Accueil du portailEntreprises › Quel régime fiscal choisir pour votre entreprise ?

Quel régime fiscal choisir pour votre entreprise ?

04/04/2017

Vous créez votre entreprise ? Vous allez devoir choisir votre type d’imposition (impôt sur les sociétés ou impôt sur le revenu) et votre régime d’imposition (micro-entreprise, régime réel simplifié ou régime réel normal). Explications.

©Fotolia.com

2 types d’imposition : l'impôt sur les sociétés ou l'impôt sur le revenu

En fonction du statut de votre entreprise, vous pouvez être soumis à 2 types d'imposition : l'impôt sur le revenu ou l'impôt sur les sociétés.

Type d'imposition possible en fonction du statut

Statut

Impôt sur le revenu

Impôt sur les sociétés

Entreprise individuelle

(Micro-entreprise)

Oui

Non

EIRL

Oui

Oui, sous certaines conditions

Société en Nom Collectif (SNC) - Société Civile Professionnelle (SCP)

Oui

Oui, sur option et sous certaines conditions

EURL

Oui

Oui, sur option et sous certaines conditions

SARL de famille

Oui, sur option

Oui

SARLSASAS

Oui, sur option et sous certaines conditions

Oui

Retrouvez plus d'informations sur le site de l'Agence France Entrepreneur

Lire aussi : Création d'entreprise : les démarches à effectuer

 

Type d'imposition : le choix de l'impôt sur le revenu

Si vous choisissez d’être imposé sur le revenu, les bénéfices sont à inscrire dans votre déclaration de revenus dans la catégorie « Bénéfices industriels et commerciaux » (BIC) si l’activité est industrielle, commerciale ou artisanale ou « Bénéfices non commerciaux » (BNC) si l’activité est de nature libérale.

Le taux d’imposition qui vous sera appliqué dépend de vos autres revenus et de votre situation familiale.

Lire aussi : Quel statut juridique choisir pour son entreprise ?

 

Type d'imposition : le choix de l'impôt sur les sociétés

Si vous choisissez d’être imposé sur les sociétés, le bénéfice net de votre entreprise, auquel vous devez déduire la rémunération des dirigeants, doit être déclaré sur votre formulaire pour l’impôt sur les sociétés.

A savoir : si vous êtes dirigeant, vous devez déclarer votre rémunération et les dividendes reçus sur votre formulaire personnel d’imposition sur les revenus.

Le taux d’imposition qui vous sera appliqué dépend de vos bénéfices  :

  • 33,3 % pour les bénéfices imposables supérieurs à 75 000 euros ;
  • 28 % jusqu'à 75 000 euros de bénéfices.

Pour les entreprises dont le chiffre d’affaires est inférieur à 7 630 000 euros et dont au moins 75 % du capital est détenu par des personnes physiques, les bénéfices ne dépassant pas 38 120 euros sont imposés à un taux de 15 %.

3 régimes d’imposition : micro-entreprise, régime réel simplifié et régime réel normal

Le régime d'imposition de la micro-entreprise

Le régime de la micro-entreprise permet de bénéficier de formalités simplifiées pour la création de votre activité, mais aussi pour vos obligations de déclarations et de paiement.

Pour devenir micro-entrepreneur (anciennement auto-entrepreneur), vous devez avoir un chiffre d’affaires inférieur à :

  • 82 800 euros pour les activités d'achat-revente, fourniture de logement, vente à consommer sur place ;
  • 33 200 euros pour les prestations de service relevant des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) ou non commerciaux (BNC).

Les bénéfices sont à reporter dans la déclaration pour l’impôt sur les revenus. Il n’est pas possible de choisir le régime de l’impôt sur les sociétés.

Lire aussi : Pouvez-vous souscrire au régime micro-entrepreneur ? | Micro-entrepreneurs : comment déclarer vos revenus ?

Le régime réel simplifié d'imposition

Le régime réel simplifié permet aux entreprises de bénéficier d’allègements dans leurs obligations comptables et fiscales.

Il est le régime de droit commun appliqué pour les entreprises dont le chiffre d’affaires est inférieur à 789 000 euros pour les entreprises d’achat-revente et 238 000 euros pour les entreprises de prestation de services.

Le régime réel simplifié peut aussi être accessible aux entreprises éligibles au régime de la micro-entreprise.

Lire aussi : Qu’est-ce que le régime réel simplifié ?

Le régime réel normal d'imposition

Le régime réel normal demande une comptabilité plus détaillée que pour les autres régimes.

Il constitue le régime de droit commun applicable pour les entreprises qui ne relèvent pas du régime de la micro-entreprise ou du régime réel simplifié.

Lire aussi : Qu’est-ce que le régime réel normal ?

La direction générale des Finances publiques à votre écoute

Vous souhaitez plus d'informations sur vos démarches fiscales ? Vous pouvez contacter votre service des impôts des entreprises (SIE), interlocuteur unique des PME, indépendants et professions libérales pour les déclarations professionnelles et le paiement des principaux impôts professionnels. Vous êtes une grande entreprise ? Vous pouvez vous adresser à la direction des grandes entreprises.

>> Rendez-vous sur votre compte impots.gouv.fr (rubrique Professionnels)

Lire aussi : Fiscalité de l'entreprise : quelles déclarations effectuer dès la première année ?

Partagez cet article !

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • ©Pixabay

    19/09/2017

    Le statut de l’entreprise individuelle vous permet de créer votre entreprise rapidement, sans capital. Ce statut permet entre autre de choisir le régime fiscal de la micro-entreprise.

  • 13/09/2017

    Taxes sur les salaires, TVA, prélèvements libératoires... : retrouvez le calendrier de vos principales échéances pour l'année 2017, mois par mois.

  • ©Phovoir

    06/09/2017

    Le régime des micro-entrepreneurs (anciennement auto-entrepreneurs) permet de bénéficier de formalités de création allégées et d'un mode de calcul et de paiement simplifié de l'impôt sur le revenu et des cotisations sociales. Quelles conditions devez-vous respecter pour bénéficier de ce régime ?

  • ©Fotolia.com

    22/08/2017

    Le régime de la micro-entreprise permet de bénéficier de formalités de création allégées et d'un mode de calcul et de paiement simplifié de l'impôt sur le revenu et des cotisations sociales. En fonction du développement de votre entreprise, de vos attentes ou du niveau de vos charges, vous devriez peut-être modifier ce régime. Explications.

  • © Fotolia.com

    07/08/2017

    La créance fiscale se constitue pour un professionnel à la suite d'un trop-perçu des services fiscaux ou d'un crédit d'impôt restituable. Cette somme peut vous servir pour régler vos prochains impôts ou faire l’objet d’un remboursement. Comment utiliser votre créance fiscale ? Sous quelles modalités ?

  • © Fotolia

    03/08/2017

    Dans le cadre d'un accord de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), les droits de douane de 201 produits seront supprimés d’ici le 1er juillet 2019. Leur commerce annuel est  estimé à plus de 1 300 milliards de dollars et représente environ 7 % de l’ensemble du commerce mondial aujourd’hui. Quels sont les produits concernés ? Quels gains pour les professionnels concernés ?

Le ministère sur Twitter

Vous êtes une entreprise

Fermer

Vous êtes une entreprise

Besoin d’informations fiables et pratiques qui vous concernent ?

Abonnez-vous à la lettre d’information, c’est gratuit.

Partagez cet article !