Imprimer la page

L'Éditorial par Virginie Madelin, directrice générale de l'IGPDE

Les transformations récentes de l’action publique modifient les frontières et les relations entre public et privé, central et local, européen et national. Elles redéfinissent également les politiques publiques dans leur articulation avec les dispositifs de gestion mobilisés par l’État.

Le processus de financiarisation des politiques publiques illustre doublement cette nouvelle façon de penser l’action publique, car il concerne à la fois l’organisation des circuits de financements – nationaux et internationaux – et les outils de gestion développés par l’État. Cette financiarisation s’observe notamment dans l’essor de pratiques, de théories et d’instruments nés dans le secteur financier et utilisés désormais pour revisiter des questions qui en sont a priori très éloignées (sociales, environnementales, éducatives, culturelles...).

C’est à l’introduction et à la discussion de ces questions que s’intéresse ce nouveau numéro d’Action publique. Recherche et pratiques. D’abord avec trois cas d’études « exemplaires » de financiarisation des politiques dans l’article de Bugga, Chiapello, Ronal & Thyrard, ensuite avec la description par Edoardo Ferlazzo des origines et du développement de l’Agence France Locale, instrument de gestion de la dette publique locale qui inscrit la France dans la tendance internationale à créer des local government funding agencies. Enfin avec une Note réactive sur le financement de l’action sociale par les marchés financiers en Suède.

Très bonne lecture.

Virginie Madelin, directrice générale de l'IGPDE

Partager la page