Accueil du portailArchivesTrois questions à Sabine Basset, technicienne d'intervention sociale et familiale

Trois questions à Sabine Basset, technicienne d'intervention sociale et familiale

19/11/2012

Sabine Basset, technicienne d'intervention sociale et familiale
ADAF 75

1 : En quoi consiste votre métier de Technicienne d'intervention sociale et familiale ?
C’est un métier très riche, car les TISF sont des travailleurs sociaux à part entière. Nous exerçons auprès des familles à partir de leur domicile, qu’il soit privé ou de substitution, comme c’est le cas des centres d’hébergement ou des hôtels sociaux. Nous sommes sollicités dans le cadre de différentes missions, par l'aide sociale à l'enfance (ASE), la caisse d'allocations familiales (CAF) et les centres de protection maternelle et infantile (PMI). Nous intervenons pour des situations très variées, pour des naissances multiples comme pour des mesures éducatives, mais aussi quand il y a suspicion de maltraitance. Notre rôle est avant tout préventif : nous apportons une aide et un soutien relatif à la vie quotidienne. Notre champ d’intervention est multiple car il est relatif aux multiples événements de la vie. Chaque mission est différente parce que chaque famille est différente. Mais ce qui relie chaque mission, c’est le fait que nous sommes présents dans le cadre du soutien à la parentalité. Le public que nous touchons est aussi très large, mais quel que soit la culture d’origine ou le mode de vie, il y a des questions universelles que se posent tous les parents et auxquelles nous aidons à trouver des réponses.

2 : Qu’est ce qui vous a motivé à exercer ce métier ?
J’ai exercé pendant huit ans dans le secteur de la photographie professionnelle, mais j’avais envie de travailler dans les relations humaines et le contact humain. Ces éléments ont été le moteur de ma reconversion professionnelle. Ce qui m’a attirée vers le métier de TISF, c’est la mobilité que cette profession implique. Nous sommes tous les jours en immersion sur le terrain, nous ne restons pas dans une enceinte fermée. En travaillant dans l’aide à domicile dans une association, je suis autonome et indépendante, et cela m’a confortée dans mon choix. La structure dans laquelle je travaille depuis cinq ans, l’Adaf 75, est celle dans laquelle je me suis formée au métier de TISF, en contrat de professionnalisation. Et aujourd’hui, je suis à mon tour tutrice pour les étudiants en formation. Le métier de TISF peut aussi ouvrir, par la suite, vers d’autres métiers du social.

3 : Vous travaillez dans l’économie sociale et solidaire. Qu’est-ce que cela vous apporte ? D’un point de vue professionnel ? D’un point de vue personnel ?
D’un point de vue professionnel, il n’y a ni ennui ni lassitude. Chaque jour est différent du précédent. Il faut s’adapter à chaque événement, à chaque situation et réadapter son programme en conséquence. Dans chaque mission, nous travaillons avec des équipes pluridisciplinaires et nous rencontrons des partenaires toujours différents, ce qui est très enrichissant. Et comme nous sommes des acteurs de terrain, nous vivons au plus près de la réalité et des institutions. C’est important, dans la mesure où beaucoup d’idées reçues se propagent sur les systèmes d’aide existants, comme la couverture maladie universelle (CMU). De nombreuses TISF expérimentées disent que même après vingt ans de métier, elles apprennent toujours encore. D’un point de vue personnel, c’est extrêmement motivant. Ce métier permet une vraie découverte des cultures, des coutumes, car nous travaillons dans l’intimité des gens, à leur domicile. Il y a également une vraie reconnaissance de la part des familles pour lesquelles nous intervenons.

<Retour vers "Travailler dans l'ESS : Technicien d'intervention sociale et familiale"

<Retour vers "Les métiers de l'économie sociale et solidaire"

<Retour vers "Travailler dans l'ESS : Technicien d'intervention sociale et familiale"

<Retour vers "Les métiers de l'économie sociale et solidaire"

 

Zoom sur l'ADAF

Depuis 1960, l’association Aide à Domicile Aux Familles de Paris (ADAF) soutient les familles dans leur quotidien en mettant à leur disposition son personnel compétent et formé.

Offre de l’ADAF :
- Technicien(nes) d’Intervention Sociale et Familiale  (TISF)
- Aides à Domicile

Le personnel qualifié de l’ADAF peut intervenir pour épauler la famille au cours des différentes étapes de la vie, comme la grossesse, l'hospitalisation, ou encore la naissance. Il participe ainsi au maintien ou au retour de la sérénité dans le foyer en apportant une aide pratique : accompagnement social, entretien du linge, ménage, courses, garde d’enfants ponctuelle ou à temps plein, démarches administratives...
L’équipe administrative de l’ADAF est là pour informer les familles, les rencontrer, évaluer leurs besoins, déterminer le projet des interventions en fonction de leurs impératifs.

Financements
L’ADAF, en tant qu’association conventionnée par la CAF, la CPAM, l’ASE, la PMI, les régimes spéciaux et mutuelles, permet aux familles de bénéficier d’une participation financière de la part de ces organismes. Le montant restant à charge est calculé en fonction du quotient familial.
L’ADAF est titulaire de l’agrément de qualité qui lui permet de délivrer une attestation fiscale aux familles pour bénéficier des éventuels allègements d’impôt.

 

Partagez cet article !