Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Les solutions pour financer votre reprise d'entreprise

Définir votre projet, vous renseigner sur le marché, trouver la bonne entreprise : les étapes d'une reprise sont nombreuses. Parmi elles figurent aussi un incontournable : réunir des fonds pour racheter l'entreprise convoitée. Quels dispositifs existent pour financer votre projet ? Qui pouvez-vous solliciter ? Quels montants devez-vous réunir ? Tour d'horizon des moyens à votre disposition.

Financer votre reprise d’entreprise : une étape indispensable

Afin de donner corps à votre projet, il vous faut mettre au point son financement. Vous pouvez financer votre reprise d’entreprise par le biais d’un emprunt auprès d’un établissement bancaire par exemple, mais vous devez aussi disposer d’un apport, autrement dit de fonds propres, pour démontrer le sérieux de votre démarche.

L’élaboration de votre recherche de financements doit se faire de manière méthodique, en privilégiant dans un premier temps les sources de financement les plus proches (votre épargne personnelle, l’argent de vos proches etc.) afin de pouvoir solliciter ensuite les plus éloignées (le prêt bancaire par exemple).

Première étape : réunir vos fonds propres

Bpifrance recommande que cet apport représente « 20 à 35 % du prix de vente de l’entreprise, parfois plus selon la cible et le contexte économique ». Pour constituer cet apport, vous pouvez solliciter de nombreux interlocuteurs.

Recourir à votre argent personnel  

Afin de prouver votre motivation et votre attachement à votre projet, vous devez en effet y verser une part de vos propres deniers. Attention toutefois : « ne mettez pas 100 % de votre patrimoine disponible dans le rachat [d'une] entreprise », préviennent les Chambres de commerce et d'industrie (CCI) de France.

Solliciter vos proches

Premières portes auxquelles aller frapper ensuite : celles de votre famille et de vos amis. Ils peuvent participer à votre projet, sous la forme de donations, de prêts ou de participations au capital de votre future structure. Les particuliers qui investissent dans des entreprises peuvent bénéficier en sus d'avantages fiscaux.

Demander une aide publique

L'État, les régions, les communes ou certains établissements publics peuvent vous proposer des aides à chaque étape de la vie de l'entreprise, et notamment lors d'une reprise.

Afin de vous renseigner sur les aides existantes, vous pouvez consulter la base de données d’aides-entreprises.fr :

Annuaire des aides publiques aux entreprises

Obtenir un prêt d'honneur

Adressez-vous à des réseaux d'accompagnement, comme Initiative France, Réseau Entreprendre ou l'Association pour le droit à l'initiative économique (ADIE). Ils peuvent vous proposer un prêt d'honneur, sans garantie ni caution personnelle, généralement à taux zéro. Son montant se situe généralement entre 8 000 € et 20 000 €, mais il peut atteindre 90 000 € pour les projets innovants.Le prêt d’honneur a comme avantage de faciliter ensuite l’obtention d’un prêt bancaire.

Faire appel à des investisseurs

« Vous avez la possibilité de créer une holding de reprise et ouvrir le capital de cette dernière à [des] investisseurs », signale Bpifrance. Autrement dit, il s'agit de créer une société-mère qui va détenir tout ou partie de la structure qui fait l'objet de la reprise. Vous pouvez alors récolter des fonds par le biais du crowdfunding, de business angels ou d’un fonds d’investissement.

Lire aussi : Entreprises : comment se financer sans passer par les banques | Financements des entreprises : aides et crédits d'impôt

Deuxième étape : solliciter un prêt

Une fois vos fonds propres réunis, vous pouvez démarcher plus facilement les établissements financiers, ou même directement le cédant de l'entreprise, pour obtenir un prêt.

Auprès du cédant

Le cédant peut vous accorder un prêt (appelé « crédit-vendeur ») pour reprendre son entreprise. Toutefois, cette solution est « surtout utilisée lorsque le cédant connaît suffisamment le repreneur pour accepter de prendre le risque », précise les CCI de France, comme en « cas de reprise par un héritier ou pour les petites entreprises reprises par un salarié ».

Auprès de Bpifrance

La banque publique d'investissement Bpifrance propose le contrat de développement transmission pour les reprises de petites et moyennes entreprises (PME). Il s'agit d'un prêt de 40 000 € à 650 000 €, sans garantie ni caution personnelle, toujours associé à un prêt bancaire. Il peut représenter au maximum 40 % de l'ensemble des prêts mis en place.De plus, la banque publique d'investissement peut garantir votre prêt bancaire à hauteur de 50 % (ou 70 % avec l'intervention de la région), pour la reprise d'une PME, via sa solution Garantie transmission.

Auprès des banques

Ultime étape de la recherche de financement : le prêt à la banque. « L'endettement se fait généralement sur une durée de 7 ans et ne couvre généralement pas plus de 70 % du prix d'acquisition », prévient Bpifrance. « Ne vous contentez pas de vous renseigner sur les taux, les frais de dossier et les garanties ont leur importance et peuvent se négocier », conseillent les CCI de France.Les banques exigeront vraisemblablement des garanties.

Outre les éventuelles cautions personnelles et hypothèques, différents organismes peuvent proposer des garanties d'emprunts bancaires, notamment :•    

Lire aussi : Création ou reprise d’entreprise : comment obtenir un prêt pour financer votre projet ? | Femmes entrepreneures, quelles aides pour vous accompagner ?

Thématiques :

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Partager la page