Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Quelles charges peuvent être déduites du résultat fiscal d’une entreprise ?

Une entreprise peut déduire, sous conditions, certaines charges de son résultat fiscal. Certains frais sont alors comptabilisés comme des dépenses professionnelles ce qui permet de faire baisser le résultat fiscal. Mais quelles charges sont déductibles ? Quels frais ne peuvent pas l'être ? On fait le point.

Charges déductibles : quelles sont les règles ?

Au terme de chaque exercice comptable, l’entreprise doit calculer le montant de son résultat fiscal avant de le transmettre à l’administration fiscale. Certaines des charges engagées par l’entreprise et constatées en comptabilité sont déductibles de ce résultat.

Mais pour pouvoir déduire des charges, ces dernières doivent obéir à certaines règles :

  • être engagées dans l'intérêt direct de l'exploitation et se rattacher à la gestion normale de l'entreprise
  • correspondre à une charge effective et être appuyées de justifications suffisantes
  • être comprises dans les charges de l'exercice au cours duquel elles ont été engagées

Et pour les micro-entreprises ?

Si vous relevez du régime « micro-BIC/BNC », il n’est pas possible de déduire les charges de vos résultats. En effet, l'administration fiscale applique au chiffre d'affaires déclaré un abattement forfaitaire pour frais professionnels.

Micro-entrepreneurs : comment déclarer vos revenus ?

Charges déductibles : quelles sont les conditions de déduction ?

Les dépenses sont déduites sur la base de leur montant réel.

Cependant, par exception, certains frais peuvent être évalués forfaitairement. C’est le cas par exemple des frais correspondant aux dépenses de véhicules. Certaines professions bénéficient également de régimes spécifiques leur permettant d'évaluer forfaitairement certains frais.

Concernant les amortissements, ils sont calculés selon les règles applicables aux BIC et doivent être mentionnés sur le registre des immobilisations et des amortissements que les exploitants soumis au régime de la déclaration contrôlée doivent tenir à jour.

Lire aussi : Tout savoir sur la cotisation foncière des entreprises (CFE)

Exemples des principales charges déductibles du résultat fiscal

  • achat de matières premières pour une activité de production
  • achat de produits en vue de leur revente, pour une activité commerciale
  •  intérêts rémunérant les avances en comptes courants des associés, actionnaires ou dirigeants de la société
  • frais de repas
  • frais de déplacement
  • dépenses professionnelles : fournitures de bureau, frais d'encaissement de notes d'honoraires sur factures, frais d'envois postaux, de téléphone, de télécopie, frais de documentation
  • frais d'actes et de contentieux
  • frais de publicité
  • cotisations versées à des ordres ou syndicats professionnels
  • frais de formation professionnelle : frais d'études, cours ou stages de perfectionnement, frais de préparation et d'impression d'une thèse de doctorat, etc.
  • télétransmission des feuilles de soins par les professions médicales
  • dépenses vestimentaires nécessaires par l'exercice de la profession (robe d'un avocat ou blouse d'un médecin par exemple)
  • les cadeaux d’affaires, dans le cadre d'un usage proportionné

Source : service-public.fr

Quelles charges ne sont pas déductibles ?

Les charges non déductibles peuvent être de plusieurs types :

Les charges d'exploitation non déductibles

Certaines charges ne peuvent pas être déduites du résultat fiscal :

