Accueil du portailEntreprises › Tout savoir sur le nouveau bulletin de paie, plus simple et plus compréhensible

Tout savoir sur le nouveau bulletin de paie, plus simple et plus compréhensible

07/12/2017

Intitulés peu clairs, incompréhension des calculs, informations trop nombreuses… La fiche de paie est difficile à comprendre pour les salariés. Le 1er janvier 2018, tous les employeurs devront mettre en place un nouveau modèle de bulletin de paie. Cette obligation concerne déjà les entreprises de plus de 300 salariés depuis le 1er janvier 2017. Quels sont les changements ? Quelles mentions doivent y figurer ? Explications.

Quels sont les changements pour le nouveau modèle de bulletin de paie ?

L’objectif du nouveau bulletin de paie : plus de lisibilité et plus de pédagogie. La nouvelle fiche de paie voit son nombre de lignes divisé par deux. Les libellés sont désormais plus clairs, avec une structuration par postes de charges.

Le nouveau bulletin de paie permet de comprendre facilement les montants de cotisations dus par les salariés et les employeurs, en tenant compte des exonérations dont ces derniers peuvent bénéficier. Elle fait également apparaître le montant total des allégements de cotisations ou l'exonération totale des cotisations versées à l'Urssaf (hors cotisations chômage) pour les salaires.

Autre exemple, les lignes de cotisation de protection sociale seront regroupées par risque couvert : assurance chômage, assurance retraite ou encore assurance santé. Les autres contributions dues par l'employeur fusionneront en une seule ligne.

Lire aussi Rémunération de vos salariés : tout ce que vous devez savoir en 5 questions | Entreprises : ce que vous devez payer dans le cadre du « 1% logement »

 

Quelles mentions apparaîtront désormais ?

Le nouveau modèle de bulletin de paie présentera les éléments suivants :

  • L'identité de l'employeur : nom, adresse, numéro Siret, code APE ou NAF ;
  • L'identité du salarié : nom, emploi, niveau ou coefficient hiérarchique ;
  • L'intitulé de la convention collective applicable (ou la référence au code du travail concernant les congés payés et les délais de préavis en cas de cessation de la relation de travail) ;
  • La période et le nombre d'heures de travail : avec une distinction entre heures au taux normal et heures supplémentaires, ainsi que les taux concernés, avec la mention de la nature et du volume du forfait pour les salariés au forfait ;
  • Les dates de congés et le montant de l'indemnité de congés payés (s'ils interviennent sur la période concernée par le bulletin de paie) ;
  • La rémunération brute ;
  • La nature et le montant des « accessoires de salaire » (primes, avantages en nature, frais professionnels...) soumis aux cotisations salariales et patronales ;
  • Le montant, l'assiette et le taux des cotisations et contributions sociales ;
  • La nature et le montant des autres versements et retenues ;
  • La rémunération nette ;
  • La date de paiement ;
  • Le montant total versé par l'employeur (rémunération, cotisations et contributions à la charge de l'employeur) ;
  • Le montant des exonérations et exemptions de cotisations et contributions sociales ;
  • La mention de la rubrique dédiée au bulletin de paie sur le site Service-Public.fr ;
  • La mention indiquant que le bulletin de paie doit être conservé sans limitation de durée.

Les libellés exacts et leur ordre différent selon le statut du salarié : cadre ou non cadre.

Lire aussi : Entreprises, comment calculer le nombre de jours de congés payés de vos salariés ? | Le compte épargne-temps : comment le mettre en place dans votre entreprise ?

 

Le nouveau bulletin de paie, en images

Pour les cadres

Lire aussi : Entreprises : tout ce que vous devez savoir sur les chèques-vacances | Titres-restaurant : les 5 informations à connaître

 

Pour les non-cadres


Source : Direction de l'information légale et administrative

Lire aussi : Registre unique du personnel : un document obligatoire dans chaque entreprise | La déclaration sociale nominative (DSN), une déclaration dématérialisée de la paie des salariés

 

Publié initialement le 18/03/2016

En savoir plus

Ce que dit la loi

Déclaration sociale nominative

La déclaration sociale nominative (DSN) sera le vecteur de la nouvelle fiche de paie clarifiée. Elle se généralise au 1er janvier 2017. Son objet : simplifier les obligations déclaratives des entreprises et permet une transmission mensuelle de la plupart des déclarations et formalités sociales.

Partagez cet article !

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • @fotolia

    03/10/2017

    Les ordonnances relatives à la réforme du code du travail et la loi d’habilitation vont apporter des modifications importantes au droit du travail. Découvrez un premier aperçu de ces futurs changements.

  • © Fotolia.com

    22/08/2017

    Les congés payés représentent en France un droit dont dispose tout salarié d’une structure privé ou publique. A quelles règles sont-ils soumis pour les employeurs ? Comment gérer les périodes de congés de vos salariés ?

  • 17/08/2017

    Savez-vous qu’avec le télétravail, vous pourriez améliorer la productivité de vos salariés d’entre 5 à 30 % ? Le télétravail consiste à réaliser un travail qui aurait pu être effectué dans les locaux de l’employeur, mais qui a lieu hors de ces locaux de façon régulière grâce aux technologies de l’information (internet, téléphone mobile…). Vous souhaitez le mettre en place dans votre entreprise ? Voici comment !

  • ©Fotolia.com

    08/08/2017

    Vous souhaitez embaucher un nouveau salarié mais ne savez pas exactement comment fixer sa rémunération ou comment devrez-vous le payer ? Explications.

  • © Fotolia

    19/07/2017

    Une productivité en hausse de 5 à 30 %, une baisse d'absentéisme de 20 %, jusqu'à 30 % d'économie de surface immobilière de locaux*... : le télétravail peut avoir bien des avantages pour une entreprise. A condition de l'utiliser à bon escient. Pouvez-vous recourir au télétravail dans votre structure ? Comment vous y prendre ? Zoom sur cette organisation du travail qui a le vent en poupe.

  • © Fotolia

    19/05/2017

    Vous envisagez de donner à vos salariés des titres-restaurant (Ticket Restaurant, Chèque Déjeuner, Chèque de Table, Pass Restaurant...) pour leurs repas ? Mais connaissez-vous vos obligations en la matière, le montant que vous devez prendre en charge ou encore les avantages liés à ces titres ? Voici ce qu'il vous faut savoir sur ce dispositif.

Le ministère sur Twitter

Vous êtes une entreprise

Fermer

Besoin d’informations fiables et pratiques qui vous concernent ?

Abonnez-vous à la lettre d’information, c’est gratuit.

Partagez cet article !