Accueil du portailEntreprisesSeuils sociaux : quelles conséquences pour les déclarations sociales ?

Seuils sociaux : quelles conséquences pour les déclarations sociales ?

Les entreprises qui augmentent leurs effectifs sont soumises à un certain nombre d'obligations supplémentaires. Tour d’horizon des conséquences du franchissement de seuil d'effectifs en matière de déclarations sociales.

© Fotolia.com

La réforme des seuils sociaux

Pour favoriser la croissance des PME, le projet de loi PACTE (Plan pour la croissance et la transformation des entreprises) prévoit d'alléger et de simplifier les obligations liées aux seuils afin de créer un élan juridique plus favorable au développement des PME :

  • l'ensemble des seuils situés à des niveaux proches (entre 11,5 et 250 salariés) seront regroupés
  • le seuil intermédiaire de 20 salariés sera supprimé (à l'exception du seuil d'obligation d'emploi de 6% de travailleurs handicapés qui ne sera pas concerné par la mesure)
  • d’autres seuils seront rehaussés à 50 salariés (taux plein pour la contribution au Fond national d'aide au logement (FNAL), participation de l'employeur à l'effort de construction ("1% logement"), mise en place obligatoire d'un local de restauration, taxe pour le développement des industries de l'ameublement et des industries du bois)
  • les nouvelles obligations seront effectives uniquement lorsque le seuil sera franchi pendant 5 années civiles consécutives. Si l’effectif diminue et revient à un niveau inférieur au seuil, le seuil devra à nouveau être atteint pendant 5 ans pour générer l’obligation
  • le mode de calcul des effectifs du Code de la sécurité sociale sera généralisé

En savoir plus sur PACTE

Les seuils sociaux en entreprise qu’est-ce que c’est ?

Les seuils sociaux représentent les obligations fiscales et sociales qui incombent aux entreprises en fonction de leur nombre de salariés.

Au fur et à mesure qu’une entreprise croît et qu’elle augmente ses effectifs, elle se voit imposer de nouvelles obligations au titre d’un franchissement de seuil. Il en va ainsi par exemple de l'obligation de payer des cotisations ou contributions sociales supplémentaires. Il peut s'agir également de l'obligation d'organiser les élections des délégués du personnel lorsque l'entreprise atteint le seuil de 11 salariés, de l'obligation d'établir un règlement intérieur lorsque l'effectif est d'au moins 20 salariés ou de l'obligation d'organiser l'élection du comité d'entreprise (CE) et du comité d'hygiène et de sécurité (CHSCT) quand l'entreprise franchit le seuil de 50 salariés.

Afin d’amortir les changements induits par le franchissement de seuils, il existe toutefois des dispositifs de lissage de seuils permettant d’étaler dans le temps les modifications de taux pour les cotisations sociales calculées en fonction des effectifs.

Lire aussi : Micro-entreprises, quel est le montant de vos charges sociales ?

Quelle méthode de calcul devez-vous utiliser pour compter vos effectifs ?

En ce qui concerne la périodicité et le calcul des cotisations et des contributions sociales, les modalités de décompte des effectifs de l’entreprise sont simplifiées depuis le 1er janvier 2018.

Le nouveau décompte s'effectue au niveau de l'entreprise (tous établissements confondus). L'effectif salarié annuel de l'entreprise est égal à la moyenne du nombre de salariés employés chaque mois sur l'année N -1. Les personnes sont décomptées dans l'effectif de l'entreprise au prorata du nombre de jours pendant lesquels elles auront été employées.

Un temps plein compte pour une unité tandis qu'un temps partiel est pris en compte au prorata de son temps de travail / durée légale ou conventionnelle du travail.

Les apprentis et les alternants sont exclus du décompte des effectifs pour le calcul des cotisations et des contributions sociales.

En savoir plus sur le site de l'Urssaf

Lire aussi : Entreprises : de quelle convention collective dépendez-vous ?

Franchissement de seuil : quelles conséquences pour les déclarations sociales ?

Seuil d'effectif de l'entreprise Déclaration sociale concernée Nouvelle obligation Suppression ou diminution d'avantages Lissage du seuil
Déclarations sociales : les obligations en fonction des seuils d'effectifs
À partir de 11 salariés

Contribution au financement des prestations complémentaires de prévoyance

 

Obligation de s'acquitter du forfait social au taux de 8 % sur les contributions patronales de prévoyance complémentaire.

