Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Groupe Doux : mobilisation du ministère

A la suite du dépôt de bilan du groupe Doux, Arnaud Montebourg et Stéphane Le Foll continuent de mobiliser les services de l’Etat afin de préserver un maximum d'emplois. Le gouvernement sera particulièrement attentif à la qualité sociale des offres qui seront connues jeudi 5 juillet. Le tribunal de commerce de Quimper statuera le 16 juillet.

 

 

 

 

 

 

« Notre objectif aujourd’hui est de construire l’avenir du groupe et de préserver les emplois. Le Comité interministériel de restructuration industrielle a beaucoup travaillé sur ce dossier. Il poursuivra ses efforts pour faciliter la mise en place de solutions industrielles pérennes pour le groupe, dans le respect des règles fixées par le Tribunal de commerce et en pleine coordination avec l’administrateur judiciaire » a déclaré Arnaud Montebourg.
 

Mise en place d’une cellule d’appui pour préserver la filière avicole

Le ministère de l’agriculture et de l’agroalimentaire étudie les différentes situations présentes au regard des moyens disponibles tant nationaux que communautaires.

Le préfet de région et les préfets de département sont en contact avec tous les fournisseurs du groupe. Les régions concernées - Bretagne et Pays de la Loire - connaissent parfaitement les situations individuelles des 800 éleveurs en contrat direct ou indirect avec le groupe Doux. Les premières réunions ont commencé dès lundi 4 juin à Rennes et à Nantes.

Afin de coordonner ces actions, une cellule d’Appui de la Filière Avicole a été mise en place. Pilotée par deux membres du Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux, elle a pour mission d’identifier les solutions adaptées pour permettre aux éleveurs de faire face à la nouvelle situation avec les parties prenantes (Groupe Doux, prêteurs, services financiers de l’Etat, etc.).

 

 

Le Comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI)

Le Comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI) a pour mission d'aider les entreprises en difficulté à élaborer et mettre en œuvre des solutions permettant d'assurer leur pérennité et leur développement.

Le CIRI est compétent pour les entreprises de plus de 400 salariés.

Les entreprises de moins de 400 salariés relèvent des Comités départementaux d'examen des problèmes de financement des entreprises (CODEFI), équivalents locaux du CIRI, placés sous l'autorité du préfet. L'action du CIRI repose sur quatre principes intangibles : disponibilité, confiance, coordination et traitement global et équilibré.

 

 

Partager la page