Accueil du portailEntreprisesLa société en nom collectif (SNC), un statut avec une responsabilité solidaire et indéfinie

La société en nom collectif (SNC), un statut avec une responsabilité solidaire et indéfinie

par Bercy Infos,

le 26/09/2018 –

La société en nom collectif (SNC) est une forme d’entreprise privilégiée notamment lorsque les associés se connaissent bien, car les parts sociales ne peuvent être cédées que si la décision est prise à l’unanimité des associés, sauf si une clause contraire est exprimée dans les statuts.

©Fotolia.com

Qu'est-ce que la SNC ?

La société en nom collectif (SNC) est une entreprise dans laquelle la responsabilité des associés est solidaire et indéfinie. Pour créer une SNC, les associés doivent être au minimum deux. Un capital doit être constitué, mais il n’y a pas de capital minimum obligatoire.

Lire aussi : Quel statut juridique choisir pour son entreprise ?

La responsabilité solidaire et indéfinie

Dans une SNC, tous les associés sont commerçants et responsables solidairement et indéfiniment. La responsabilité solidaire signifie qu’un créancier peut poursuivre un seul associé de la SNC pour la totalité d’une dette. La responsabilité indéfinie implique que les associés sont responsables sur l’ensemble de leurs biens personnels.

Lire aussi : Comment modifier les statuts de votre entreprise ?

Quels sont les avantages de la SNC ?

La SNC est peu connue mais elle a de nombreux avantages :

  • Il n’y a pas de capital minimum.
  • Elle offre une grande stabilité des gérants associés, révocables à l’unanimité des associés.
  • Les parts ne peuvent être cédées qu’avec le consentement de tous les associés, ce qui permet de choisir les associés.

Lire aussi : L’entreprise individuelle, un statut pour créer une entreprise facilement

Comment créer une SNC ?

Pour créer une SNC, il faut remplir le formulaire M0 [PDF – 612Ko] puis l’adresser au centre de formalités des entreprises (CFE) de votre département, accompagné des documents justificatifs, le cas échéant.

Pour vous accompagner dans vos démarches, contactez le guichet unique des entreprises.

Lire aussi : Création d'entreprise : les démarches à effectuer | À quel centre de formalités des entreprises (CFE) devez-vous vous adresser ?

Combien coûte la création d’une SNC ?

Le coût de constitution d’une SNC est la somme des montants suivants :

  • frais de publication dans un journal d’annonces légales : en moyenne 200 €
  • immatriculation au registre du commerce et des sociétés (y compris le dépôt d’acte) : 39,42 €
  • immatriculation au registre des métiers : en moyenne 130 € (varie selon le département)

Lire aussi : Comprendre en 5 questions comment créer son entreprise

Quel régime fiscal et social ?

La SNC n’est pas imposée au niveau de la société, ce sont les associés qui indiquent la part de leurs bénéfices et leur rémunération dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) ou les bénéfices non commerciaux (BNC) de leur déclaration de revenus. Il est cependant possible d’opter pour le régime pour l’impôt sur les sociétés ; cette décision est alors irrévocable.

Les associés, qu’ils soient gérants ou non, dépendent du régime des travailleurs non-salariés.

Lire aussi : Micro-entreprise, régime réel et régime de la déclaration contrôlée : les 3 régimes d’imposition des entreprises | Quelle fiscalité pour les chefs d'entreprises ?

Texte réglementaire

Code de commerce

 

 

 

Partagez cet article !

Thématiques :

Statuts des entreprises

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • 13/12/2018

    EURL, SARL, SA… Les personnes souhaitant créer leur entreprise se trouvent vite face à un choix crucial : quelle forme juridique choisir ? Les responsabilités, le capital social ou encore le régime fiscal qui s’y rapportent divergent fortement d’un statut à l’autre. Revue de détail.

  • 05/12/2018

    L'entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) est un statut qui permet à l’entrepreneur de limiter sa responsabilité financière grâce à un patrimoine spécialement dédié à l’activité professionnelle. Le patrimoine personnel n’est ainsi pas engagé. Vous êtes intéressé ? Voici la marche à suivre.

  • ©Fotolia.com

    19/11/2018

    Reprendre une entreprise, ça se prépare ! Après avoir réalisé le diagnostic de l’entreprise et évalué sa valeur économique, le repreneur doit élaborer le plan de reprise en plusieurs étapes. Mais qu’est-ce qu’un plan de reprise d’entreprise ? Quels sont les principes à respecter ? Explications.

  • ©Phovoir

    21/09/2018

    Le régime des micro-entrepreneurs (ex-auto-entrepreneurs) est ouvert à tous ! Il permet de bénéficier de formalités de création allégées et d'un mode de calcul et de paiement simplifié de l'impôt sur le revenu et des cotisations sociales. Quelles conditions devez-vous respecter pour bénéficier de ce régime ?

  • 12/09/2018

    La SARL (société à responsabilité limitée) est la forme d’entreprise la plus répandue en France. Selon l’Insee, en 2016, 40 % des entreprises créées sont des SARL. Explications sur ce statut.

  • © Fotolia.com

    05/09/2018

    Vous souhaitez créer une entreprise avec un statut plus simple et flexible ? Avez vous pensé à la société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU) ? On vous explique tout sur ce statut !

Le ministère sur Twitter

Fermer

Vous souhaitez recevoir gratuitement toutes nos informations utiles et pratiques ?

Abonnez-vous aux lettres d'information Bercy infos !

Je m'abonne
Partagez cet article !