Accueil du portailEntreprisesLe forfait social : quelle part à la charge de l'employeur ?

Le forfait social : quelle part à la charge de l'employeur ?

Le forfait social est une cotisation de l'employeur à destination de la Sécurité sociale. Quel est son champ d'application ? quel est son taux ? Quelles sont les exonérations possibles ?

©igornova / Stock.Adobe.com

Le forfait social : qu'est-ce que c'est ?

Le forfait social est une contribution patronale affectée à la Sécurité sociale. Elle est prélevée sur les rémunérations extra-salariales ou gains non soumis aux cotisations sociales mais imposés à la CSG.

Lire aussi : Rémunération de vos salariés : tout ce que vous devez savoir en 5 questions

Le forfait social, quelles sont les rémunérations concernées ?

Sont soumis au forfait social :

  • les sommes versées au titre de la participation et de l’intéressement des salariés
  • les abondements patronaux versés sur les plans d’épargne entreprise (PEE, PEI) et sur les plans d’épargne retraite collectif (PERCO)
  • les contributions de l’employeur aux retraites supplémentaires et aux prestations complémentaires de prévoyance complémentaire (pour la partie exonérée de cotisations sociales)
  • la prise en charge par l’employeur de la cotisation salariale au régime de retraite complémentaire
  • les indemnités de rupture conventionnelle
  • les jetons de présence et les rémunérations versées aux administrateurs de sociétés et aux membres de conseils de surveillance des sociétés anonymes (SA) et des sociétés d'exercice libéral (SEL)
  • les rémunérations exceptionnelles allouées par le Conseil d'administration.

Lire aussi : Comment fonctionne l'épargne salariale ?

Le forfait social : les exonérations possibles

Sont exclus du forfait social :

L’épargne salariale pour les TPE/PME

Depuis le 1er janvier 2019, afin de favoriser le développement des dispositifs d’épargne salariale dans les TPE/PME, le forfait social est supprimé :

  • Pour les entreprises de moins de 50 salariés sur les sommes réparties au titre d’un accord d’intéressement et d’un accord de participation et sur les sommes versées au titre de l’abondement et investies sur un plan d’épargne salariale (PEE, PEI, PERCO, etc.).
  • Pour les entreprises employant de 50 à 250 salariés uniquement sur les sommes réparties au titre d’un accord d’intéressement.

En savoir plus sur la suppression du forfait social pour les TPE/PME

Les actions gratuites

Les stocks options et l’attribution d’actions gratuites sont exonérés de forfait social.

Les indemnités versées dans le cadre de la rupture d’un contrat de travail

Il peut s’agir d’un licenciement, d’une mise à la retraite ou d’un départ volontaire dans le cadre d’un accord de GPEC.

Les chèques-vacances

Pour les entreprises de moins de 50 salariés, la contribution patronale à l’achat de chèques-vacances est exonérée de forfait social.

Lire aussi : Artisans, commerçants,  combien allez-vous payer de cotisations sociales ?

Le forfait social : quels taux applicables ?

Le taux normal du forfait social est de 20 %.

Il existe 3 cas de taux réduits :

Taux réduit à 16 %

Ce taux s'applique à certains versements alimentant un plan d'épargne de retraite collectif (PERCO) sous conditions de gestion.

Taux réduit à 10 %

Ce taux s’applique depuis le 1er janvier 2019 à l’abondement versé pour l’acquisition de titres de l’entreprise. Sont concernées les entreprises employant au moins 50 salariés.

Taux réduit à 8 %

Ce taux s’applique aux contributions destinées au financement des prestations complémentaires de prévoyance ou dans le cadre des réserves spéciales de Scop employant au moins 50 salariés.

Lire aussi : Entreprises : ce que vous devez payer dans le cadre du « 1 % logement »

Le forfait social : comment effectuer votre déclaration ?

Les sommes soumises au forfait social doivent être déclarées :

À savoir

Vous vous exposez à une majoration de 0,2 % si vous n'effectuez pas votre déclaration par voie dématérialisée.

Lire aussi : La déclaration sociale nominative (DSN), comment ça fonctionne ?

Publié initialement le 18/12/2018

Partagez cet article !

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • © Fotolia.com

    22/08/2019

    Les entreprises entretenant des relations commerciales avec des partenaires européens doivent disposer d’un numéro de TVA intracommunautaire. De quoi s’agit-il ? Comment l’obtenir ?

  • 22/08/2019

    Le RGPD oblige les entreprises qui utilisent les données personnelles des internautes à leur fournir un certain nombre d'informations. Dans quelles situations avez-vous l'obligation de les informer ? Quelles informations devez-vous leur donner ? Le tour de la question.

  • ©BercyPhoto DH.Simon

    21/08/2019

    Les entreprises qui s’implantent en zones d’aides à finalité régionale (zones AFR) peuvent bénéficier, sous certaines conditions, d’exonérations d’impôts. Retour sur le dispositif.

  • © Fotolia.com

    09/08/2019

    Gobelets, sacs, touillettes, cotons-tiges, pailles...Chaque année, les pays de l'Union européenne produisent près de 25 millions de tonnes de déchets en plastique. Pour interdire la production et la consommation de ces matières plastiques polluantes pour l'environnement et qui mettent des dizaines d'années à disparaître, plusieurs textes ont été votés ces dernières années aux niveaux français et européens. On fait le point sur la mise en oeuvre des différentes interdictions.  

  • ©axe_olga / Stock.Adobe.com

    09/08/2019

    L'immatriculation d'une entreprise entraîne obligatoirement l'attribution de numéros dits « SIREN » et « SIRET ». À quoi servent-ils ? Comment les obtenir ?

  • 31/07/2019

    Vous créez une entreprise ? Votre entreprise s’agrandit ? Vous changez d’activité principale ? En tant qu’entrepreneur, vous pouvez être amené à déterminer la convention collective qui s’applique ou non à votre activité. Quelques conseils pour éviter de vous tromper.

Fermer

Vous souhaitez recevoir gratuitement toutes nos informations utiles et pratiques ?

Abonnez-vous aux lettres d'information Bercy infos !

Je m'abonne
Partagez cet article !