Vidéos

Le mois de l'ESS

Chaque année en novembre, c’est le mois de l’économie sociale et solidaire (ESS). A cette occasion, les acteurs du secteur nous parlent de leur vision de l'ESS : quelle définition ? Quel avenir ?

Qu'est-ce que l'ESS ? 3 lettres pour une nouvelle économie, par les acteurs de l'ESS

 

Quelle définition de l'ESS ? Les acteurs de l'ESS nous donnent leur définition


 

 

Quel avenir pour l'ESS ? Les acteurs de l'ESS nous donnent leur vision de l'avenir

 

Les entreprises de l'ESS parlent de leur métier

Des entreprises sociales et solidaires témoignent de la volonté des acteurs de l’ESS de devenir des incontournables dans leur secteur. Recyclage de produits alimentaires, constitution d’une SCOP pour sauver et relancer une entreprise... autant de success stories, de modes spécifiques d'entreprendre qui donnent corps à la loi ESS du 31 juillet 2014.

 

Cliquer sur une vidéo pour la lancer

Eqosphère lutte contre le gaspillage alimentaire


L’entreprise Eqosphère, start-up sociale et solidaire, met en relation les entreprises qui doivent se débarrasser de produits alimentaires ou non en fin de cycle et des associations qui les récupèrent.(Remerciements à Eqosphère [contact[a]eqosphere.com]  et à Auchan Okabé Kremblin-Bicêtre)

  

La Chambre française de l’économie sociale et solidaire


La loi ESS du 31 juillet 2014 instaure la création de la chambre française de l’économie sociale et solidaire, dont les chantiers sont nombreux. Interlocuteur privilégié des pouvoirs publics, elle définit une politique nationale ambitieuse pour l’ESS. (Remerciements aux membres de la Chambre française de l’ESS)

  

Les salariés reprennent leur entreprise : la miroiterie GBM


Suite à la mise en liquidation judiciaire de la miroiterie GBM en 2011, une partie des salariés a décidé de constituer un capital commun afin de reprendre la société sous forme de SCOP (Société coopérative et participative). (Remerciements aux collaborateurs de GBM)

Smartfr facilite le quotidien des artistes-entrepreneurs

 


Smartfr, société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), propose à ses sociétaires un ensemble de services mutualisés les libérant ainsi des contraintes administratives et leur permettant de se concentrer sur leur activité créative. (Remerciements aux collaborateurs de Smartfr et à Valérie Maniglier)

 

Un exemple de Pôle de Coopération Economique Territorial (PTCE) : le Groupe Archer

Après la cessation d’activité de la dernière entreprise de chaussures à Romans sur Isère, Christophe Chevalier, à la tête du  PTCE « Archer », rachète en 2010 une ligne complète de montage. Objectif : valoriser un savoir-faire artisanal et local, conserver et créer des emplois, et former à de nouveaux métiers. (Remerciements aux membres du PTCE Archer)

   

 

Les objectifs de la loi illustrés

Films d’animation présentant de façon ludique et pédagogique la manière dont l’économie sociale et solidaire (ESS) va changer d’échelle grâce à la loi ESS du 31 juillet 2014.

Avec la loi, l'ESS passe à l'échelle supérieure


Film d’animation présentant de façon ludique et pédagogique la manière dont l’économie sociale et solidaire (ESS) va changer d’échelle grâce à la loi ESS du 31 juillet 2014.

 

Renforcer les politiques de développement local durable


La loi ESS reconnaît et définit les principes des Pôles Territoriaux de Coopération Economique (PTCE) et encourage le développement de ces initiatives locales.

 

La loi ESS provoque un choc coopératif


La loi ESS donne à ses entrepreneurs la possibilité de bénéficier du statut d’entrepreneur-salarié et en s’appuyant sur le cadre juridique des coopératives d’activité et d’emploi (CAE).

La loi ESS consolide le réseau, la gouvernance et les outils de financement des acteurs de l’ESS


La loi dote l’ESS d’une voix nationale, en structurant le réseau des chambres régionales de l’ESS (CRESS) et en le fédérant avec d’autres afin d’assurer une meilleure coordination territoriale.

  

La loi reconnaît l’ESS comme un mode d’entreprendre spécifique         


La loi définit désormais le périmètre de l’économie sociale et solidaire : associations, mutuelles, coopératives, fondations et même entrepreneuriat commercial à but social.

  

La loi Economie sociale et solidaire redonne du pouvoir d’agir aux salariés 


La loi prévoit la création d'un droit d’information préalable des salariés de PME pour les cas de transmission d’entreprises. Ils peuvent aussi bénéficier de la création d'un statut transitoire de société coopérative et participative (dit SCOP d’amorçage).

 

Modifié le 03/11/2015
Partagez cet article !