Accueil du portailFETE-GASTRONOMIE › De la terre à l’assiette : découvrez les nouvelles formes d’exploitation et de consommation du produit français

De la terre à l’assiette : découvrez les nouvelles formes d’exploitation et de consommation du produit français

Mains d'homme qui tiennent de la terre

Ces dernières années, la qualité du produit est devenue un critère primordial dans notre système de consommation. Sans pesticides, bio, régional… En France le produit est choyé par de nombreux producteurs fiers de leur travail, soucieux de l’environnement et de la santé des consommateurs.

La production alimentaire à travers une tendance sociétale, devient peu à peu durable et respectueuse de la nature chez certains producteurs.

Envie d’en savoir un peu plus ? Partez pour un tour d’horizon des modes d’exploitation, de consommation et de diffusion des produits alimentaires.

La permaculture, qu’est-ce que c’est ?

Une exploitation en permaculture permet de répondre à nos besoins humains tout en améliorant notre environnement (développement de la biodiversité, création d’habitats pour la faune et les insectes, enrichissement de la terre…) sur le long terme. Le principe est de recréer un environnement naturel ou plusieurs variétés coexistent grâce à leurs besoins et ressources complémentaires.

Pour un producteur, cette technique consiste à partir de son territoire à réaliser un « design» par zones, certaines très entretenues (potager) et d’autres moins (forêts), afin de créer un écosystème. Dans lapermaculture chaque produit doit avoir plusieurs fonctions et chaque fonction doit être remplie par plusieurs produits.

Les objectifs de la permaculture :

  • Vivre de manière durable et autonome en harmonie avec une nature luxuriante.
  • Réaliser une production biologique (sans produits chimiques de synthèses et sans OGM) afin de consommer des produits goûteux, bons pour la santé et celle de notre entourage.

 

Une ferme pédagogique, qu’est-ce que c’est ?

Une ferme pédagogique est une ferme où l’on élève des animaux et/ou on cultive des végétaux. Elle a pour fonction d’accueillir des visiteurs dans un but pédagogique (ex : scolaire, personnes isolées, handicapées). En France il y a 1 400 fermes pédagogiques.

Il existe plusieurs types de fermes pédagogiques :

  • La ferme d’animation : ferme d’élevage qui accueille le public et présente le monde agricole. Souvent située en bordure de grandes villes. Leur production est très peu commercialisée (ex : ferme de Paris au bois de Vincennes).
  • L’exploitation agricole : ferme agricole qui ouvre les portes de son exploitation au public.
  • Ferme pédagogique mixte : les revenus de la ferme se partagent entre l’exploitation et les interventions pédagogiques.
  • Ferme pédagogique itinérante : L’exploitant déplace les animaux de sa ferme dans les écoles, les centres de loisirs, les maisons de retraites afin de créer le contact entre le monde rural et urbain.

Parmi les multiples activités proposées dans ce type de fermes, on trouve la confection de beurre, l’éducation au développement durable, l’ostréiculture.

A travers les fermes pédagogiques, les agriculteurs se positionnent en tant qu’acteurs du développement durable du territoire.

Que-est ce que l’agriculture verticale ?    

L’agriculture verticale se base sur la technique de l’hydrophonie.

Cette technique se réalise à partir d’un sol neutre et inerte (sable ou argile) où est planté des graines (salades, courgettes, herbes aromatiques). Grace à un circuit fermé, ce sol est irrigué par une solution saline riche en minéraux et nutriments pour la pousse des plantes.

A Londres, un abri-anti aérien a été détourné en potager où poussent de la verdure qui alimente la population proche. Les anciennes couchettes de cet abri se sont transformées en étagères de plantations qui grâce à de la lumière artificielle (intensité variable pour suivre l’ordre d’une journée) voient croitre rapidement les plantes. 

Les objectifs de l’agriculture verticale :

  • Basse consommation d’eau et d’engrais, due à un milieu qui favorise l’accroissement rapide des produits.
  • Mise en place de circuits courts (économique et écologique), les livraisons de produits se font directement à la surface pour les magasins des alentours.  
  • Habilitation de lieux inutilisés (sous-sols, toits) soit un gain d’espace et un coût moindre du loyer.
  • Créer une agriculture indépendante des conditions climatiques.

Nos modes de consommation et de production sont en train de changer, Paris va bientôt ouvrir la plus grande ferme urbaine d’Europe (avec 7.000 m2 de toits) Porte de La Chapelle. Les produits récoltés seront revendus aux différents magasins d’alimentation parisiens.

De nombreux magasins, cafés et restaurants passent au bio comme par exemple le restaurant le Bichat (Paris) tenu par Augustin Legrand qui propose des mets locavores (soit l’art de manger local) ou encore le café Marlette (Paris et commercialisation nationale) qui propose des préparations de gâteaux et autres gourmandises issues d’une agriculture biologique.

Tout comme les fermes pédagogiques, la permaculture ou encore la culture verticale, la Fête de la Gastronomie – Goût de France a pour valeurs de défendre l’éducation et la sensibilisation aux productions novatrices, durables et respectueuses de l’environnement.

Circuits courts, optimisation de l’espace urbain, valorisation des producteurs, du bio et de l’environnement. Le produit à de beaux jours durables devant lui.

Sources: permaculturedesign.fr // placetobio.fr ©Gabriel Jimenez