Accueil du portailEntreprisesLa franchise commerciale, qu’est-ce que c’est ?

La franchise commerciale, qu’est-ce que c’est ?

par Bercy Infos,

le 05/03/2018 –

Vous souhaitez vous lancer dans l’aventure entrepreneuriale mais le concept qui vous intéresse existe déjà ? Avez-vous pensé à la franchise commerciale ?

© Fotolia.com

Le principe de franchise commerciale

Le principe du contrat de franchise est d’établir une collaboration d’ordre commerciale entre deux entités juridiquement et financièrement indépendantes : le franchiseur et le franchisé. La logique d’interaction est la suivante : le franchisé, au moyen d’une contribution financière, obtient le droit d’utiliser une marque (ou enseigne), un savoir-faire ou de commercialiser les produits, services et technologies du franchiseur. Le cadre de la coopération entre les deux parties-prenantes doit être défini à l’aide du contrat de franchise, dont la forme peut varier selon les cas.

À noter

Il faut bien distinguer le contrat de franchise du contrat de licence. Le contrat de licence est le fait pour une entreprise ayant déposé une marque de la mettre à disposition d’une autre entreprise (le licencié) contre une rétribution financière.

Lire aussi : [Vidéo] La franchise, une autre façon d'entreprendre

La réglementation juridique du contrat de franchise 

Le contrat de franchise commerciale ne bénéficie pas d’une réglementation stricto sensu. La forme et le contenu sont donc relativement libres dans la mesure où ils respectent les règles de droit commun et du droit des contrats. Cependant certains éléments apparaissent obligatoirement dans les contrats de franchise tels que :

  • la durée du contrat de franchise ;
  • la nature du transfert entre franchiseur et franchisé ;
  • les clauses de non-concurrence ou de non-affiliation ;
  • le détail des obligations financières du franchisé ;
  • l’étendue de l’exclusivité.

Tout contrat de franchise commerciale repose sur une notion de transparence des informations du franchiseur vers le franchisé. Afin que ce dernier puisse prendre une décision en connaissance de cause, le franchiseur a l’obligation de lui envoyer un document d’information précontractuelle (DIP) au maximum 20 jours avant la signature du contrat. Ce document répertorie les informations principales sur la santé financière de l’entreprise, son marché et son réseau de franchise. À l’issue des 20 jours réglementaires, qui correspondent à un délai de réflexion obligatoire pour le franchisé, si les deux parties sont en accord, le contrat de franchise peut être signé.

Lire aussi : Fiscalité de l'entreprise : quelles déclarations effectuer dès la première année ?

Les différents types de contrats de franchise

Le contrat de franchise de production

Il s’agit d’un contrat de franchise qui accorde au franchisé un savoir-faire de fabrication. Le franchisé dispose du droit de vendre sous la marque du franchiseur.

Le contrat de franchise de distribution

Ce contrat de franchise accorde au franchisé le droit de vendre des produits dans un point de vente portant la marque du franchiseur.

Le contrat de franchise de service

Le contrat de franchise de service applique le même principe que la franchise de distribution, appliquée aux prestations de services.

Lire aussi : Création d'entreprise : connaissez-vous les démarches à effectuer ? Faites le test !

Obligations des parties prenantes

Obligation du franchiseur

  • transmettre un savoir-faire au franchisé ;
  • mettre à disposition du franchisé les signes distinctifs de la marque ou du réseau ;
  • accorder une assistance commerciale au franchisé durant toute la durée du contrat ;
  • contrôler le respect des normes établies par le contrat de franchise.

Par ailleurs, de manière facultative mais quasi systématique, le franchiseur donne au franchisé une exclusivité territoriale sur laquelle il s’engage à ne lui faire aucune concurrence, qu’elle soit directe ou indirecte.

Obligation du franchisé

  • n’exercer aucune activité sur son territoire qui puisse concurrencer la marque ou l’activité du franchiseur ;
  • effectuer son approvisionnement dans le réseau du franchiseur ;
  • maintenir l’activité de franchise dans la zone géographique et avec les règles fixées par les 2 parties.

Lire aussi : Création d'entreprise : comment déclarer votre activité

Partagez cet article !

Thématiques :

Statuts des entreprises

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • ©Fotolia.com

    13/03/2019

    Vous créez votre entreprise ? Vous allez devoir choisir votre type d’imposition : impôt sur les sociétés ou impôt sur le revenu. Explications.

  • 20/02/2019

    En France, en 2015, il existait 2274 sociétés coopératives de production (SCOP) et ce nombre est en constante augmentation. A quoi correspond ce type d'entreprise ? Que se cache-t-il derrière le terme « SCOP » ? Explications.

  • ©Fotolia.com

    20/02/2019

    Le régime de la micro-entreprise permet de bénéficier de formalités de création allégées et d'un mode de calcul et de paiement simplifié de l'impôt sur le revenu et des cotisations sociales. En fonction du développement de votre entreprise, de vos attentes ou du niveau de vos charges, vous devriez peut-être modifier ce régime. Explications.

  • © Fotolia

    05/02/2019

    Vous êtes étudiant ou jeune diplômé et vous rêvez de créer votre entreprise sans attendre ? Grâce au statut d'étudiant-entrepreneur, c'est désormais possible ! Découvrez comment.

  • ©Creative Commons CC0

    21/01/2019

    Vous avez décidé d’implanter votre entreprise en France et vous vous demandez comment choisir la formule juridique la mieux adaptée à votre choix d’implantation ? Revue de détail sur les options qui s’offrent à vous.

  • 13/12/2018

    EURL, SARL, SA… Les personnes souhaitant créer leur entreprise se trouvent vite face à un choix crucial : quelle forme juridique choisir ? Les responsabilités, le capital social ou encore le régime fiscal qui s’y rapportent divergent fortement d’un statut à l’autre. Revue de détail.

Fermer

Vous souhaitez recevoir gratuitement toutes nos informations utiles et pratiques ?

Abonnez-vous aux lettres d'information Bercy infos !

Je m'abonne
Partagez cet article !