Accueil du portailEntreprisesEconomie circulaire : un potentiel de 500 000 emplois en France

Economie circulaire : un potentiel de 500 000 emplois en France

22/12/2015

Le secteur de l'économie circulaire profite à l'économie dans son ensemble. Selon une nouvelle étude relayée par l'institut national de l'économie circulaire, il pourrait générer 500 000 emplois et 2,5 % de PIB en France.

500 000 emplois, 2,5 % de PIB et 66 % de réduction des gaz à effet de serre : c'est l'apport potentiel du secteur de l'économie circulaire en France, selon une étude menée par le Club de Rome et relayée par l'institut national de l'économie circulaire intitulée « L’économie circulaire et ses bénéfices sociétaux : des avancées réelles pour l’emploi et le climat dans une économie basée sur les énergies renouvelables et l’efficacité des ressources » [Télécharger ci-contre]

L'économie circulaire, c'est quoi ?

L’économie circulaire désigne un concept économique qui s’inscrit dans le cadre du développement durable. Son objectif consiste à produire des biens et des services tout en limitant la consommation et le gaspillage des matières premières, de l’eau et des sources d’énergie. Il s’agit de déployer une nouvelle économie, circulaire, et non plus linéaire, fondée sur le principe de « refermer le cycle de vie » des produits, des services, des déchets, des matériaux, de l’eau et de l’énergie.

En France, le potentiel d'emplois est plus fort que dans les 4 autres pays de l'étude

Les travaux du Club de Rome ont porté sur cinq pays : la France mais aussi la Finlande, les Pays-Bas, la Suède et l'Espagne. Le potentiel d'emplois de la France révélé par l'étude est le plus important : 500 000 contre 400 000 en Espagne, 200 000 aux Pays-Bas, 75 000 en Finlande et 100 000 en Suède.

Ces perspectives sont le résultat de travaux macroéconomiques basés sur trois scénarios :

  • un scénario "énergies renouvelables", basé sur le postulat d'une augmentation de la proportion d'énergie renouvelable dans le mix énergétique, permise par une réduction de moitié de l'utilisation de combustibles fossiles, remplacés par des sources d'énergies renouvelables. « Dans le cas de la France, on passerait des 15% d’énergies renouvelables d'aujourd'hui à près de 40%. En France les combustibles fossiles seraient remplacés par différents types de biocarburants, de pompes à chaleur, de  l'énergie électrique et peut-être de l'hydrogène, principalement de l'énergie éolienne et des panneaux solaires. Dans l'avenir, l'énergie marémotrice et houlomotrice pourrait également devenir des opportunités. », notent les auteurs de l'étude.
  • un scénario "efficacité énergétique", basé sur le postulat d'une économie plus économe en énergie, devenue globalement plus efficace de 25% par rapport à la demande d'énergie primaire pour l'année 2010. « Ce scénario concerne surtout la demande au sein de l'économie : la façon dont nous gérons la température, que ce soit dans le réfrigérateur, le four ou encore la chambre à coucher, les processus industriels, ainsi que la façon dont nous organisons le transport des produits et des hommes. », précise l'étude.
  • un scénario "efficacité des matières", basé sur le postulat d'une économie plus axée sur la performance des ressources et plus circulaire, devenue 25% plus efficace en ressources. La moitié des matériaux vierges serait remplacée par des matériaux recyclés, et le temps de vie des produits doublé.

L'apport de l'économie circulaire en France

  Scénario "énergies renouvelables" Scénarion "efficacité énergétiquee Scénario "efficacité des matières" Scénarios combinés
Réduction des émissions - 50,1 % - 28 % - 5 %  - 66 %
Emplois supplémentaires Jusqu'à 100 000 200 000 > 300 000  > 500 000
Effets sur la
balance commerciale
+ 0, 4 % du PIB + 0, 4 % du PIB > 2 % du PIB > 2,5 % du PIB

[Retrouvez l'ensemble des résultats de l'étude du Club de Rome dans le document à télécharger ci-contre]

 

Lire aussi

Ouverture d'une plateforme dédiée à l'économie circulaire - 08/12/2015


Sur le blog des Cafés économiques de Bercy :

 

Le Club de Rome

Le Club de Rome est un groupe de réflexion créé en 1968. Il réunit des scientifiques, des économistes, des fonctionnaires nationaux et internationaux, ainsi que des industriels de 52 pays.

Partagez cet article !

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • 25/06/2018

    Que représente le secteur du sport dans l'économie française ? Combien les Français dépensent-ils en équipement sportif ? Retour sur les chiffres clés du sport.

  • © Fotolia

    05/04/2018

    Nombre de dépôt de brevets, de marques ou de dessins, top 10 déposants de brevets en France, répartition par domaine des demandes de brevets... Découvrez les chiffres clés 2017 de la propriété intellectuelle de l'Institut national de la propriété industrielle (INPI).

  • 28/02/2018

    Une enquête a été réalisée début février 2018 afin de connaître l’appréciation des lettres Bercy infos. Cette enquête a été diffusée au travers des lettres. Au total, 12 561 personnes ont répondu. Découvrez les résultats de cette enquête.

  • ©Creative Commons CC0

    05/02/2018

    Jamais le nombre des créations d'entreprises (hors micro-entreprises) en France n'avait été aussi haut depuis 1987, c'est à dire depuis que l'Insee en mesure le niveau. En 2017, 349 000 entreprises classiques ont été créées. Et si l'on y inclue les micro-entreprises, le nombre de créations frôle les 600 000, soit 7 % de plus qu’en 2016. Panorama chiffré des créations d'entreprises en 2017.

  • 11/10/2017

    La mise en place du statut d’auto-entrepreneur en 2009 (renommé micro-entrepreneur en 2014) avait entrainé une hausse notable de la création d’entreprises : 360 000 micro-entrepreneurs étaient déjà immatriculés à la fin de l’année 2010. Où en sont-ils plusieurs années après ? Quelle pérennité pour ce statut ? Une étude de l’Insee, de septembre 2017, nous renseigne sur la situation des 191 000 micro-entrepreneurs qui s'étaient immatriculés lors du 1er semestre 2010.

  • 02/10/2017

    Les projets de loi de finance et de financement de la sécurité sociale 2018 donnent un aperçu des évolutions fiscales souhaitées par le Gouvernement. Quels changements vous toucheront concrètement en 2018 ?

Le ministère sur Twitter

Fermer

Vous souhaitez recevoir gratuitement toutes nos informations utiles et pratiques ?

Abonnez-vous aux lettres d'information Bercy infos !

Je m'abonne
Partagez cet article !