Accueil du portailHCSFLe HCSFMembres › Les membres du HCSF

EnglishHaut Conseil de stabilité financière (HCSF)    

Les membres du HCSF


De gauche à droite : Hélène Rey ; Agnès Bénassy-Quéré ; Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics, président du Haut conseil ; Raphaëlle Bellando ; Christian Noyer, ancien gouverneur de la Banque de France ; Gérard Rameix, président de l’Autorité des marchés financiers (AMF) ; Patrick de Cambourg, président de l’Autorité des normes comptables (ANC). Absent : le vice-président de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR).

 

Les membres de droit

Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances, président du HCSF

Bruno Le Maire est ministre de l'Économie et des Finances depuis mai 2017.

Ancien élève de l’École normale supérieure (ENS ULM) et de l’École nationale d’administration (ENA), Bruno Le Maire a été successivement Secrétaire d’État aux Affaires Européennes (2008-2009) et Ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du territoire (2009 – 2012).

François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France

François Villeroy de Galhau est gouverneur la Banque de France depuis le 1er novembre 2015.

Il est également président de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution, de l'Observatoire de la sécurité des cartes de paiement, du conseil de surveillance de l'Institut d'émission des départements d'Outre-Mer (IEDOM) et du conseil de surveillance de l'Institut d'émission d'Outre-Mer (IEOM). Il est membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), du conseil d'administration de la Banque des règlements internationaux (BRI) et gouverneur suppléant du Fonds monétaire international (FMI).

Le gouverneur de la Banque de France est en charge de la stabilité monétaire et financière de l’économie française, du bon fonctionnement des systèmes de paiement ainsi que de la stabilité des prix.

Ancien élève de l’École nationale d’administration (ENA) et inspecteur des finances, François Villeroy de Galhau a été directeur général des Impôts (2000-2003), puis PDG de Cetelem (2003-2008). Il devient ensuite responsable de la banque de détail de BNP Paribas en France (2008-2011), puis directeur général délégué du groupe BNP Paribas, en charge des marchés domestiques et de la RSE (2011-2015). En 2015, le gouvernement lui confie une mission sur le financement de l’investissement des entreprises.

Bernard Delas, vice-président de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR)

Bernard Delas est vice-président de l’ACPR depuis le 16 juillet 2015. Il a été nommé, sur proposition du gouverneur de la Banque de France, par le ministre de l’économie, après avis de la commission des finances de l’Assemblée nationale et du Sénat pour un mandat renouvelable de 5 ans.

Le vice-président de l’ACPR veille à la stabilité du système financier et garantit la protection des clients des personnes soumises à son contrôle (les organismes des secteurs de la banque et de l’assurance). Il participe à l’élaboration et à la mise en œuvre des mesures de prévention et de résolution des crises bancaires dans le but de limiter au maximum le recours au soutien financier public. Pour l’accomplissement de ses tâches, l’ACPR dispose d’un pouvoir de contrôle et d’un pouvoir de sanction.

Le vice-président travaille en coopération avec les autorités compétentes des autres Etats, en particulier au sein de l’Espace économique européen, pour assurer la stabilité financière et la convergence des dispositions nationales. Il assiste la Banque centrale européenne dans l’exercice des missions de surveillance prudentielle qui lui sont confiées.

Bernard Delas est licencié en Sciences Économiques. Après une carrière chez Groupama, il est devenu le directeur général de Groupama puis président du groupe Groupama Gan. Il a ensuite été directeur général de CNP International puis de Crédit Agricole Assurances International.

Robert Ophèle, président de l’Autorité des marchés financiers (AMF)

Robert Ophèle est président de l’AMF depuis le 1er août 2017. Il a été nommé par le président de la République.

Le président de l’AMF est chargé de la régulation des acteurs et des produits de la place financière française. Sa mission est de veiller à la protection de l’épargne, à l’information des investisseurs et au bon fonctionnement des marchés financiers. Pour cela, il est en mesure d’édicter des règles, de surveiller les acteurs et les produits d’épargne et de mettre en place des sanctions disciplinaires ou pécuniaires. Il peut aussi proposer un dispositif de médiation en cas de conflit.

Le président de l’AMF est également membre du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes (H3C), du collège de l’ANC et de celui de l’ACPR.

Diplômé de l’ESSEC, Robert Ophèle rejoint la Banque de France en 1981 où il effectuera la plus grande partie de sa carrière professionnelle, dans le contrôle bancaire, la conception et la mise en oeuvre de la politique monétaire et la gestion financière de la banque centrale. Il a été détaché à la FED, directeur du budget et du contrôle de gestion, adjoint au directeur général des Études et relations internationales, puis directeur général des Opérations avant d’occuper le poste de second sous-gouverneur de la Banque de France de janvier 2012 à juillet 2017 ; à ce titre il a été membre du Conseil de surveillance prudentielle de la BCE.