 

   
Cotisations sociales sur les salaires des apprentis   Diminution des exonérations des cotisations sociales sur la rémunération des apprentis (l'exonération concerne uniquement la part patronale).  
Participation à la formation professionnelle continue Augmentation du taux de cotisation à la formation professionnelle continue (le taux passe de 0,55 % à 1% de la masse salariale).   Vous pouvez continuer à bénéficier du taux correspondant à 10 salariés pendant les 2 années suivant le franchissement de seuil. Le taux sera ensuite porté à 0,70 % la 3ème année, 0,90 % la 4ème année et à 1 % la 5ème année.
Versement transport (VT) Obligation de s'acquitter du versement transport Perte de l'exonération du versement transport pour les entreprises qui en bénéficiaient. Vous êtes dispensés du versement transport pendant 3 ans. Ensuite assujettissement progressif à la contribution transport en appliquant un abattement dégressif : 75 % la 4ème année, 50 % la 5ème année et 25 % la 6ème année. La 7ème année le versement de transport est dû au taux normal.
À partir de 20 salariés Déclaration obligatoire d'emploi des travailleurs handicapés (DOETH)

Vous êtes soumis à l'obligation d'employer des travailleurs handicapés à hauteur de 6% de votre effectif.

Déclaration annuelle des actions en faveur de l'emploi des personnes handicapées.

   
Contribution au Fond national d'allocation logement (FNAL) Augmentation du taux de cotisation de 0,1 % à 0,5 % de la masse salariale.    
À partir de 50 salariés Déclaration sociale nominative (DSN) Déclaration mensuelle avant le 5 du mois des contrats de travail conclus ou rompus au cours du mois précédent.    

Important

Depuis le 1er janvier 2017, la déclaration sociale nominative (DSN) est l'unique vecteur pour déclarer en ligne les cotisations sociales aux organismes de protection sociale. Toutes les entreprises employant des salariés sont concernées, y compris celles dont l'effectif est inférieur à 50 salariés.

Accédez au site officiel de la DSN

Lire aussi : Entreprises : comment allez-vous vous y prendre pour prélever l'impôt à la source ? | Tout comprendre sur le prélèvement à la source

Partagez cet article !

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • © Fotolia.com

    22/05/2019

    Votre activité est soumise à l'impôt sur le revenu ? Quel impôt devrez-vous payer malgré l'année blanche ? Qu'est-ce qu'un revenu exceptionnel et comment le déclarer ? Tour d'horizon des principales nouveautés fiscales concernant les revenus 2018.

  • ©nito / Stock.Adobe.com

    21/05/2019

    Le règlement général sur la protection des données (RGPD) est entré en application le 25 mai 2018. Quel impact en matière de protection des données ? Quelles entreprises sont concernées ?

  • © Phovoir.fr

    16/05/2019

    Depuis 2016, tous les employeurs du secteur privé ont l'obligation de fournir une mutuelle de santé collective à leurs salariés, et participer au moins à hauteur de 50 % du prix des cotisations. Mais tous les salariés sont-ils concernés ? Quelles sont les garanties minimales requises ? Comment la mettre en place ? On fait le point !

  • © Fotolia

    07/05/2019

    Métro, train, vélo... : en tant qu'employeur, vous devez prendre en charge une partie du prix des transports de vos salariés entre leur domicile et leur lieu de travail. Quels types de frais sont concernés ? Quel est le montant de votre participation ? Le point sur vos impératifs.

  • © Phovoir.fr

    07/05/2019

    Les revenus des exploitants agricoles sont soumis à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices agricoles (BA). Ils relèvent de 3 régimes d’imposition possibles : micro-BA, réel normal ou réel simplifié.

  • © Phovoir.fr

    30/04/2019

    Vous êtes salarié et vous souhaitez développer une micro-entreprise en parallèle de votre emploi ? Quels sont vos droits et obligations en la matière ? Quelles règles d'imposition et d'affiliation ?

Fermer

Vous souhaitez recevoir gratuitement toutes nos informations utiles et pratiques ?

Abonnez-vous aux lettres d'information Bercy infos !

Je m'abonne
Partagez cet article !