Accueil du portailEntreprisesLe forfait social : quelle part à la charge de l'employeur ?

Le forfait social : quelle part à la charge de l'employeur ?

Le forfait social est une cotisation de l'employeur à destination de la Sécurité sociale. Quel est son champ d'application ? quel est son taux ? Quelles sont les exonérations possibles ?

©igornova / Stock.Adobe.com

Le forfait social : qu'est-ce que c'est ?

Le forfait social est une contribution patronale affectée à la Sécurité sociale. Elle est prélevée sur les rémunérations extra-salariales ou gains non soumis aux cotisations sociales mais imposés à la CSG.

Lire aussi : Rémunération de vos salariés : tout ce que vous devez savoir en 5 questions

Le forfait social, quelles sont les rémunérations concernées ?

Sont soumis au forfait social :

  • les sommes versées au titre de la participation et de l’intéressement des salariés ;
  • les abondements patronaux versés sur les plans d’épargne entreprise (PEE, PEI) et sur les plans d’épargne retraite collectif (PERCO) ;
  • les contributions de l’employeur aux retraites supplémentaires et aux prestations complémentaires de prévoyance complémentaire (pour la partie exonérée de cotisations sociales) ;
  • la prise en charge par l’employeur de la cotisation salariale au régime de retraite complémentaire ;
  • les indemnités de rupture conventionnelle ;
  • les jetons de présence et les rémunérations versées aux administrateurs de sociétés et aux membres de conseils de surveillance des sociétés anonymes (SA) et des sociétés d'exercice libéral (SEL) ;
  • les rémunérations exceptionnelles allouées par le Conseil d'administration.

Lire aussi : Comment fonctionne l'épargne salariale ?

Le forfait social : les exonérations possibles

Sont exclus du forfait social :

L’épargne salariale pour les TPE/PME

Depuis le 1er janvier 2019, afin de favoriser le développement des dispositifs d’épargne salariale dans les TPE/PME, le forfait social est supprimé :

  • Pour les entreprises de moins de 50 salariés sur les sommes réparties au titre d’un accord d’intéressement et d’un accord de participation et sur les sommes versées au titre de l’abondement et investies sur un plan d’épargne salariale (PEE, PEI, PERCO, etc.).
  • Pour les entreprises employant de 50 à 250 salariés uniquement sur les sommes réparties au titre d’un accord d’intéressement.

En savoir plus sur la suppression du forfait social pour les TPE/PME

Les actions gratuites

Les stocks options et l’attribution d’actions gratuites sont exonérés de forfait social.

Les indemnités versées dans le cadre de la rupture d’un contrat de travail

Il peut s’agir d’un licenciement, d’une mise à la retraite ou d’un départ volontaire dans le cadre d’un accord de GPEC.

Les chèques vacances

Pour les entreprises de moins de 50 salariés, la contribution patronale à l’achat de chèques vacances est exonérée de forfait social.

Lire aussi : Artisans, commerçants,  combien allez-vous payer de cotisations sociales ?

Le forfait social : quels taux applicables ?

Le taux normal du forfait social est de 20 %.

Il existe 3 cas de taux réduits :

Taux réduit à 16 %

Ce taux s'applique à certains versements alimentant un plan d'épargne de retraite collectif (PERCO) sous conditions de gestion.

Taux réduit à 10 %

Ce taux s’applique depuis le 1er janvier 2019 à l’abondement versé pour l’acquisition de titres de l’entreprise. Sont concernées les entreprises employant au moins 50 salariés.

Taux réduit à 8 %

Ce taux s’applique aux contributions destinées au financement des prestations complémentaires de prévoyance ou dans le cadre des réserves spéciales de Scop employant au moins 50 salariés.

Lire aussi : Entreprises : ce que vous devez payer dans le cadre du « 1 % logement »

Le forfait social : comment effectuer votre déclaration ?

Les sommes soumises au forfait social doivent être déclarées :

À savoir

Vous vous exposez à une majoration de 0,2 % si vous n'effectuez pas votre déclaration par voie dématérialisée.

Lire aussi : La déclaration sociale nominative (DSN), comment ça fonctionne ?

Publié initialement le 18/12/2018

Partagez cet article !

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • ©Elnur / Stock.Adobe.com

    14/02/2019

    Suite au mouvement des « gilets jaunes », vous avez des problèmes pour régler vos impôts et taxes ? Des problèmes de trésorerie ? Vos difficultés ont un impact sur vos salariés et risquent d'entraîner des licenciements ? Que faire ? Qui contacter ? Découvrez le détail du dispositif d'aides et d'accompagnement pour faire face aux conséquences du mouvement des « gilets jaunes » sur votre activité.

  • © Phovoir.fr

    12/02/2019

    La cotisation foncière des entreprises (CFE) est due par les professionnels exerçant à titre habituel une activité non salariée au 1er janvier de l'année d'imposition. 

  • © Creative Commons CC0

    30/01/2019

    Vous vous êtes lancé dans l'aventure de la micro-entreprise (ex auto-entreprise) et vous souhaitez suspendre temporairement votre activité ? C'est possible ! On vous explique tout sur la cessation temporaire d'activité.

  • © Fotolia

    30/01/2019

    Métro, train, vélo... : en tant qu'employeur, vous devez prendre en charge une partie du prix des transports de vos salariés entre leur domicile et leur lieu de travail. Quels types de frais sont concernés ? Quel est le montant de votre participation ? Le point sur vos impératifs.

  • © Fotolia.com

    23/01/2019

    Participer au financement de l'apprentissage et des formations technologiques et professionnelles : c'est tout l'objet de la taxe d'apprentissage. Quelles entreprises en sont redevables ? Quel est le montant de cette taxe ? A quoi sert-elle ? Comment la payer ?

  • © Fotolia.com

    22/01/2019

    Cotisation foncière des entreprises (CFE), cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), taxes foncières, taxe sur le tourisme... certaines taxes et redevances instaurées au profit des collectivités territoriales sont obligatoires, d’autres sont facultatives. Le point sur les principaux impôts locaux des entreprises.

Le ministère sur Twitter

Fermer

Vous souhaitez recevoir gratuitement toutes nos informations utiles et pratiques ?

Abonnez-vous aux lettres d'information Bercy infos !

Je m'abonne
Partagez cet article !