Lire ou imprimer toute la Lettre

Consulter la lettre sur icone facebook

Adoption en première lecture par le Sénat du projet de loi sur la nouvelle organisation territoriale de la République

Le nouveau régime de l’exécution des jugements en matière civile et commerciale au sein de l’UE

La DAJ poursuit son travail de mise à jour des fiches techniques

Bilan 2013 de la DNLF sur la lutte contre la fraude

Légalité du programme « OMT » de la Banque centrale européenne

Utilisation des couloirs de bus par les taxis à Londres

Publication du rapport sur les retraites chapeau

Memento tourisme - édition 2014

Business France : une nouvelle agence au service de l’internationalisation de notre économie

Muriel Pénicaud,

Ambassadrice déléguée aux investissements internationaux et Directrice générale de Business France

Dans le cadre de la mise en œuvre du pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi, le Gouvernement a pris la décision de procéder à la fusion de l’Agence Française pour les investissements internationaux et d’UBIFRANCE, deux établissements publics à caractère industriel et commercial.

Cette décision, annoncée par le Président de la République le 17 février 2014 a pu être mise en œuvre dès le 1er janvier dernier, alors même que le lancement des chantiers de fusion a véritablement débuté à l’été 2014.

Avec pas moins de trois tutelles (le ministère chargé de l’économie, celui chargé des affaires étrangères et du développement international ainsi que le ministère chargé de l’égalité des territoires), deux agences présentes dans plus de 70 pays et employant plus de 1500 personnes et les nombreuses problématiques, notamment juridiques, soulevées par ce projet de rapprochement, tenir le délai du 1er janvier semblait difficilement réalisable.

Il a pu l’être grâce à la mise en place inédite d’un groupe de travail dédié, le « groupe de travail commun » qui a réuni chaque semaine décideurs et experts afin d’identifier tous les chantiers à mener pour parvenir à la fusion juridique des deux établissements à cette échéance. C’est grâce à ce travail d’équipe, à une gouvernance permettant un partage de l’information et des prises de décisions rapides que le défi du 1er janvier a pu être relevé avec succès.

Techniquement, cette fusion a pris la forme d’une absorption de l’AFII par Ubifrance. Cette démarche innovante a permis de gagner en rapidité, simplicité et coût.

Elle a supposé l’adoption d’une loi d’habilitation, d’une ordonnance et d’un décret, le tout ayant été publié quelques jours seulement avant l’échéance du 1er janvier.

L’efficacité et la diligence des juristes de la Direction des Affaires Juridiques ont été déterminantes à l’aboutissement dans les temps de ce projet. Je tiens à les en remercier chaleureusement.

Ce travail collectif a permis de doter la nouvelle agence d’un cadre lui permettant de mettre en œuvre les missions qui lui ont été assignées.

L’objectif de cette fusion est de disposer d'une agence unique pour contribuer au renforcement de l'économie française, au moyen de l’internationalisation de ses entreprises.

Cette fusion vise à accroitre l’efficacité de la prospection d’investisseurs potentiels en France et à mieux coordonner l’action de l’ensemble des acteurs du commerce international pour favoriser le développement des entreprises françaises hors de nos frontières.

Outre sa fonction de développement des exportations, cette agence aura pour mission de contribuer au renforcement de l’attractivité du territoire national pour les investisseurs internationaux. Elle devra enfin proposer et mettre en œuvre une stratégie de communication et d’influence pour développer l’image de la France à l’international et ainsi renforcer son attractivité.

La France doit relever les défis de la mondialisation en en tirant tous les bénéfices à même de créer de la valeur sur son territoire. Pour cela, tous les freins à l’investissement des entreprises doivent être levés : cela repose notamment sur deux facteurs essentiels que sont l’export et l’attractivité du territoire. Près de 6 millions de personnes travaillent pour l’export en France, soit près d’un quart de la population active employée. S’agissant du volet attractivité, plus de 20 000 entreprises étrangères sont présentes en France et emploient plus de 2 millions de personnes. Elles réalisent 28 % du total de la R&D des entreprises et contribuent au tiers des exportations françaises. Il faut par conséquent tout faire pour favoriser leur développement.

Cette fusion résulte de la prise de conscience de la très forte complémentarité des problématiques export (UBIFRANCE) et investissement (AFII) : elle va permettre d’étendre et d’approfondir nos zones de prospection (mutualisation des outils de veille des réseaux d’affaires et des équipes à l’international), de développer des synergies sur le front des partenariats internationaux entre les entreprises françaises (clientèle d’Ubifrance) et les entreprises étrangères (clientèle de l’AFII), de renforcer ou développer des partenariats innovants pour apporter des solutions plus efficaces et plus lisibles auprès des entreprises (programmes sectoriels avec la direction générale des entreprises, Bpifrance et Coface pour les ETI et PME de croissance, etc.). Il s’agit également pour Business France de participer à la mise en œuvre de la diplomatie économique en conjuguant son action à celle des ambassadeurs et des services économiques de la Direction générale du Trésor.

La plupart des systèmes étrangers destinés au soutien à l’internationalisation des entreprises ont fait l’objet d’évolutions récentes convergentes, guidées par une volonté politique de mobiliser sur les enjeux du commerce extérieur et de l’investissement étranger, relais de croissance. Le mouvement est aux agences publiques en charge des deux volets de l’internationalisation, à la fois l’export et l’attractivité, considérés comme complémentaires et sur certaines activités mutualisables. Citons par exemple la Grande-Bretagne qui a créé en 2003 «UK Trade and Investment » (UKTI), structure unique de soutien aux exportations et aux investissements ou l’Allemagne, avec son agence « Germany Trade & Invest », résultant de la fusion en 2009 d’Invest in Germany et de la GFal.

Au total, la nouvelle Agence assumera ses missions de service public en participant pleinement à l’internationalisation de l’économie française. Pour cela, elle s’emploiera en particulier à :

-concevoir une offre de services simple et adaptée aux besoins de chaque entreprise ;

-participer à la clarification de l’écosystème d’acteurs pour rendre les dispositifs de soutien aux entreprises plus lisibles ;

-être au service des territoires : non seulement elle a vocation à être le partenaire privilégié des régions pour la mise en œuvre de leur plan régional d’internationalisation des entreprises, mais elle sera également en mesure de proposer une offre de service combinant les dimensions attractivité et export ;

-assurer une présence dans les pays stratégiques d’aujourd’hui et de demain, grâce aux deux réseaux existants ;

-proposer et mettre en œuvre une stratégie de promotion de la France, de ses atouts, territoires, entreprises et talents.

Une culture de l’engagement et du résultat au service du développement économique de la France, des entreprises, de nos territoires et de nos emplois : telle est notre ambition.