Patrick de Cambourg, président de l’Autorité des normes comptables (ANC)

Patrick de Cambourg est président de l’Autorité des normes comptables depuis le 3 mars 2015. Il a été nommé par le président de la République pour un mandat de 6 ans renouvelable une fois.

Le président de l’ANC est chargé de simplifier et d’actualiser les normes comptables des entreprises françaises, tout en proposant des réformes dans le but d’accroître l’efficacité du dispositif international de normalisation comptable. À ce titre, il coordonne l’ensemble des travaux théoriques et méthodologiques conduits dans ce domaine.

Le président de l’ANC est également membre du collège de l’ACPR, du collège de l’AMF et du collège du Conseil de normalisation des comptes publics (CNOCP).

Patrick de Cambourg est diplômé de droit public et de droit commercial de l’université Panthéon-Assas ainsi que de l’Institut d’étude politique de Paris (IEP). Après une carrière chez Mazars France, il en devient le président en 1983.

 

Les personnalités qualifiées

 

Agnès Bénassy-Quéré

Agnès Bénassy-Quéré a été nommée au Haut Conseil de stabilité financière en juin 2014 par le président de l’Assemblée nationale.

Agnès Bénassy-Quéré est professeur de politique économique, de macroéconomie internationale et de relations monétaires internationales à l’université Paris I Panthéon Sorbonne (2011) et chercheuse associée à l’Ecole d’économie de Paris (PSE). Elle est aussi membre du Conseil général de la Banque de France (2015), présidente déléguée du Conseil d’analyse économique (2012), et membre de la Commission économique de la Nation (1999).

Ses derniers travaux portent principalement sur la zone monétaire européenne (taux de change, harmonisation fiscale, régulation des marchés) et sur le système monétaire international (développement  du renminbi, DTS, régimes de change). Elle est l’auteur de sept livres dont l’Economie de l’euro (avec B. Coeuré) et Politique économique (avec B. Coeuré, P. Jacquet et J. Pisani-Ferry).

En 2000, elle obtient le Prix du « Meilleur jeune économiste de France » décerné par le Cercle des économistes et Le Monde et est faite chevalier de la Légion d’Honneur en 2013.

Agnès Bénassy-Quéré est diplômée de l’ESCP Europe (Ecole supérieure de commerce de Paris) et docteur de l’université de Paris IX-Dauphine. Elle obtient l’agrégation de sciences économiques et sociales en 1996.

Raphaëlle Bellando

Raphaëlle Bellando a été nommée au Haut Conseil de stabilité financière en juin 2014 par le président du Sénat.

Raphaëlle Bellando est professeur de sciences économiques à l’université d’Orléans. Elle est directrice du Laboratoire d’économie d’Orléans (Unité mixte de recherche université / CNRS) depuis 2012, après avoir, entre 2007 et 2012, dirigé l'équipe Macroéconomie et Finance de ce même laboratoire.

Membre élue du Conseil national des universités depuis 2011, elle a coordonné avec Jean-Bernard Chatelain (Université Paris I) le Groupement de recherche européen CNRS en Monnaie Banque et Finance entre 2007 et 2014. Elle est depuis mai 2014, rapporteur du groupe de travail sur « Accessibilité des données bancaires et financières » de la commission Système Financier et Financement de l’Economie du Conseil national de l’information statistique.

Ses recherches récentes portent sur les comportements des fonds d’investissement et plus généralement sur les risques bancaires et financiers.

Raphaëlle Bellando est titulaire d'un DEA de l'université Paris-Dauphine ainsi que d’un doctorat en sciences économiques de l'université d'Orléans (1991).

Hélène Rey

Hélène Rey a été nommée au Haut Conseil de stabilité financière en juin 2014 par le ministre des Finances et des Comptes publics.

Après avoir enseigné l’économie et le commerce international à la Princeton University et à la Woodrow Wilson School, Hélène Rey est actuellement professeur d’économie à la London Business School. Elle est également membre de la Commission économique de la Nation depuis 2012.

Ses recherches portent principalement sur les déterminants et les conséquences des déséquilibres financiers, les crises financières et l’organisation du système monétaire international.

Hélène Rey est lauréate du prix Alfred P. Sloan Research Fellowship (2005) et du prix Bernacer (2006) qui récompense les meilleurs économistes européens de moins de 40 ans, travaillant sur la macroéconomie et la finance. En 2012, elle est reconnue meilleure femme économiste de moins de 45 ans en Europe (Birgit Grodal inaugural) et reçoit en 2013 le Yrjö Jahnsson Award (meilleur économiste européen de moins de 45 ans) qu’elle partage avec Thomas Piketty.

Après avoir obtenu son diplôme de l’ENSAE ainsi qu’un Master in Engineering Economic Systems à l’Université de Stanford, Hélène Rey entreprend une thèse à la London School of Economics (LSE) et à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) qu’elle termine en 1998.

 

Partagez cet article !