Accueil du portailEntreprisesLe barème des indemnités en cas de licenciement abusif

Le barème des indemnités en cas de licenciement abusif

Pour les licenciements notifiés après le 24 septembre 2017, le conseil de prud'hommes dispose d’un barème pour déterminer le montant des indemnités dont vous devrez vous acquitter en cas de licenciement abusif d’un salarié. Quels sont ces montants ?

Dans quel cas s'applique le barème des indemnités lorsque le juge reconnaît un licenciement abusif ?

Le barème s'applique lors d'un contentieux prud'homal et si le juge reconnaît que le licenciement d'un salarié survient pour une cause qui n'est pas réelle et sérieuse.

Le juge peut proposer la réintégration du salarié dans l'entreprise, avec maintien de ses avantages acquis. Si l'une ou l'autre des parties refuse cette réintégration, le juge octroie au salarié une indemnité à la charge de l'employeur, dont le montant est compris entre les montants minimaux et maximaux fixés dans le tableau ci-dessous.

Le barème ci-dessous s'applique lorsque le licenciement a été notifié après le 24 septembre 2017. Pour les licenciements avant le 24 septembre 2017, consulter service-public.fr.

Quel est le barème des indemnités lorsque le juge reconnaît un licenciement abusif ?

Entreprises de plus de 11 salariés

Ancienneté du salarié dans l'entreprise (en années complètes) Indemnité minimale (en mois de salaire brut) Indemnité maximale (en mois de salaire brut) Ancienneté du salarié dans l'entreprise (en années complètes) Indemnité minimale (en mois de salaire brut) Indemnité maximale (en mois de salaire brut)
0 Sans objet 1 16 3 13,5
1 1 2 17 3 14
2 3 3,5 18 3 14,5
3 3 4 19 3 15
4 3 5 20 3 15,5
5 3 6 21 3 16
6 3 7 22 3 16,5
7 3 8 23 3 17
8 3 8 24 3 17,5
9 3 9 25 3 18
10 3 10 26 3 18,5
11 3 10,5 27 3 19
12 3 11 28 3 19,5
13 3 11,5 29 3 20
14 3 12 30 et au-delà 3 20
15 3 13 / / /

 

Entreprises de moins de 11 salariés

Ancienneté du salarié dans l'entreprise (en années complètes) Indemnité minimale (en mois de salaire brut) Indemnité maximale (en mois de salaire brut) Ancienneté du salarié dans l'entreprise (en années complètes) Indemnité minimale (en mois de salaire brut) Indemnité maximale (en mois de salaire brut)
0 Sans objet 1 16 3 13,5
1 0,5 2 17 3 14
2 0,5 3,5 18 3 14,5
3 1 4 19 3 15
4 1 5 20 3 15,5
5 1,5 6 21 3 16
6 1,5 7 22 3 16,5
7 2 8 23 3 17
8 2 8 24 3 17,5
9 2,5 9 25 3 18
10 2,5 10 26 3 18,5
11 3 10,5 27 3 19
12 3 11 28 3 19,5
13 3 11,5 29 3 20
14 3 12 30 et au-delà 3 20
15 3 13 / / /

 

Lire aussi : Licenciement : quelles indemnités en cas de conciliation ?

Publié initialement le 07/12/2016

Partagez cet article !

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • ©fotolia

    13/12/2018

    L’ouverture d’un compte bancaire professionnel peut être obligatoire ou facultative selon le statut de l'entreprise. Explications.

  • © Fotolia.com

    28/11/2018

    Les congés payés représentent en France un droit dont dispose tout salarié d’une structure privé ou publique. À quelles règles sont-ils soumis pour les employeurs ? Comment fixer les jours de congés de vos salariés ? Comment sont établies les indemnités de congés payés ?

  • © Fotolia

    28/11/2018

    En tant que chef d’entreprise, vous disposez d’un grand nombre de prérogatives. Mais attention ! Votre responsabilité civile ou pénale peut être engagée. Pour quelles raisons ?

  • © Fotolia

    27/11/2018

    Métro, train, vélo... : en tant qu'employeur, vous devez prendre en charge une partie du prix des transports de vos salariés entre leur domicile et leur lieu de travail. Quels types de frais sont concernés ? Quel est le montant de votre participation ? Le point sur vos impératifs.

  • 27/11/2018

    Toute entreprise qui le souhaite peut proposer à ses salariés des chèques-vacances, ces titres de paiement réservés aux vacances et aux loisirs. L'employeur peut alors bénéficier d'exonérations de charges et l'employé d'un complément de revenu. Quelle part l'entreprise doit-elle payer ? Quels sont les avantages de ces titres ? Comment les mettre en place ? Explications.

  • © StockRocket / Stock.Adobe.com

    20/11/2018

    Vous souhaitez tenter l'aventure de la création ou de la reprise d'entreprise tout en conservant votre emploi ? Le congé création ou reprise est peut être la solution ! Toutes les explications.

Le ministère sur Twitter

Fermer

Vous souhaitez recevoir gratuitement toutes nos informations utiles et pratiques ?

Abonnez-vous aux lettres d'information Bercy infos !

Je m'abonne
Partagez cet article !