Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Restauration : l'obligation du tri sélectif étendue

Les professionnels produisant plus de 10 tonnes de déchets biodégradables par an doivent désormais les trier et les valoriser, sous peine d'amende.

A vos composteurs ! Depuis le 1er janvier 2016, les restaurateurs qui produisent au moins 10 tonnes de biodéchets par an (soit environ 200 à 240 couverts par jour) ont l'obligation de procéder à leur tri sélectif et leur recyclage. Issue de la loi du 12 juillet 2010, dite « loi Grenelle 2 », cette mesure s'appliquait auparavant à partir de 20 tonnes seulement.

Tri à la source et valorisation organique

D'origine végétale ou animale, les déchets biodégradables (ou biodéchets) sont nombreux dans la restauration : épluchures, parties non utilisées des viandes et poissons, aliments périmés, restes... Les restaurateurs doivent donc mettre en place un tri à la source et une valorisation organique. S'ils ne disposent pas d'un composteur, ils pourront faire appel à des prestataires extérieurs. Le non respect de cette obligation peut entraîner une peine de 75 000 euros d'amende et de deux ans de prison.

Des recommandations pour aider les restaurateurs

Certaines organisations professionnelles, comme l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH), ont d'ores et déjà émis de nombreuses recommandations pour aider les restaurateurs à réduire et valoriser leurs déchets : transformation des produits restants, dons aux associations, « doggy bags » (voir ci-dessous) pour les clients...

Zoom sur les doggy bags

Emballage permettant aux clients d'un restaurant de repartir avec les restes de son repas, le « doggy bag » représente un « geste anti-gaspillage naturel », pour l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH) . S'il n'est pas obligatoire en France, l'UMIH s'est engagée dans sa promotion sur le territoire. 95 % des consommateurs interrogés seraient d'ailleurs prêts à l'utiliser (enquête DRAAF Auvergne-Rhône-Alpes, 2014). Si les professionnels hésitent encore à le proposer à leurs clients, le syndicat rappelle que « la responsabilité du restaurateur s'arrête au moment où le repas est remis au consommateur ».

Lire aussi

Commerçants : l'utilisation d'un logiciel de caisse certifié sera obligatoire en 2018 - 27/01/2016

Tout savoir sur le titre de maître restaurateur - 19/11/2015

Thématiques :

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Partager la page