  • certaines provisions, par exemple les provisions pour engagement de retraite ou pour licenciement économique
  • le coût d'acquisition de la clientèle
  • la redevance de crédit-bail, la location de véhicules de tourisme et homologué N1 ou l'amortissement de véhicules de tourisme en fonction de leur date de mise en circulation et de leur émission de CO2
  • les dépenses considérées comme luxueuses : chasse de loisirs, pêche non professionnelle, achat ou location de résidence de plaisance, de yacht et de bateau de plaisance, etc.
  • les sommes versées à titre de droits d'entrée ou pas-de-porte si, additionnées aux loyers, elles présentent un total excédant le loyer normal du local
  • l'avantage en nature lié à l'utilisation privative de tout ou partie d'un immeuble inscrit à l'actif de l'entreprise par l'exploitant individuel à titre gratuit
  • les primes d'assurance relatives à des contrats portant sur des personnes qui ne répondent pas à la définition de contrats d'assurance « homme clé » et primes relatives à certains contrats d'assurance-vie 
  • certains impôts et taxes : impôt sur le revenu, impôt sur les sociétés, contribution sociale sur l'IS, etc.
  • la taxe foncière afférente à un immeuble non inscrit au bilan 
  • la CSG et CRDS pour la part non déductible 
  • la taxe sur les véhicules de société (TVS)
  • la taxe annuelle sur les bureaux en Île-de-France
  • la rémunération de l'exploitant individuel non salarié et des associés de sociétés de personnes
  • les allocations forfaitaires pour frais de représentation et frais de déplacement, si elles ne sont pas additionnées aux salaires et entraînent une rémunération excessive en comparaison avec les salaires pratiqués dans la même branche d'activité

Lire aussi : Le forfait social : quelle part à la charge de l'employeur ?

Les charges financières non déductibles

  • les intérêts sur emprunts et agios sur découverts, si le compte de l'exploitant est débiteur 
  • les intérêts des comptes courants d'associés, si le capital n'est pas entièrement libéré et s'ils dépassent le seuil de 1,47 % pour les exercices de 12 mois clos le 31 décembre
  • la fraction des charges financières des sociétés soumises à l'IS si le montant total des charges financières nettes excèdent le montant le plus élevé entre 3 millions d'euros et 30 % du résultat avant impôts, intérêts, dépréciations et amortissements

Les charges exceptionnelles non déductibles

  • les pénalités et amendes infligées par une autorité administrative (ex : Urssaf, DGFIP, DGCCRF, douanes) 
  • les dons versés à des partis politiques ou dépenses de mécénat au profit de certaines œuvres, car ils sont éligibles à une réduction d'impôt
  • les rappels d'impôts qui concernent des impôts non déductibles 
  • les abandons de créance à caractère commercial, s'ils ne répondent pas à l'intérêt de l'exploitation 
  • les abandons de créance à caractère financier

Lire aussi : Impôts locaux : lesquels concernent votre entreprise ?

Les charges non déductibles en raison de leur montant

Certaines charges déductibles peuvent ne plus l'être lorsqu’elles deviennent excessives, c'est-à-dire lorsqu'elles dépassent certains seuils ou ne remplissent pas certaines conditions. Il peut s’agir par exemples :

  • des cadeaux d'affaires (vins, chocolat, livres, places de concert, stylos, etc.) offerts par l'entreprise à ses clients ou fournisseurs, dans le cadre de leurs relations d'affaires : si leur valeur d'acquisition est disproportionnée par rapport à la réalité de la relation commerciale ou à l'usage de la profession, elle ne pourra pas être déduite
  • des dépenses de parrainage si le nom ou le sigle de l'entreprise n'apparaissent pas et/ou que les dépenses sont excessives au regard du chiffre d'affaires
  • des frais de personnel et charges sociales, s'ils sont d'un montant exagéré eu égard au travail effectivement fourni 
  • de la participation des salariés aux résultats et primes d'intéressement, si les accords de participation ou d'intéressement ne remplissent pas les conditions légales (caractère collectif et aléatoire) et/ou s'ils ne sont pas déposés auprès de la direction départementale du travail 
  • des jetons de présence (rémunération des administrateurs, membres du conseil d'administration ou de surveillance) s'ils dépassent un plafond de 5 % (moyenne annuelle des 5 personnes les mieux rémunérées si l'effectif de l'entreprise est inférieur à 200 salariés, ou des 10 personnes les mieux rémunérées si l'effectif dépasse 200 salariés) x nombre d'administrateurs. Si l'entreprise emploie moins de 5 salariés, la déduction est limitée à 457 € par administrateur

Lire aussi : Impôt sur les sociétés, comment ça marche ?

Thématiques :

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Partager la page