Accueil du portailEntreprisesPérennité de l’activité des micro-entreprises : les chiffres clés

Pérennité de l’activité des micro-entreprises : les chiffres clés

La mise en place du statut d’auto-entrepreneur en 2009 (renommé micro-entrepreneur en 2014) avait entrainé une hausse notable de la création d’entreprises : 360 000 micro-entrepreneurs étaient déjà immatriculés à la fin de l’année 2010. Où en sont-ils plusieurs années après ? Quelle pérennité pour ce statut ? Une étude de l’Insee, de septembre 2017, nous renseigne sur la situation des 191 000 micro-entrepreneurs qui s'étaient immatriculés lors du 1er semestre 2010.

23 % des micro-entrepreneurs déclarés au premier semestre 2010 étaient encore actifs en 2015

Cinq ans après leur immatriculation du 1er semestre 2010, 23% des micros-entrepreneurs sont toujours actifs. 38% n’ont jamais été actifs et ont donc été radiés. 62% ont démarré une activité économique et parmi eux, 5 ans après, 39% ont cessé leur activité en tant que micro-entrepreneur, soit une pérennité de 38 % sur cinq ans. Ce chiffre est moins élevé que pour les entreprises classiques sur la même période (60 %) et y compris pour les entreprises individuelles (50 %).

Lire aussi : Qu'est-ce qu'une micro-entreprise ? | Pouvez-vous souscrire au régime micro-entrepreneur ?

 

Le secteur des « services aux ménages » est celui dans lequel la pérennité des micro-entreprises est la plus importante

Comme pour l’entreprenariat classique, le secteur d’activité influe grandement sur la pérennité de la micro-entreprise.

Le secteur qui concentre le plus de micro-entreprises pérennes sur une période de cinq ans est celui des services aux ménages avec  : 46% dans la « santé humaine et l’action sociale », 35% dans l’« enseignement » et 29% dans les « arts, spectacles et activités récréatives ». Toutefois, même dans ces secteurs fructueux pour les micro-entreprises, les entreprises dites classiques restent le plus pérenne.

À caractéristiques identiques, les micro-entrepreneurs de la santé et de l’action sociale ont 2,4 fois plus de chances d’être pérennes à cinq ans que ceux du commerce

Lire aussi : [Infographie] Les chiffres clés de la création de micro-entreprises en 2016Comment devenir micro-entrepreneur ?

 

La pérennité de la micro-entreprise augmente avec l’âge du micro-entrepreneur

La proportion de micro-entrepreneurs encore actifs après cinq ans augmente avec l’âge : 16% des micro-entrepreneurs âgés de moins de 30 ans lors de leur immatriculation en 2010 sont encore actifs sous ce régime 5 ans après, contre 21% des 30-39 ans, 28% des 40-49 ans et 31% des 50 ans ou plus.

Ainsi les micro-entrepreneurs de 50 ans ou plus ont 1,9 fois plus de chances d’être pérennes à cinq ans que ceux de moins de 30 ans.

Cette variabilité liée à l’âge est plus importante chez les micro-entrepreneurs que chez les entrepreneurs individuels classiques.

Lire aussi : Micro-entreprise : quelles sont les aides financières auxquelles vous pouvez prétendre ?

 

Le risque de cessation des micro-entreprises diminue au fil des années d'activité

Parmi les micro-entrepreneurs immatriculés en 2010, 47% sont encore actifs un an après leur immatriculation. La première année, le risque de cessation de l’activité de micro-entrepreneur (y compris par absence de démarrage) est donc de 53%.

Ce risque de cessation diminue au fil des années. Parmi les micro-entrepreneurs actifs au bout d’un an, 22% cessent la deuxième année, 18% la troisième (parmi les micro-entrepreneurs actifs au bout de deux ans), 16% la quatrième, alors qu’ils ne sont que 7% à cesser la cinquième année. Cette diminution au fil des ans se rapproche de la situation observée chez les entrepreneurs individuels classiques.

Lire aussi : Quel régime fiscal choisir pour votre entrepris ?

 

Les micro-entreprises en activité principale sont plus pérennes

La pérennité à cinq ans des micro-entrepreneurs est plus élevée lorsqu’ils en ont fait leur activité principale : 41% contre 34% pour une activité de complément.

Lorsque la micro-entreprise est une activité de comlpément, les chances de pérennité à cinq ans sont inférieures de 20% aux microentrepises en activité principale.

Lire aussi : Micro-entreprises, quel est le montant de vos charges sociales ?

 

Le chiffre d’affaires annuel moyen des micro-entrepreneurs est de 10 200 €

En 2014, le chiffre d’affaires annuel moyen des micro-entrepreneurs encore actifs sous ce régime fin 2015 est de 10 200 € et de 12 800 € lorsque le micro-entrepreneur est en activité principale. Pour ceux exerçant leur activité de micro-entrepreneur en complément d’une autres activité, le chiffre d’affaire moyen est de 7 700 €.

Lire aussi : Micro-entreprise : que se passe-t-il quand on dépasse le seuil de chiffre d'affaires ?

 

Partagez cet article !

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • © Phovoir.fr

    30/04/2019

    Vous êtes salarié et vous souhaitez développer une micro-entreprise en parallèle de votre emploi ? Quels sont vos droits et obligations en la matière ? Quelles règles d'imposition et d'affiliation ?

  • @Fotolia.com

    24/04/2019

    Le versement libératoire de l’impôt sur le revenu pour les micro-entrepreneurs permet de régler cet impôt tout au long de l’année, à mesure de l'encaissement du chiffre d'affaires. Comment fonctionne cette option de paiement ? Quelles sont les conditions de sa mise en œuvre ? Explications.

  • © Pixabay

    10/04/2019

    Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC), les bénéfices non commerciaux (BNC) sont des revenus qui sont soumis à l’impôt sur le revenu. Qui doit déclarer quoi ? Comment cela fonctionne ?

  • 10/04/2019

    Le régime des micro-entrepreneurs (anciennement auto-entrepreneurs) est un régime unique et simplifié de l'entreprise individuelle. Il permet de bénéficier de formalités de création d'entreprise allégées, d'un mode de calcul et de paiement simplifié des cotisations sociales et de l'impôt sur le revenu.

  • @pixabay

    06/03/2019

    En lançant votre micro-entreprise (ex auto-entreprise), vous vous posez sûrement de nombreuses questions sur vos financements. Le point sur les principales aides accessibles aux micro-entrepreneurs.

  • © Fotolia.com

    01/02/2019

    Depuis le 1er janvier 2018, la protection sociale des indépendants n’est plus gérée par le régime social des indépendants (RSI), mais est confiée au régime général de la Sécurité sociale. La mise en œuvre progressive de cette nouvelle organisation se déroule jusqu’à 2020 et entre donc en 2019 dans sa deuxième année de mise en œuvre. Elle n’entraîne aucune démarche pour les indépendants. Explications.

Fermer

Vous souhaitez recevoir gratuitement toutes nos informations utiles et pratiques ?

Abonnez-vous aux lettres d'information Bercy infos !

Je m'abonne
Partagez cet article !