Accueil du portailEntreprisesÀ quoi s'expose l'entreprise en cas de retard de paiement de l'impôt ?

À quoi s'expose l'entreprise en cas de retard de paiement de l'impôt ?

par Bercy Infos,

le 02/07/2018 –

Oublier de payer ou payer ses impôts en retard n'est pas neutre pour votre entreprise. Elle s'expose à des pénalités de retard. Quand, quoi, combien ? On vous dit tout.

@Fotolia.com

Quel que soit le type d'imposition choisi pour votre entreprise, l'impôt sur les sociétés (IS) ou l'impôt sur le revenu (IR), vous êtes contraints par les mêmes droits et devoirs que n'importe quel contribuable : à savoir déclarer et payer ses impôts en temps et en heure. Dès lors, tout retard entraîne des pénalités financières...

Lire aussi : Impôt sur les sociétés ou impôt sur le revenu : quelle imposition selon son statut ?

Dans quels cas parle-t-on de retard de paiement ?

L'infraction de défaut de paiement ou de paiement tardif des impôts est commise lorsqu'une dette fiscale n’est pas acquittée dans le délai légal. Il s'agit d'une infraction qui se produit au stade du recouvrement (c'est à dire relatif au paiement de l'impôt) qu'il convient donc de distinguer de celle relative à l'assiette de l'impôt (c'est à dire relatif à sa déclaration).

Le retard de paiement s'apprécie à la date limite de paiement déterminée par la loi.

À savoir

Le « retard de paiement » concerne : le défaut de paiement, le paiement partiel, le paiement tardif de toute créance fiscale, quel que soit sa dénomination et l'impôt auquel elle se rapporte, qui est le fait du débiteur.

Application d'une majoration de 10 %

L’article 1730 du Code général des impôts (CGI) prévoit que tout retard dans le paiement de l'impôt donne lieu à l'application d'une majoration de 10 %. Sont notamment concernés l’impôt sur le revenu, les contributions sociales, la taxe d’habitation, la taxe foncière et l’impôt sur la fortune immobilière (IFI).

Cette pénalité a un double objet :

  • inciter les contribuables à s'acquitter de l'impôt à la date légale de paiement ;
  • compenser forfaitairement le préjudice financier que constitue pour l'État le retard dans le paiement des impôts visés.

La majoration de 10 % s’applique :

  • si vous n'avez pas payé votre impôt dans les quarante-cinq jours suivant la date de mise en recouvrement ;
  • au règlement des acomptes qui n’ont pas été versés le 15 du mois suivant celui au cours duquel ils sont devenus exigibles.

Lire aussi : Déclarer ses revenus ou payer ses impôts en retard, combien cela coûte-t-il ?

Cumul des pénalités fiscales avec l'intérêt de retard

Sauf disposition contraire expresse, l’intérêt de retard doit être appliqué en plus de cette majoration de 10 %. Depuis le 1er janvier 2018, le taux des intérêts de retard est fixé à 0,2 % par mois, soit 2,4 % l’an.

Accédez au calendrier de vos prochaines échéances fiscales

Lire aussi : Des questions sur vos impôts ? Consultez le précis de fiscalité 2018

Publié initialement le 24/11/2017

Partagez cet article !

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • © Fotolia.com

    17/04/2019

    Votre activité est soumise à l'impôt sur le revenu ? Quel impôt devrez-vous payer malgré l'année blanche ? Qu'est-ce qu'un revenu exceptionnel et comment le déclarer ? Tour d'horizon des principales nouveautés fiscales concernant les revenus 2018.

  • ©Direction générale des Finances publiques

    17/04/2019

    Les entreprises disposent d’un espace professionnel sur impots.gouv.fr à partir duquel elles peuvent réaliser l'ensemble de leurs démarches fiscales. Tour d'horizon des services en ligne de l’espace professionnel.

  • © Pixabay

    10/04/2019

    Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC), les bénéfices non commerciaux (BNC) sont des revenus qui sont soumis à l’impôt sur le revenu. Qui doit déclarer quoi ? Comment cela fonctionne ?

  • 10/04/2019

    Le régime des micro-entrepreneurs (anciennement auto-entrepreneurs) est un régime unique et simplifié de l'entreprise individuelle. Il permet de bénéficier de formalités de création d'entreprise allégées, d'un mode de calcul et de paiement simplifié des cotisations sociales et de l'impôt sur le revenu.

  • © Fotolia

    02/04/2019

    En fonction du chiffre d'affaires réalisé, les entreprises sont soumises à un régime simplifié d'imposition (RSI) ou au réel normal (RN). Quelles sont les différences entre ces 2 régimes d'imposition ? Explications.

     

  • ©adam121 / Stock.Adobe.com

    27/03/2019

    La participation est un accord d’épargne salariale permettant de redistribuer aux salariés une partie des bénéfices de l’entreprise. Quelles entreprises sont concernées ? Comment la mettre en place ce dispositif au sein de votre entreprise ?

Fermer

Vous souhaitez recevoir gratuitement toutes nos informations utiles et pratiques ?

Abonnez-vous aux lettres d'information Bercy infos !

Je m'abonne
Partagez cet article !