l’Assemblée Nationale, la Commission Européenne ou encore l’Organisation Mondiale du Commerce, de se plonger pendant quinze jours dans la vie du secrétariat général. Son « rapport d’étonnement » est – étonnant, voire détonnant ! Je vous laisse découvrir son regard singulier, et sa remarquable plume.

Bonne lecture, et bon anniversaire au SG !

Partager la page